Le Montpelliérain Olivier Torrès lance le 1er MOOC pour entrepreneurs

 |   |  822  mots
(Crédits : Edouard Hannoteaux)
Trop de stress, pas suffisamment de sommeil… L’activité entrepreneuriale peut comporter une part de risques pour la santé des dirigeants. L’universitaire montpelliérain Olivier Torrès lance un MOOC qui s’adresse aux chefs d’entreprises pour mieux comprendre et prévenir ces risques.

« Le travail, c'est la santé ! ». L'affirmation est formulée par l'enseignant-chercheur montpelliérain Olivier Torrès, qu'Objectif Languedoc-Roussillon a sollicité pour évoquer le lancement, le 16 mai, de son MOOC destiné aux dirigeants d'entreprises et dédié à leur santé.

Car entreprendre peut aussi être risqué pour la santé... Baptisée AMAMOOC et financée en partie par la Fondation MMA, cette formation gratuite en ligne propose, en quatre semaines, de comprendre les effets de l'activité entrepreneuriale sur la santé et d'en prévenir les risques.

Hasard de calendrier ? Début mai, la Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur a présenté les résultats d'une étude baptisée « La forme physique et mentale du dirigeant d'entreprise » et réalisée avec Opinion Way auprès d'un échantillon de 1504 dirigeants (58 %) et dirigeantes (42 %) de petites et moyennes entreprises françaises (moins de 50 salariés). L'enquête a interrogé 152 de ces dirigeants en Occitanie.

Les conclusions de l'enquête révèlent que 96 % des dirigeants en Occitanie estiment être en bonne santé mais 28 % considèrent que leur état de santé s'est détérioré au cours des cinq dernières années (26 % au niveau national).

Le stress apparaît comme un facteur important, accompagnant les journées de plus d'un dirigeant de la région Occitanie sur deux, avec un impact néfaste sur la santé de 77 % des chefs d'entreprise.

L'impact du stress

Les facteurs de stress ayant un impact fort sont, selon eux, le manque de trésorerie (63 %), les incertitudes sur l'activité de l'entreprise (59 %), la surcharge de travail (59 %), les difficultés à licencier (49 %), les difficultés relationnelles avec certains salariés (42 %), l'organisation du temps de travail des salariés (31 %), la crainte des prud'hommes (26 %) et la gestion des fournisseurs (25 %).

44 % déclarent ressentir le besoin d'être aidés pour gérer leur stress, et 56 % aimeraient être accompagnés par un coach. Toutefois, 67 % des chefs d'entreprises répondent que leur santé n'aura pas eu d'impact négatif sur leur performance professionnelle.

«  Faux !, s'insurge Olivier Torrès. Par exemple, il est avéré qu'un mauvais sommeil affecte la capacité de l'entrepreneur à saisir des opportunités. »

Apprendre en 4 semaines

Fort des connaissances accumulées au sein de l'observatoire Amarok qu'il a créé il y a huit ans et qui se consacre à la santé des dirigeants (PME, commerçants indépendants, professions libérales, artisans), Olivier Torrès s'est emparé du format du MOOC pour cibler les chefs d'entreprises.

« Puisque ces gens-là ne vont pas à la santé au travail, il faut faire en sorte que ce soit elle qui aille à eux, affirme Olivier Torrès. D'ou ce MOOC léger de quatre semaines, portant sur quatre thématiques : les bénéfices du travail entrepreneurial, la gestion du stress, le sommeil et le burn-out. »

Une fois considéré l'aspect positif de l'entrepreneuriat, le MOOC entre dans le vif du sujet sur une question pathogène et récurrente : le stress.

« Je veux tordre le cou à l'idée qu'il y aurait du stress positif, s'emporte le chercheur. En revanche, il y a le stress subi et le stress choisi. Et il est vrai que le stress challenge a un impact faible sur la santé car il génère de la satisfaction. Nous proposons un outil, le stressomètre, qui permet d'apprendre à repérer les facteurs de stress et à évaluer le niveau de stress. Le fait d'identifier ces facteurs permet d'apprendre à les éviter. »

Déception et lassitude

La thématique du sommeil s'appuie sur les travaux réalisés par Florence Guiliani, doctorante de l'unité de recherche Montpellier Recherche en Management au sein du Labex, auteur d'une thèse sur « Le sommeil et la vigilance entrepreneuriale ».

Outre des chiffres sur les temps de sommeil, le MOOC dispense des conseils pour réparer le manque de sommeil : la sieste-flash, la régularité du coucher, le sas de décompression avant d'aller dormir.

« Par exemple, ne surtout pas regarder ses mails à ce moment-là, car on ne pourra pas agir ! », préconise Olivier Torrès.

Enfin, la 4e semaine sera consacrée au risque de burn-out. Selon le chercheur, le premier facteur repérable chez le dirigeant est un sentiment de déception, lié au sur-engagement, suivi d'un sentiment de lassitude et d'un manque de sommeil.

« 15 % des patrons de TPE et PME sont en risque de burn-out, souligne-t-il. Une fois qu'on a posé le diagnostic, le MOOC propose un outil téléchargeable d'auto-repérage du risque de burn-out en dix questions. Les dirigeants peuvent aussi l'utiliser pour leurs propres salariés... »

Les conjoint(e)s aussi

Le jour de son lancement, le MOOC comptabilisait rapidement 577 inscrits.

« Je prévois de l'ouvrir 4 fois, et la prochaine sera certainement en octobre de façon à le diffuser aussi auprès des étudiants, ajoute Olivier Torrès. Les conjointes et conjoints de dirigeants mais aussi les accompagnateurs dans les pépinières d'entreprises peuvent aussi suivre ce MOOC et aider les dirigeants à repérer des facteurs de risque. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2017 à 14:09 :
J'y crois

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :