L'ESS crée 1 150 postes en un an, en Languedoc-Roussillon

 |   |  583  mots
(Crédits : Bpifrance)
La CRESS publie les dernières données de l’Urssaf, témoignant d’une progression significative de l’emploi dans le secteur de l’économie sociale et solidaire sur le périmètre de l’ex-Languedoc-Roussillon, hormis dans les coopératives de crédit.

Après trois trimestres consécutifs de quasi stabilité, les effectifs salariés dans l'économie sociale et solidaire (ESS) en Languedoc-Roussillon ont connu une reprise significative de 1,4 % au cours du 2e trimestre 2016. Ce qui s'est traduit par la création de 1 150 postes supplémentaires en un an.

Les chiffres viennent d'être publiés par la CRESS-LR (Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire), sur la base des données livrées par le service statistiques de l'Urssaf*.

Cette dynamique de l'emploi se révèle comparable à celle observée dans le reste de l'économie, où les effectifs ont progressé de 1,9 % sur la même période.

Les Scop et les Scic en tête

Les coopératives de crédit n'ont pas participé de cette progression puisque le recul de leurs effectifs, observé depuis le début de l'année 2014, s'est poursuivi, affichant une baisse de 1,4 % au 2e trimestre 2016.

C'est dans les autres coopératives (Scop, Scic, coopératives de commerçants, etc.) que la hausse de l'emploi a été la plus marquée, avec une augmentation de 9,9 % au 2e trimestre 2016. Un mouvement entamé depuis la mi-2011.

« Ce qui s'explique, au moins en partie, par le développement des Scop au niveau de l'ex-région Languedoc-Roussillon, soit du fait de leur croissance interne, soit du fait de la création de nouvelles Scop, soit du fait de la reprise d'entreprises classiques par leurs salariés », explique la note conjoncturelle de la CRESS.

L'emploi au sein de la composante mutualiste (mutuelles de prévoyance et mutuelles d'assurances réunies) s'est redressé de 1,3 % durant la période considérée. Les effectifs sein des fondations, qui croissaient à un rythme élevé depuis 2011, accusent une baisse de 0,9 % durant le 2e trimestre 2016.

750 postes dans le secteur associatif

En revanche, le secteur associatif, qui concentre à lui seul 85 % des postes de l'ESS, a connu un beau rebond de ses effectifs au cours du premier semestre 2016 (+ 1,4 % sur le 2e trimestre), mettant un terme à une année et demi de stabilité, voire de léger recul.

« Après avoir légèrement reculé au cours de l'année 2015, les effectifs dans le secteur de l'action sociale et médicosociale ont connu un net mouvement de reprise, de 2 %, au cours du 2e trimestre 2016, soit près de 750 postes supplémentaires », déroule l'étude.

Tous les domaines de l'action sociale et médicosociale sont concernés : + 4,3 % dans l'accueil des personnes âgées (après un ralentissement en 2015), + 0,4 % dans l'accueil des personnes handicapées (une tendance depuis la mi-2014), + 1,3 % dans le domaine de l'aide à domicile (alors que les effectifs régressaient depuis le début 2009), + 0,9 % dans l'aide par le travail, et + 3,6 % pour les autres actions sociales.

+ 3,5 % dans l'éducation mais - 2,1 % dans la culture

Par ailleurs, l'emploi dans le secteur associatif de la santé, qui progressait depuis le 2e trimestre 2014, a marqué le pas au 2e trimestre 2016 avec une baisse de 0,4 %. Après une baisse de 2,4 % au 1e trimestre 2016, les effectifs du secteur associatif du sport sont remontés de 1,9 % au 2e trimestre.

Dans la culture et les loisirs, où l'emploi était en recul sur la période précédente, la baisse se confirme, à - 2,1 %.

Enfin, dans le secteur de l'éducation, le léger mouvement de reprise s'est poursuivi et renforcé de manière significative (+ 3,5 %) au cours du 2e trimestre 2016.

 * Pour l'heure, les données de l'Urssaf portent sur le périmètre de l'ex-Languedoc-Roussillon, mais la démarche pourrait évoluer en 2017 pour s'étendre à toute l'Occitanie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :