Nîmes : l'école d’ingénieurs ISEN vise 600 étudiants en 2020

 |   |  344  mots
Les étudiants de l'ISEN Nîmes
Les étudiants de l'ISEN Nîmes (Crédits : DR)
Jeudi 12 octobre, l’école d’ingénieurs ISEN a inauguré son antenne nîmoise, au sein du parc scientifique et technique Georges Besse. Cette première rentrée a réuni une centaine d’étudiants en troisième année. L’ISEN vise rapidement 350 à 450 étudiants et l’ouverture des classes de quatrième et cinquième années.

Présent à Toulon (depuis 1991) et à Marseille, l'ISEN ouvre donc à Nîmes (30) sa troisième antenne. Au deuxième étage du grand bâtiment du parc scientifique et technique Georges Besse, l'école occupe 1 500 m2, répartis en salles de classes, salles techniques et un Innov'lab.

"Notre école veut s'insèrer dans l'écosystème local, explique Didier Goguenheim directeur d'ISEN Toulon. Nos diplômes sont reconnus par le CTI (Commission des titres d'ingénieurs) et nous offrons plusieurs spécialités."

À Nîmes, l'école propose une spécialisation en e-santé, un secteur porteur sur la région qui devrait faire le lien "entre les étudiants et l'écosystème en place entre Nîmes et Montpellier". Quand les effectifs seront plus complets, l'ISEN envisage d'ouvrir de nouvelles spécialités sur le bâtiment intelligent ou l'environnement santé et numérique.

Une nouvelle vie étudiante

Après le départ de l'École Mines d'Alès du bâtiment de la rue Georges Besse, l'Agglomération avait souhaité voir arriver une autre école. Elle avait acheté les 9 000 m2 du parc scientifique et technique en novembre 2015 (5,6 M€ et 1 M€ de réparation) et voulait un nouvel élan.

"L'Agglomération n'avait pas la volonté farouche d'acheter ce bâtiment, mais nous sommes arriver à le faire vivre, s'enthousiasme Yvan Lachaud, président de Nîmes Métropole. La Région nous a aidé à accueillir l'école, mais le parc scientifique a aussi le centre de formation de la Saur, une école de la deuxième chance pour ingénieurs ou encore le Cnam. Surtout, nous ouvrirons bientôt un FabLab. Désormais 6000 m2 sont occupés sur les 9000 proposés."

Avec l'ambition affichée par l'ISEN d'accueillir 600 ingénieurs d'ici trois ans, Nîmes verra sa population étudiante augmenter. Un point important car "développement économique et formation sont liés", selon Yvan Lachaud.

"Les jeunes du territoire, qui veulent faire des études mais qui n'ont pas les moyens de partir ailleurs, peuvent désormais étudier sur place et dans de très bonnes conditions", conclut-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :