Taxe poids lourds : la Région candidate à l’expérimentation

 |   |  358  mots
(Crédits : DR)
Après que le gouvernement a rouvert, début juillet, le dossier d’une taxe poids lourds, la Région confirme qu’elle figure parmi les candidates pour tester le dispositif, déjà évoqué par Carole Delga lors des élections régionales de 2015. Ce droit d’expérimentation fait partie des propositions d’Emmanuel Macron, formulées lors de la Conférence nationale des territoires, qui se tenait le 17 juillet au Sénat.

En proposant, le 5 juillet, la création d'une nouvelle taxe sur les poids lourds "afin qu'ils contribuent au financement de nos infrastructures", la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a formulé une proposition très proche de celle défendue par Carole Delga lors des élections régionales de fin 2015.

"Je veux lancer le débat autour d'une taxe sur les poids lourds en transit international, déclarait l'actuelle présidente du Conseil régional en présentant son programme de campagne, le 21 octobre 2015 à Montpellier. Ils utilisent nos routes, les abiment, sans parler de la pollution, aussi il me semble nécessaire de les taxer pour financer nos infrastructures. C'est un débat qu'il faudra porter devant le gouvernement, car cette taxe nécessitera l'adoption d'une loi."

Contacté par Objectif Languedoc-Roussillon, l'entourage de Carole Delga confirme que l'Occitanie figure par les régions ayant déjà fait acte de candidature auprès du gouvernement pour expérimenter cette nouvelle taxe, peu après les déclarations de la ministre. Le Conseil régional invoque le motif du trafic de poids lourds depuis et en direction de l'Espagne, estimé entre 20 000 et 30 000 camions par jour.

"Cette proposition de la ministre fait écho à celle portée par Carole Delga en 2015, et viserait uniquement les poids lourds en transit national et international : une exonération devra être trouvée pour le trafic local assuré par les camions faisant de transport de marchandises, fait savoir la Région. Trop de poids lourds ont ordre de quitter les autoroutes car ils ne veulent plus payer de péage. Ils circulent alors sur le réseau secondaire, dont les collectivités ont la charge. Or nous devons retrouver une capacité à financer ce réseau, et les infrastructures de transport collectif en général. Pourquoi ne pas utiliser cette taxe ?"

Lors de la Conférence nationale des territoires, organisée le 17 juillet par le gouvernement au Sénat et visant à instaurer un nouveau dialogue entre l'État et les territoires, le Premier ministre Edouard Philippe s'est déclaré pour "un droit à l'expérimentation, à la différenciation, à la délégation", en faveur des collectivités territoriales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2017 à 16:13 :
Il est prudent en effet d'éviter la confrontation direct avec les lobbys concernés mais par contre indispensable de commencer à faire payer les pollueurs, destructeurs sans parler du nombre de morts que les camion occasionnent non pas aux chauffeurs mais aux autres.

Et aussi depuis le temps qu'on nous le promet sans que jamais cela soit effectué, d'obliger tous les camions à prendre l'autoroute aussitôt qu'ils le peuvent.
a écrit le 18/07/2017 à 12:01 :
Taxe poids lourds.... qui va la payer au final .... ben NOUS ! Alors qu'en réfléchissant bien , certaines marchandises n'ont rien à y faire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :