Le pôle Réalis fête son 1er anniversaire avec la YESS Académie

 |   |  625  mots
Le pôle Réalis, à Montpellier, fête son 1er anniversaire en décembre 2014.
Le pôle Réalis, à Montpellier, fête son 1er anniversaire en décembre 2014. (Crédits : Christine Caville)
Porté par la Région, le pôle Réalis, qui accompagne les projets relevant de l’économie sociale et solidaire (ESS), héberge 12 entreprises, un an après son ouverture. Il accueille, les 11 et 12 décembre, la YESS Académie de l’entrepreneuriat social, inspirée des "Start-up week-ends". Questions à Céline Combes, directrice de Réalis.

Quel bilan faites-vous de cette première année du pôle Réalis ?

Elle a été d'une grande richesse. Le pôle a dépassé tous ses objectifs de remplissage et connaît une dynamique qui prouve que c'était un outil attendu dans la région. Il est le dernier chaînon manquant de l'écosystème régional, un véritable pôle avec une offre de services complète, et pas qu'une pépinière.

Combien d'entreprises Réalis héberge-t-il aujourd'hui ?

La pépinière a accompagné 16 entreprises alors que notre objectif était de 12 environ, et parmi elles, 12 sont hébergées. Soit 50 % des m2 loués.  Notre ambition est d'accompagner les entreprises mais elles peuvent être hébergées ailleurs... Nous sommes très sélectifs. Nous avons jusqu'à fin 2016 pour aller au bout de cette montée en charge d'une trentaine d'entreprises accompagnées. Parmi les dernières entreprises arrivées à Réalis, il y a Inn'Pact (conseil sur l'amélioration des conditions de travail, NDLR), Terres des Andes et d'Ailleurs (voyages équitables et solidaires, NDLR), PDCA (sous-traitance de câblage électrique, NDLR), ou encore LVD Énergie, une entreprise d'insertion dans le secteur de l'habitat déjà présente en PACA et qui cherche à se développer en Languedoc-Roussillon.

Qu'est-ce que la récente loi relative à l'ESS, adoptée en juillet 2014, a changé ?

Le Conseil régional Languedoc-Roussillon s'était positionné sur l'ouverture à l'entrepreneuriat social bien avant la loi... L'écosystème a montré qu'il y a beaucoup d'entrepreneurs qui faisaient de l'ESS sans le savoir. Des M. Jourdain de l'ESS ! La loi a été un magnifique révélateur qui a appuyé le choix de la Région. Des projets d'entrepreneurs sociaux se sont révélés alors qu'avant, les gens ne se reconnaissaient pas. Maintenant, il faut travailler, afin d'éviter le risque de « social washing ».

Le pôle Réalis va accueillir la YESS Académie les 11 et 12 décembre. De quoi s'agit-il ?

Le Conseil régional souhaitait fêter l'anniversaire de la 1e année de Réalis et continuer à faire la promotion de l'entrepreneuriat social. L'idée était donc de créer un événement au service des entrepreneurs du territoire. On avait remarqué que les start-up week-end fonctionnaient bien pour les innovations technologiques, mais qu'il n'y avait rien sur l'entrepreneuriat social. L'objectif de la YESS Académie, c'est de faire émerger des projets. Aujourd'hui (entretien réalisé le 8 décembre, NDLR), 28 projets et 150 participants sont inscrits. Nous allons dépasser nos ambitions. Un projet d'ESS est un projet collectif, et nous avons permis l'inscription en tant que porteur de projet ou d'équipier. C'est la raison pour laquelle il y aura beaucoup d'étudiants en provenance des différents masters existant en région. Je suis stupéfaite de la diversité et de la qualité des projets, de la réserve d'idées qui existe sur le territoire. De nombreux secteurs vont être concernés : l'habitat collectif, le commerce équitable, la santé côté bien-être, etc.

Que viennent chercher les participants ?

Les participants cherchent une mise en réseau, et viennent apprendre à reconnaître leurs forces et leurs faiblesses, à vendre leur produit. Mais ils viennent avant tout chercher une reconnaissance. Les 15 jurés sont des personnalités reconnues en région, ce qui constituera un faire-valoir pour les quatre lauréats, auxquels le président de Région, Damien Alary, et la vice-présidente déléguée au développement économique et à l'ESS, Hélène Giral, remettront les diplômes vendredi soir, en présence de François Trinh-Duc (rugbyman professionnel, NDLR), le parrain de l'événement. Ils gagneront également de l'accompagnement par Alter'Incub ou Réalis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :