La Chambre régionale de l’ESS absorbe son homologue de Midi-Pyrénées

 |   |  892  mots
Les représentants des CRESS régionales se sont rencontrés à Montpellier le 1er décembre 2015 : Jean-Claude Rousson, vice-président de la CRESS-LR et Président de la Mutualité Française ; Linda Adria, trésorière de la CRESS-LR et présidente du CRAJEP LR ; Olivier Hammel, président de la CRESS-LR ; Marielle GIRERD, administratrice de la CRESS-LR
Les représentants des CRESS régionales se sont rencontrés à Montpellier le 1er décembre 2015 : Jean-Claude Rousson, vice-président de la CRESS-LR et Président de la Mutualité Française ; Linda Adria, trésorière de la CRESS-LR et présidente du CRAJEP LR ; Olivier Hammel, président de la CRESS-LR ; Marielle GIRERD, administratrice de la CRESS-LR (Crédits : Luc Jennepin)
Pour s’adapter au changement administratif et territorial de la future grande région, les deux Chambres régionales de l’économie sociale et solidaire viennent d’engager un processus de rapprochement. La décision a été actée le 1er décembre : la CRESS-LR absorbera la CRESS-MP.

« Avec la loi ESS votée à l'Assemblée nationale le 21 juillet 2014, les Chambres régionales de l'économie sociale et solidaire (CRESS) sont reconnues d'utilité publique et se voient ainsi reconnaître le rôle qui est le leur depuis plusieurs années sur les territoires », rappelle avec satisfaction Olivier Hammel, président de la CRESS-LR, en préambule à la clôture du mois de l'ESS le 1er décembre 2015, qui était aussi l'occasion de célébrer les 15 ans de la CRESS-LR.

Outre la représentation auprès des pouvoirs publics, les CRESS ont pour mission l'appui à la création et au développement des entreprises, l'appui à la formation des dirigeants et salariés, l'information et l'accompagnement des entreprises de l'ESS à l'international.

Dans la future grande région, l'ESS* comptera près de 22 848 établissements (10 788 en LR, soit 10,4 % du total, et 12 060 en MP, soit 10,9 %). Les établissements de l'ESS pèseront donc 10,7 % de l'ensemble régional.

Côté emplois, l'ESS régionale comptabilisera 211 772 salariés (96 363 en LR, soit 12,5 % du total, et 115 409 en MP, soit 11,8 %). Les effectifs salariés de l'ESS représenteront donc 12,1 % des effectifs salariés régionaux. Et même 16,6 % de l'emploi privé.

Les rémunérations additionnées (2,4 Mds€ en LR et 2,8 Mds€ en MP) s'élèveront à 5,2 Mds€, soit 10,1 % du total régional des salaires.

Échéance : juin 2016

Le 1er décembre, à un mois de la fusion des régions, les deux CRESS se sont réunies à Montpellier pour évoquer les prémices de leur avenir commun, et ont acté, au cours du conseil d'administration du 1er décembre, que leur rapprochement se ferait par la voie d'une fusion-absorption

« Finalement, en accord avec nos collègues de Midi-Pyrénées, nous avons choisi d'aller plutôt vers une fusion-absorption et de transformer la coquille absorbante, en l'occurrence la CRESS-LR, en nouvelle CRESS régionale, explique Olivier Hammel, qui assure que les choses se font dans la sérénité. C'est plus simple et plus rapide que de créer une nouvelle structure, comme initialement envisagé. »

Autres raisons évoquées par Olivier Hammel, justifiant ce choix : « une solidité supérieure de la CRESS-LR d'un point de vue financier et budgétaire et du point de vue des relations avec les pouvoirs publics », ainsi que « des adhésions plus larges et représentatives en Languedoc-Roussillon ».

L'étape suivante sera de mettre en route les procédures juridiques d'absorption, et donc de rédiger un traité de fusion qui délimitera les conditions pratiques d'arrêté des comptes, les AG, ainsi que les modifications à apporter pour faire de la place à la CRESS de Midi-Pyrénées de façon équilibrée.

« Nous n'avons pas vocation à chapeauter le tout, affirme Olivier Hammel. La configuration de l'équipe de salariés fera l'objet d'une réflexion pour voir si l'addition des deux équipes (7 salariés en Languedoc-Roussillon, 4 en Midi-Pyrénées, NDLR) correspond bien aux besoins de la nouvelle CRESS. On s'est donné jusqu'au mois de juin 2016 pour tout mettre en place. »

Coventis maintenu à Montpellier

Quid de la future présidence ?

« Le sujet ne se pose pas pour le moment : la structure absorbante, c'est celle du Languedoc-Roussillon, dont je suis le président, déclare Olivier Hammel. Donc le président, ce sera moi dans un premier temps. On verra ensuite ce que décidera la nouvelle structure. »

Il assure par ailleurs que l'une des manifestations-phares organisées par la CRESS-LR, Coventis, la convention des entreprises de l'ESS, qui a désormais lieu tous les deux ans à Montpellier, sera maintenu et ouverte, dès l'édition 2016 en mai aux entreprises de Midi-Pyrénées

« Notre ambition est d'en faire un événement régional durable qui se tiendra à Montpellier tous les deux ans », affirme Olivier Hammel.

De même, le Pôle Réalis, pôle régional de l'entrepreneuriat économique et solidaire créé par la Région à Montpellier, pourrait voir ses compétences élargies à l'ensemble du futur territoire.

« Si la nouvelle Région est réglo... »

En mai dernier, la CRESS-LR, l'État et la Région Languedoc-Roussillon ont signé un accord-cadre pour le développement de l'emploi en Languedoc-Roussillon pour une période de cinq ans (2015 à 2020). Son objectif : « Conforter l'aptitude des entreprises de l'ESS à se développer, à élargir leurs marchés, à innover, à renforcer les compétences de leurs salariés et bénévoles et, in fine, à consolider leurs emplois et à en créer de nouveaux ». Plusieurs axes stratégiques ont été retenus, qui seront déclinés en actions transversales en adéquation avec les politiques menées par l'État et la Région.

L'accord se poursuivra donc malgré la disparition de la Région Languedoc-Roussillon au profit de la nouvelle collectivité élargie au périmètre de Midi-Pyrénées.

« Cet accord-cadre engage surtout un ensemble d'actions à caractère économique,  financées par les uns ou les autres, mais il n'y a pas d'enveloppe attribuée à l'avance, déclare Olivier Hammel, le président de la CRESS-LR. Si la nouvelle Région est réglo, il n'y aura aucun souci. »

Le président de la CRESS souligne que l'avenir dépendra de ce qui sortira des urnes, et se dit confiant « si c'est une ancienne secrétaire d'État à l'Économie sociale et solidaire qui gagne ». Entendre Carole Delga, donc.

* Source : CRESS LR / Oress LR (d'après INSEE, Clap 2013)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :