Budget Telecom se lance dans l’électricité « smart & green »

 |   |  781  mots
(Crédits : iStock)
L’opérateur télécom montpelliérain, spécialisé dans la téléphonie low-cost, cherche un 2e souffle et de nouveaux leviers de croissance. Après avoir opéré un redressement financier et une restructuration de l’entreprise, Budget Telecom s’invite sur le marché des fournisseurs d’électricité verte et lance son offre Mint énergie.

Après une période chaotique, l'entreprise montpelliéraine Budget Telecom (cotée en bourse depuis 2006), spécialisée dans la téléphonie low-cost, a concentré ses efforts sur le redressement de sa situation financière et affiche un bilan financier plus satisfaisant : un chiffre d'affaires 2016 de 8,1 M€, assez proche de celui de 2015, à 8,2 M€. En 2012, il était de 25 M€ et l'entreprise comptait alors 80 personnes. C'était avant l'arrivée de Free sur le marché de la téléphonie à bas prix...

« La stabilisation de l'activité est portée par la croissance des services télécom grand public et des services d'efficacité énergétiques, indiquait un communiqué de Budget Telecom le 31 janvier 2017. L'EBE (excédent brut d'exploitation, NDLR) devrait ainsi ressortir à environ 1 M€ contre - 2,6 M€ à fin 2015.  Au 31 décembre 2016, la trésorerie nette s'élevait à 1,2 M€ (contre 0,8 M€ au 30 juin 2016). »

Après une année 2016 consacrée à la restructuration de l'entreprise, 2017 sera donc l'année d'un nouveau cycle de développement porté par le marché de l'énergie, puisque le 3 avril, Budget Telecom lançait commercialement sa nouvelle offre baptisée Mint énergie, s'invitant ainsi sur le marché désormais ouvert des fournisseurs d'énergie alternatifs.

Une nouvelle logique de croissance

« Aujourd'hui, on ne voit pas d'avenir dans les télécoms à long terme pour un acteur comme Budget Telecom, explique, lors d'une conférence de presse à Montpellier le 6 avril, Kaled Zourray, fondateur de Budget Telecom en 2000, et revenu aux manettes il y a un an. Nous avons souhaité trouver de nouveaux relais de croissance, et c'est pourquoi nous avions lancé Qinergy en 2014, première application mobile d'efficacité énergétique. Cette application permet de contrôler sa consommation d'électricité en temps réel, avec à la clef une réduction de la factures d'électricité allant jusqu'à 20 %... Mais cela n'a pas suffi. Nous avons donc réfléchi à un nouveau service qui relancerait Budget Telecom dans une logique de croissance. »

Ainsi est née l'offre Mint énergie, associant la fourniture d'une électricité 100 % renouvelable à l'application Qinergy (optionnelle).

« La libéralisation du marché de la fourniture d'électricité et le développement rapide de la production d'électricité renouvelable, à l'échelle européenne, représente une réelle opportunité de développement pour Budget Telecom, affirme Kaled Zourray. Cette offre s'inscrit dans un contexte général en faveur de la transition énergétique et du développement des énergies renouvelables, c'est à dire sur un marché porteur. Nos prix sont garantis un an, et nous nous engageons à rester toujours inférieurs aux prix réglementés. »

Culture low-cost

Comment le nouvel opérateur peut-il offrir ces prix, que Kaled Zourray annonce « entre 9 et 11 % moins chers que le fournisseur historique EDF, selon les paliers » ?

« Grâce aux interconnexions européennes et aux importantes productions d'énergie verte scandinave (hydraulique), allemande (éolien) et espagnole (solaire), nous pouvons récupérer cette énergie sur le marché, explique José  Caballero, directeur général adjoint de Budget Telecom. Nous achetons, sur la bourse d'énergie Powernext, l'équivalent de la consommation de nos clients. Ce qui fait la différence avec d'autres fournisseurs en matière de prix, c'est que nous n'avons pas la même structure de coûts d'entreprise. Déjà dans les télécoms, nous avons toujours tout internalisé à Montpellier. »

Ainsi, l'entreprise assure-t-elle se lancer d'une manière maîtrisée sur ce nouveau marché, forte de sa culture d'opérateur low-cost. Elle mise sur un savoir-faire en matière d'achat sur le marché de gros, des outils de gestion et de facturation de l'abonné déjà existants, une expérience en matière de marketing viral et une base de plus de 200 000 clients télécoms.

« Quand nous achèterons des volumes suffisamment importants, pour au moins 10 000 utilisateurs, nous pourrons acheter directement à un producteur choisi, sans passer par la bourse », ajoute José  Caballero.

Budget Telecom espère convaincre 50 000 clients en France d'ici deux à trois ans, et « retrouver un effectif de 80 personnes à Montpellier ».

Une augmentation de capital de 7,2 M€

L'entreprise financera cette nouvelle stratégie par une levée de fonds par augmentation du capital de 7,2 M€ sur trois ans, au travers d'émission d'obligations à option de remboursement en numéraire et/ou en actions.

Soumise au vote de l'assemblée générale du 18 avril prochain, cette opération, si elle est approuvé par les quelque 3 500 actionnaires, devrait se traduire immédiatement par une première tranche de 1 M€, auprès du fonds d'investissement australien L1 Capital  via sa filiale européenne European Select Growth Opportunities.

« Cette levée de fonds servira notamment à prépayer l'énergie que nous allons devoir acheter, et à faire du marketing », précise Kaled Zourray.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :