Finances solidaires : la Région va créer un fonds dédié à l'ESS

 |   |  660  mots
Carine Blanc, déléguée générale de l’IéS, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et Marie-Meunier Polge, conseillère régionale déléguée à l’ESS.
Carine Blanc, déléguée générale de l’IéS, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et Marie-Meunier Polge, conseillère régionale déléguée à l’ESS. (Crédits : Cécile Chaigneau)
Le capital-risqueur solidaire IéS organisait les 26 et 27 janvier, au Pôle Réalis de Montpellier, deux journées de rencontre entre financeurs solidaires. Au terme des débats sur les moyens de consolider les modèles économiques de leurs structures, la Région a annoncé la création d'un fonds qui soutiendra 15 projets par an.

IéS (Initiatives pour une Économie Solidaire) est l'un des acteurs du capital-risque solidaire, qui finance et accompagne des projets collectifs en Occitanie/Pyrénées-Méditerranée. La coopérative de financement, créée en 1998, collecte l'épargne citoyenne, qui est alors réinjectée en fonds propres dans des entreprises locales dans le champ de l'économie sociale et solidaire (ESS), que ce soit en phase de création, de développement ou de transmission/reprise.

En dix-huit ans, IéS a financé 110 entreprises en région, soit 2,1 M€ investis (1,9 M€ d'encours) et plus de 900 emplois soutenus dans les 67 entreprises actuellement accompagnées. Elle compte à ce jour 935 coopérateurs dont 69 personnes morales (comme la commune d'Aureilhan, Ethiquable, le Crédit Coopératif ou La Nef).

Parmi les entreprises accompagnées figurent Hab-Fab (coopérative montpelliéraine spécialisée dans l'accompagnement de projet d'habitat participatif), Pain et Partage Montpellier (boulangerie d'insertion pour une production semi-industrielle), ou  Alg&You (entreprise toulousaine spécialisée dans le développement de la spiruline dans l'alimentation de demain)

Des valeurs de solidarité, des emplois dignes

Les 26 et 27 janvier, la coopérative organisait la 2e Rencontre nationale des financeurs solidaires au Pôle Réalis, à Montpellier. Elle était soutenue, pour l'organisation de cette manifestation, par la Région Occitanie, Finansol (association créatrice d'un label visant à distinguer les placements d'épargne qui répondent aux critères de la finance solidaire) et le Crédit Coopératif.

Objectif de la rencontre : échanger sur les bonnes pratiques, réfléchir sur des problématiques communes, et renforcer les liens entre les acteurs de la finance solidaire.

Une vingtaine de ces acteurs étaient présents, comme l'Airdie (structure d'accompagnement des TPE, du commerce et de l'artisanat, du monde agri-rural et de l'ESS en Languedoc-Roussillon), La Nef (coopérative de finances solidaires), Finansol, le Crédit coopératif, Midi-Pyrénées Actives.

« Notre rôle n'est pas assez reconnu, nous avons besoin de nous rendre plus visibles, constate, au terme des deux journées d'échange, Anne-Christine Chenevier, déléguée aux finances chez IéS. Il faut communiquer sur l'impact social et affirmer ces valeurs de solidarité, de développement durable, de gouvernance démocratique, de création d'emplois dignes. Nous portons un projet politique de changement de société... Nous avons trois objectifs principaux : la recherche de visibilité, trouver de nouvelles ressources financières et toucher un public plus jeune. Des rapprochements sont en cours entre financeurs de l'ESS et nouveaux venus de l'économie numérique. Nous avons ainsi la volonté de tisser des liens avec des plates-formes de crowdfunding. »

L'importance du soutien des collectivités

Les acteurs du financement solidaire soulignaient la fragilité des modèles économiques de leurs structures.

« Il est très important pour nous de travailler avec le soutien des collectivités locales car nous avons des objectifs communs sur le développement de l'emploi local et de l'ESS, affirme Anne-Christine Chenevier. Ce soutien est pour nous une reconnaissance et une source de crédibilité. »

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie venue clôturer la Rencontre, confirmait l'engagement de sa collectivité aux côtés d'IéS.

« Le partenariat existait et nous allons le proroger, déclare-t-elle, rappelant l'engagement de la collectivité sur le secteur de l'ESS. L'économie sociale, ce sont des emplois non délocalisables, des initiatives issues du terrain et qui correspondent à une utilité sociale, avec une implication forte des salariés dans le projet d'entreprise... La semaine prochaine, lors du vote du budget primitif 2017, nous augmenterons le budget sur l'ESS. Par ailleurs, nous sommes en train de bâtir un fonds spécifique ESS avec la Caisse des dépôts et les Scop. Nous partons sur des tickets moyens de 100 000 €, à raison de 15 projets soutenus par an. Et nous poursuivons avec les fonds existants comme le FISO, que nous allons retravailler avec bpifrance pour que l'accès soit plus ouvert. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :