L’Université de Perpignan combat les préjugés

 |   |  369  mots
Fabrice Lorente, président de l'UPVD, expose sa nouvelle démarche
Fabrice Lorente, président de l'UPVD, expose sa nouvelle démarche (Crédits : UPVD)
À la suite du lancement d’une campagne de publicité plutôt inhabituelle exhibant les idées reçues dont elle est victime depuis de nombreuses années, l’Université de Perpignan via Domitia (UPVD) a clarifié sa démarche, le 9 mai, et exposé ses atouts.

Victime d'une mauvaise réputation au niveau local à cause de préjugés qui « perdurent depuis trop longtemps dans l'esprit du grand public », l'UPVD a décidé de réagir en lançant début mai une campagne de communication atypique la dénigrant ouvertement.

L'objectif : « interpeller, bousculer les codes et susciter des interrogations », explique l'université perpignanaise. Mais aussi, « faire tomber les préjugés » en affichant le vrai visage de l'établissement, champion parmi les petites et moyennes universités nationales.

« Une campagne de communication classique n'aurait pas eu le même impact », confie un responsable de l'université.

Première en recherche et formation dans sa catégorie

Dans une enquête réalisée en 2016 et publiée en mars 2017 par l'Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR), dépendant du ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, l'UPVD occupe une place de choix. Sur les 39 établissements d'enseignement supérieur concernés, situés hors métropole parisienne, Corse et territoires d'outre-mer, l'université catalane arrive en cinquième position dans le classement général et en 8e position du point de vue de la formation.

Par ailleurs, « en termes de qualité des activités de recherche ou d'efficacité de l'offre de formation, l'université de Perpignan se positionne 1ère des universités pluridisciplinaires hors santé de moins 10 000 étudiants », souligne son président, Fabrice Lorente.

« À la lecture de ces résultats, il ressort que la taille des établissements ne semble pas être un handicap pour développer une recherche de qualité et une offre de formation efficace. Preuve en est, l'université de Perpignan affiche un score très significatif dans ces deux domaines, malgré un effectif étudiant peu important » explique-t-on à l'UPVD, qui compte 16 laboratoires de recherche, dont la plupart leader dans leur domaine, délivre 130 diplômes et accueille quelque 9 500 étudiants multiculturels (+25 % d'étudiants sur les quatre dernières années).

Paradoxalement plus connue à l'international que localement, l'UPVD, qui puise sa force dans sa petite taille, souhaite s'encrer davantage et positivement dans son territoire. Une seconde phase de la campagne de communication, avec des affiches plus glorificatrices, lancée le 9 mai, devrait l'aider dans cette démarche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :