Michael Schønwandt reconduit à l’Opéra de Montpellier

 |   |  485  mots
(Crédits : OONM)
Arrivé à l’Opéra Orchestre National de Montpellier (OONMO) en 2015, Michael Schønwandt vient d’être reconduit comme chef principal jusqu’en 2021. Pour cette nouvelle saison, il dirigera notamment une production lyrique et quatre concerts symphoniques.

"Musicalement et humainement, Montpellier occupe une place primordiale dans ma vie", déclare Michael Schønwandt, visiblement heureux de voir son contrat de chef principal de l'Opéra Orchestre National Montpellier Occitanie renouvelé jusqu'en juin 2021. L'annonce a été officialisée par le président Didier Deschamps et la directrice générale Valérie Chevalier.

Alors que son actualité musicale est particulièrement dense à l'international (Vienne, Berlin, Copenhague, Bruxelles, Budapest, Paris, Anvers...), le chef d'orchestre danois, âgé de 64 ans, entame avec toujours la même ferveur sa troisième saison à l'OONMO.

La musique en live

Formé à la Royal Academy of Music de Londres, Michael Schønwandt, qui a été Directeur musical de l'Opéra Royal de Copenhague, de l'Orchestre Royal du Danemark et du Berliner Sinfonie-Orchester, a consacré une grande partie de sa carrière au répertoire symphonique (il continue d'ailleurs de diriger les plus grands orchestres philarmoniques mondiaux). C'est donc sur les chapeaux de roue que va démarrer, le 13 octobre 2017, la saison symphonique de l'OONMO avec au programme de ce concert d'ouverture, Brahms, Debussy et Kodaly interprétés par la phalange montpelliéraine sous la direction de son chef principal.

"Ce qui m'intéresse, c'est de lier étroitement la musique au public. Je brule d'émotion et d'envie de transmettre tout cela au public", confie Michael Schønwandt.

Dirigeant au minimum une production lyrique et quatre concerts symphoniques par saison, le chef d'orchestre partage avec Valérie Chevalier la responsabilité musicale et artistique. Subventionné à hauteur de 21,8 M€ (13 M€ de la Métropole, 4 M€ de la Région, 3,2 M€ de l'État et 1,6 M€ billetterie), l'OONMO, qui fait face à des difficultés financières, souhaite développer de nouveaux formats afin d'attirer un plus large public.

"Il faut briser cette image passéiste de vieux messieurs qui jouent de la musique. Montpellier est une ville jeune, dynamique, à taille humaine. Nous avons mis en place des passerelles avec des étudiants pour leur faire découvrir nos métiers et leur donner la possibilité d'assister aux répétitions. Chaque fois, nous avons fait salle comble."

Un nouvel élan vers 2019

Concerts éducatifs, journées à l'opéra, salons-préludes aux concerts, visites d'avant spectacle à l'Opéra Comédie, matinées musicologiques, scènes ouvertes classiques : l'OONMO multiplie les expériences musicales exceptionnelles pour sensibiliser son public.

Un public nombreux, en témoigne la représentation lyrique de l'Italienne à Alger de Rossini qui a affiché complet les trois soirs. War Requiem, le chef d'œuvre emblématique du 20e siècle de Benjamin Britten, devrait être l'un des temps forts de cette saison. Mais déjà, le chef d'orchestre voit plus loin.

"En 2019, l'Opéra Orchestre National de Montpellier Occitanie fêtera ses 40 ans. C'est le moment de faire le bilan. Les années à venir vont être marquées par un renouvellement des musiciens qui va apporter un nouveau souffle. Tout cela est très inspirant."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :