Objectif Languedoc-Roussillon annonce la monétisation de ses contenus

 |   |  542  mots
Jean-Claude Gallo, directeur de la publication d'Objectif Languedoc-Roussillon et vice-président de La Tribune
Jean-Claude Gallo, directeur de la publication d'Objectif Languedoc-Roussillon et vice-président de La Tribune (Crédits : C. Caville)
À compter du 22 juin, les articles mis en ligne et publiés dans la newsletter quotidienne d’Objectif Languedoc-Roussillon seront accessibles par abonnement. Jean-Claude Gallo, directeur de la publication et vice-président de La Tribune, explique en quoi cette offre va bien au-delà, et s’impose dans la configuration régionale actuelle.

Où en est Objectif Languedoc-Roussillon en 2016 ?

Nous avons créé ce titre il y a 17 ans, et il a su évoluer au fil de temps, dans sa ligne éditoriale, au travers des formules successives, mais aussi en trouvant sa voie digitale. Nous avons été précurseurs en lançant la première newsletter - d'abord hebdomadaire, puis quotidienne - d'information économique en Languedoc-Roussillon. Une nouvelle impulsion a été donnée avec l'entrée au capital de La Tribune, deuxième acteur de l'information économique en France, qui nous a apporté un nouveau savoir-faire sur le digital avec la mise en place d'un site réimaginé en 2014, qui constitue une offre incomparable en région avec ses relais d'information locale, nationale et internationale. Cette offre a su convaincre 80 000 lecteurs tous les mois sur notre site, et plus de 100 000 avec le magazine. Je souligne aussi la forte prégnance de tous les événements en BtoB que nous organisons aujourd'hui sur des thématiques telles que les start-ups et l'innovation, la santé, la Smart City, etc. Nous accueillons ainsi plus de 4 000 personnes tous les ans sur les opérations que nous produisons. Là encore, nous disposons d'un relais national avec La Tribune, puisque notre événement La Tribune Women's Awards, dont la 6e édition s'est tenue récemment à Montpellier, se traduit aussi par une finale nationale à Paris - et la région peut s'enorgueillir d'avoir déjà eu plusieurs lauréates... J'ajoute que ce mouvement va se développer, avec un axe national/local appelé à se renforcer dans les prochains mois.

Vous annoncez aujourd'hui le basculement vers un modèle payant. Pourquoi ce choix ?

Parce que nous sommes désormais en phase de transition : comme n'importe quelle entreprise, nous ne pouvons proposer cette offre sans un modèle économique adapté. Nous allons en effet proposer un système d'abonnement payant, la formule qui s'impose pour aller vers toujours plus de valeur ajoutée dans notre newsletter, sur notre site, dans nos événements, dans notre magazine et autres produits hors série, qui seront complétés dans les mois à venir. Avec un abonnement de 14 € par mois, le lecteur a accès à une offre complète en matière d'information sur l'économie et sur les entreprises présentes dans l'ensemble de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. En synergie avec nos confrères de La Tribune Toulouse, c'est en effet une équipe d'une dizaine de journalistes et photographes qui se mobilise sur l'ensemble de la nouvelle région.

L'offre que vous proposez est-elle un abonnement comme un autre ?

Non, car je reste un ardent défenseur du pluralisme en matière de presse. Il est primordial d'avoir un lectorat militant de la cause régionale. Il est donc vital qu'un groupe de presse tel que le nôtre puisse vivre de son travail, et soit en capacité de couvrir cette information à la hauteur de ses ambitions. Par ailleurs, le pluralisme est une valeur encore plus précieuse à l'heure où d'énormes concentrations se produisent dans la presse française, tant au plan national que local. L'offre payante que nous proposons à compter de mercredi 22 juin concrétise cette vision. Je connais l'attachement à notre titre chez les décideurs de la région, et aux valeurs qu'il représente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :