Faciligo, une plate-forme d’entraide sur les bons rails

 |   |  648  mots
(Crédits : Faciligo)
Porté par deux Montpelliérains, le projet de plate-forme mettant en relation les voyageurs est en passe de se concrétiser. Faciligo, qui collectionne les distinctions, travaille avec la SNCF et vise Air France pour développer des solutions communes.

Révélé par la YESS Académie en décembre 2014 (il avait remporté le 3e prix), Faciligo poursuit son chemin vers la création effective d'une plate-forme de mise en relation de voyageurs, avec pour objectif de faciliter le voyage des personnes en perte d'autonomie (personnes âgées, personnes à mobilité réduite, enfants, etc.).

Porté par Hind Emad et Moussa Bouasba, Faciligo avait remporté en février 2015 le 2e prix du concours d'application Open data autour du voyageur TER de la SNCF.

« Cela nous permet d'être visibles par la SNCF et de continuer à travailler avec eux sur une solution dont ils ont confirmé le besoin, se réjouit Hind Emad. Une étude-flash a d'ailleurs confirmé la progression de cette demande au vu de la population vieillissante. »

Un avantage concurrentiel que les jeunes entrepreneurs entendent bien protéger, et qui va franchir une étape supplémentaire grâce à une nouvelle distinction, annoncé le 28 mai dernier par le président de Montpellier Métropole, Philippe Saurel, dans le cadre du Forum Smart city organisé par Objectif Languedoc-Roussillon : Faciligo est lauréat de l'appel à idée national lancé dans le cadre de la Ville intelligente par la Métropole. Et se verra attribué une dotation de 15 000 €.

« Ce financement va nous permettre de développer le site et l'application dans les six mois à venir, déclare Hind Emad. La plate-forme fonctionnera pour les trains, mais aussi pour les transports publics urbains type tramway. Et dans un premier temps, à Montpellier, et ensuite dans d'autres grandes villes. »

En effet, les lauréats de l'appel à idée vont désormais pouvoir candidater au Challenge Big Data monté par Montpellier Métropole Méditerranée en collaboration avec Rennes Métropole et le pôle Image & Réseau, dans le cadre des cinq initiatives sélectionnées par le ministère de l'Économie en décembre 2014.

Cible : les personnes âgées

Le projet est désormais doublement accompagné : Faciligo a intégré le BIC de Montpellier en février dernier, et a également obtenu l'agrément d'Alter'Incub.

Hind Emad et Moussa Bouasba travaillent à lever divers freins. Comme l'inquiétude soulevée concernant l'accompagnement de jeunes enfants.

« Nous allons laisser faire le service existant déjà dans les trains et nous proposerons plutôt l'accompagnement d'adolescents, préconise Hind Emad. Notre cible principale reste les personnes âgées... Quant à la problématique d'un accompagnateur qui ferait faux bond au dernier moment, nous avons prévu qu'un 2e accompagnateur potentiel, et même un 3e et un 4e, puisse s'inscrire. À terme, nous envisageons la possibilité de recruter des gens pour répondre à une urgence de dernière minute, mais bien entendu, ce sera conditionné à un volume suffisant d'activité. »

Incubateur parisien

Les jeunes entrepreneurs pensent déjà à lancer le service d'après : développer la plate-forme pour l'accompagnement de personnes sur des déplacements loisirs, santé, shopping, grandes surfaces, etc. Un service qui pourrait être testé dans le cadre de l'expérimentation sur les transport publics au début de l'année 2016.

« Les solutions seront lancées simultanément début 2016, idéalement même pour les fêtes de fin d'année afin de répondre aux besoins de la SNCF notamment », confirme Hind Emad, qui, en parallèle, est déjà en quête d'autres financements.

La cerise sur le gâteau serait l'accord de l'incubateur parisien de technologies à impact social, « Social Good Lab », qui faciliterait l'accès de Faciligo à la SNCF mais aussi à Air France.

« Ce serait une bonne chose en termes de visibilité parisienne et de financements, mais aujourd'hui, nous sommes en relation avec les bons services à la SNCF et nous avons des solutions pour avancer en attendant leur réponse, commente Hind Emad. Nous avons aussi été contactés par un accélérateur et un fonds d'investissement, mais pour l'instant, nous essayons d'aller jusqu'au bout par nos propres moyens. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :