Le cluster Sud Constructeurs Bois veut faire jouer la "fibre" régionale

 |   |  395  mots
(Crédits : DR)
Six entreprises montpelliéraines de construction bois ont lancé, le 10 mars, le cluster Sud Constructeurs Bois. L’ambition ? Fédérer 40 entreprises régionales d’ici fin 2016 et bâtir un partenariat avec la filière bois du Languedoc-Roussillon (2,8 Mds € de CA) pour développer le business local.

Si le vocable cluster est à la mode, il y a longtemps que ses principes - le groupement d'entreprises sur un territoire pour développer le business local - sont pratiqués. C'est dans cet esprit qu'est né le cluster Sud Constructeurs Bois, à l'initiative de six PME montpelliéraines de la construction bois voulant optimiser leurs chances de conquête et de maîtrise des marchés sur le territoire régional.

« L'offre régionale de construction est composée de très petites structures. Face à cette problématique de taille critique, le principal enjeu du cluster est de nous rendre visibles par rapport aux donneurs d'ordre nationaux », explique Pascal Lambert, président du cluster et patron de la société de construction et charpente Environnement Bois, basée à Mudaison (34).

Avec cinq autres PME montpelliéraines (Selvea, Structures Bois Couverture, Technibois, Tradi-Bois, Vecteur Bois), ce patron de PME (30 salariés, 2,5 M€ de CA) est à l'origine de ce groupement d'entreprises créé début 2016 sous la forme associative, et qui pour sa première réunion plénière jeudi 10 mars, rassemblait déjà 25 patrons de TPE et PME régionales.

40 entreprises fédérées en 2016

« Nous avons collecté lors de cette première réunion, 20 intentions d'adhésion, représentant 400 emplois directes en région », détaille Pascal Lambert dont l'ambition est de fédérer, d'ici fin 2016, 40 entreprises adhérentes et d'ouvrir le groupement dès 2017 aux autres régions PACA, Aquitaine et Rhône-Alpes.

L'idée est de bâtir une stratégie partenariale avec l'interprofession Arfobois en Languedoc-Roussillon (et prochainement avec Midi-Pyrénées Bois, son équivalent sur l'ancienne région administrative de Midi-Pyrénées) pour favoriser le développement du business régional.

« Si les marchés de la filière bois profitent aux acteurs locaux, cela entraînera des retombées économiques de proximité fortes, notamment dans le domaine de la formation, de l'exploitation forestière ou même des activités de seconde transformation comme la raboterie et la découpe », détaille Pascal Lambert.

Sur le seul Languedoc-Roussillon, la filière bois représente en 2015, 4 200 entreprises, 12 000 emplois dont 40 % dans le secteur de la construction, pour un chiffre d'affaires global généré de 2,8 Mds €, selon une récente étude d'Arfobois qui sera restituée le 31 mars 2016 (« Formations, compétences et emplois dans la filière bois en Languedoc-Roussillon »).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :