Mobilité : la Métropole va créer un réseau de BHNS

 |   |  557  mots
30 M€ seront investis sur la voirie pour bâtir le futur réseau métropolitain de BHNS
30 M€ seront investis sur la voirie pour bâtir le futur réseau métropolitain de BHNS (Crédits : TAM)
Dans le cadre d'un nouveau plan d'actions sur la mobilité, dévoilé le 7 juin, Philippe Saurel, président de la Métropole, a annoncé la création de trois lignes de bus à haut niveau de service (BHNS) à Montpellier, sur près de 50 km. D'autres annonces ont porté sur le tramway et le réseau ferroviaire.

Philippe Saurel, président de la Métropole de Montpellier et maire de la ville, a présenté, le 7 juin, ses nouvelles orientations en matière de mobilité, avec cet objectif : "desservir 75 % de la population par le réseau structurant des transports métropolitains d'ici 2024, contre 51 % à ce jour". Parmi les annonces majeures de cette nouvelle feuille de route figure la création de trois nouvelles lignes de bus à haut niveau de service (BHNS).

30 M€ investis sur la voirie

À Montpellier, le BHNS - un système de transport utilisant le bus avec une forte fréquence, une amplitude horaire élevée et un parcours intégralement ou partiellement privatif - s'étendra sur plus de 50 km, dans et hors la ville. La 1e ligne reliera la zone d'emploi du Millénaire à Notre-Dame-de-Sablassou, avant d'être étendue jusqu'à Castries.

La deuxième ligne de BHNS assurera une liaison interquartiers entre la place Charles de Gaulle, à Castelnau-le-Lez, et les Sabines. Enfin, la troisième desservira les Cévennes, Alco et Euromédecine depuis le Pérou.

Les travaux sur la voirie pour aménager le parcours du BHNS nécessiteront 30 M€ d'investissements sur huit ans. "Les plus modestes", selon Philippe Saurel, commenceront en 2018, tandis que les plus lourds ne débuteront qu'après une phase d'études.

"Il ne sert à rien de mettre plus de bus en ville s'ils restent bloqués dans le trafic, estime le président de la Métropole, Avec les BHNS, qui fonctionnent sur des voies de circulation sanctuarisées, nous allons gagner en efficacité de fonctionnement, et nous allons donc gagner des recettes et faire des économies. Ces montants seront réinjectés dans le desserte secondaire des communes de la Métropole, notamment à l'ouest."

Le réseau de bus classique, pour sa part, sera complété par "quatre lignes structurantes" : à Prades-le-Lez en connexion avec la ligne 5 du tramway, entre les Hauts de Massane et Albert Ier, entre la Martelle et Estanove, au quartier Ovalie, et entre les communes de Cournonsec et Lavérune.

Cinq nouveaux pôles multimodaux

Ce plan d'actions inclut, par ailleurs, le renforcement du réseau de tramway. L'extension de la ligne 1, dont le financement (50 M€) a été voté, permettra de relier Odysseum au pôle d'échange multimodal (PEM) de la future gare TGV Montpellier Sud de France, en cours de construction sur la zone de la Mogère.

La ligne 5 (coût global : 400 M€), qui sera construite "sur la base de la DUP actuelle" selon Philippe Saurel, reliera Clapiers à Lavérune. Les travaux sur la partie nord démarreront avant la fin de la mandature ; sur la partie ouest, une modification de la DUP sera nécessaire, en revanche, pour contourner le parc Montcalm à Montpellier - une promesse de campagne de Philippe Saurel aux municipales de 2014.

Enfin, un troisième volet de ce plan d'actions porte sur le réseau ferré, qui sera complété par la création de trois nouveaux PEM : à Notre-Dame-de-Sablassou, à Villeneuve-lès-Maguelone et à côté de la future gare Montpellier Sud de France.

"Nous disposerons de cinq PEM au total (avec ceux de Baillargues et de Saint-Roch à Montpellier, NDLR), souligne Philippe Saurel. Avec la mise en route de Montpellier Sud de France (livrable fin 2017, NDLR), des sillons seront libérés, ce qui permettra d'augmenter l'offre de trains et TER régionaux sur Saint-Roch."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :