Selon CodinGame, les meilleurs codeurs au monde sont français

 |   |  440  mots
(Crédits : Reuters)
La start-up montpelliéraine CodinGame vient de publier son classement des 700 écoles informatiques internationales à partir de la performance de leurs étudiants sur sa plate-forme de programmation en ligne. Détrônant les universités américaines, trois écoles françaises caracolent en tête.

L'École 42 (Paris) fondée par Xavier Niel, le patron de Free, l'Ensimag (École nationale supérieure d'informatique et de mathématiques appliquées) de l'Institut national polytechnique (INP) de Grenoble et l'Insa Toulouse arrivent en tête du classement international produit pour la première fois par la start-up montpelliéraine CodinGame, le 9 janvier.

« Le classement CodinGame se base purement sur les compétences technique des étudiants, mesurée de manière objective à travers leur activité sur notre plate-forme, indique Aude Barral, la co-fondatrice de la start-up. C'est l'une des principales différences avec les autres classements universitaires du type QS World University Rankings. Ceux-ci se fondent sur la notion d'excellence académique combinée au rayonnement de l'école sans prendre en compte les résultats des étudiants à proprement parler. »

700 écoles et 13 000 étudiants évalués

La plate-forme de programmation en ligne de CodinGame est un vivier de développeurs : ils sont plus de 650 000 à s'y connecter depuis 175 pays différents pour résoudre des problèmes de programmation au cours de challenge.

« La population étudiante est très bien représentée sur la plate-forme, précise Aude Barral. Nous comptons 52 000 étudiants issus de 12 000 écoles du monde entier. Pour notre classement, nous avons pris en compte les universités qui comptaient au moins dix étudiants participant à CodinGame. Ainsi, le panel est composé de 700 écoles dont 85 françaises et de 13 000 étudiants dont 3 200 français. La performance a été mesurée en faisant une moyenne des scores des meilleurs étudiants d'une  école donnée. »

Un Top 3 100 % français

Avec un score de 20 892 points, l'établissement privé d'autoformation en informatique fondé et financé par Xavier Niel, l'École 42, arrive en tête du classement.

« Les étudiants de l'École 42 sont très autonomes, constate Aude Barral. On leur apprend à apprendre, ce qui fait qu'ils sont opérationnels très rapidement et qu'ils ont l'attitude professionnelle qu'on attend d'eux. »

Seconde du classement, l'École nationale supérieure d'informatique et de mathématiques appliquées (Ensimag), une grand école d'ingénieurs du groupe Grenoble INP, obtient 17 815 points. Avec 13 173 points, l'Institut national des sciences appliquées (Insa) de Toulouse arrive en troisième position.

La première université américaine à figurer au classement est celle de Raleigh, en Caroline du Nord, avec 10 037 points. Au cœur de la Silicon Valley, l'Université d'État de San José (Californie) arrive en quinzième position avec 7 665 points.

« Les Américains sont les premiers utilisateurs de notre plate-forme qui était initialement dominée par les français, commente Aude Barral. Il sera intéressant de voir l'évolution du classement l'année prochaine avec cette internationalisation de notre outil. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2017 à 15:17 :
Il faut quand même que l'encodage est un travail qui s'apparente bien plus à du travail à la chaine qu'à de l'ingénierie hein, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :