Opération Campus : 183 M€ prêtés par la Caisse des Dépôts et la BEI

 |   |  759  mots
Signature de deux emprunts de la COMUE-LR avec la Caisse des dépôts et avec la BEI, le 23 octobre 2017.
Signature de deux emprunts de la COMUE-LR avec la Caisse des dépôts et avec la BEI, le 23 octobre 2017. (Crédits : Edouard Hannoteaux)
Une nouvelle étape décisive a été franchie le 23 octobre avec la signature de deux emprunts contractés par la COMUE-Languedoc-Roussillon Universités auprès de la Caisse des Dépôts et de la Banque Européenne d’Investissement. Soit 183 M€ qui vont permettre le lancement de huit nouvelles opérations.

Le plan national Opération Campus vise à requalifier les campus et accroître leur visibilité internationale, à améliorer les conditions d'accueil des étudiants et des équipes de recherche, et à favoriser les synergies entre formation, recherche et innovation.

À Montpellier, porté par la COMUE-Languedoc-Roussillon Universités, il se traduit « par un effort massif des pouvoirs publics pour déployer l'université du XXIe siècle », fait observer Gilles Halbout, le président de la COMUE-LR. Cet engagement financier ciblé de l'État associe également la Région Occitanie, Montpellier Méditerranée Métropole et la Ville de Montpellier. Il est prévu pour s'achever en 2052.

En septembre 2017, l'État a choisi de franchir une nouvelle étape en déléguant un capital de 325 M€. Les intérêts produits par ce capital, soit 13,1 M€ par an, serviront à rembourser durant trente ans les emprunts contractés par la COMUE-LR auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) pour 86 M€, et de la Banque Européenne d'Investissement (BEI) pour 97 M€.

Ces deux emprunts de 183 M€ au total ont été signés le 23 octobre 2017, « une étape décisive », note Gilles Halbout. Ils donnent « le top départ » pour la réalisation de grandes opérations durant les cinq prochaines années.

Priorité à la formation des jeunes

« Il s'agit de la 1e opération de la BEI avec la COMUE, souligne Tanguy Desrousseaux, responsable, à la BEI, des activités de financement des infrastructures et du secteur public en France. Ce financement s'inscrit dans l'action prioritaire de la BEI en faveur de la formation et de l'emploi des jeunes. En tout, ce sont ainsi 12 opérations Campus qui ont été approuvées à ce jour par la BEI, dont 10 d'ores et déjà signées, pour un investissement global de plus de 1,1 Md €. »

« Nous devons faire en sorte que les universités puissent rivaliser avec les leaders mondiaux de l'enseignement et de la recherche, approuve Thierry Ravot, directeur régional de la CDC Occitanie. Ce projet est remarquable car il s'inscrit dans une démarche de campus d'avenir. Nos entreprises ont besoin de compétences et ce sont les parcours universitaires qui nous apportent ces compétences. »

+ 2 % de surfaces bâties, + 10 % d'étudiants

Le programme des opérations à venir s'appuie sur une stratégie concertée de tous les acteurs de l'Opération Campus, qui, à terme, propose une augmentation des surfaces bâties de 2 % pour une augmentation des effectifs étudiants de 10 % au terme de 2025.

Ce sont ainsi huit grandes opérations qui vont être engagées par la COMUE-LR pour construire au total 35 000 m2 de bâtiments modernes, en réhabiliter 42 000 m2, tout en réalisant des aménagements paysagers : le Village des Sciences - phase A (35 M€, travaux 2017-2019), des aménagements paysagers cœur de campus sur 50 ha de l'Université Paul Valéry (21 M€, travaux 2017-2022), l'Atrium Learning Center de l'Université Paul Valéry Montpellier 3 (56 M€, travaux 2018-2020), les laboratoires de physique de l'Université de Montpellier (35 M€, travaux 2019-2022), le Village des Sciences - phase B (21,7 M€, travaux 2020-2022), la restructuration du Campus pharmacie (22,5 M€, travaux 2020-2022), la restructuration du bâtiment Raimon Llull (21,7 M€, travaux 2020-2022), la construction d'un restaurant universitaire sur le Campus Saint-Priest (5 M€, travaux 2018-2019), la réhabilitation du bâtiment 6 de la cité universitaire Colombière (3 M€, travaux 2018-2019).

Une ambition plus large

« 72 M€ ont déjà été alloués via les intérêts intercalaires entre 2010 et 2017, précise Armande Le Pellec-Muller, recteur de la Région Académique Occitanie, lesquels ont financé 20 projets de réhabilitation sur le campus.

De son côté, la Région Occitanie co-finance à hauteur de 162,5 M€. Elle a déjà engagé 104 M€ dans la construction du Pôle chimie Balard et de la nouvelle Faculté de médecine.

« La Région voit un intérêt à rassembler la communauté universitaire, à redonner du lustre aux établissements, commente Hussein Bourgi, conseiller régional. Les condition d'accueil des étudiants doivent être les meilleures possibles. »

« Ce plan s'inscrit dans une ambition nationale plus large du Président de la République, à savoir un plan d'investissement de 57 Mds €, dont 3,5 Mds pour l'université et 4,6 Mds pour l'innovation et la recherche », ajoute Pierre Pouëssel, préfet de l'Hérault, qui représentait le préfet de Région Pascal Mailhos.

Selon le représentant de l'État, « Montpellier est très bien placée » car avec ce plan, il s'agit de développer notamment l'intelligence artificielle, les nanotechnologies ou encore la cybersécurité, autant de secteurs sur lesquels la ville se positionne en bonne place.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :