La Caisse d'Épargne LR crée un dispositif ciblé start-ups

 |   |  528  mots
J.-F. Manlhiot et C. Fabresse, de la CELR, entourés des experts et labellisés Néo Business
J.-F. Manlhiot et C. Fabresse, de la CELR, entourés des experts et labellisés Néo Business (Crédits : CELR)
La Caisse d'Épargne Languedoc-Roussillon a annoncé, le 23 octobre, qu'elle va déployer le dispositif national Néo Business avec une organisation spécifique à ce territoire. Ce nouveau dispositif d'accompagnement bancaire des start-ups mobilisera un comité local composé de trois experts au profil de serial entrepreneurs.

Néo Business est un nouveau dispositif de la Caisse d'Épargne, destiné à financer l'innovation, que la Caisse d'Épargne Languedoc-Roussillon (CELR) va déployer sur les cinq départements de l'ex-région, à travers une organisation spécialement créée pour ce territoire. Tout en rappelant le lien qui l'unit aux autres structures locales d'incubation et d'accélération de start-ups innovantes (Irdi-Soridec Gestion, dont elle est actionnaire, Créalia Occitanie, qu'elle a récemment dotée, etc.), la banque régionale insiste sur la spécificité des besoins que ce nouvel outil vient adresser.

"En plus de ces dispositifs très performants, il nous fallait faire plus en matière de financement et d'accompagnement de start-ups innovantes, car il n'existait rien de structuré pour l'amorçage de leur chiffre d'affaires, détaille Christine Fabresse, présidente du directoire de la CELR. Néo Business est un mécanisme qui leur permettra de bénéficier de notre réseau national et international, jusqu'au niveau décisionnaire, et d'avoir un business qui se développe vite."

Trois entrepreneurs en vue

Concrètement, le dispositif se traduit par la création d'un comité spécifique à l'ex-Languedoc-Roussillon, composé d'experts en innovation de la banque régionale et de trois entrepreneurs en vue : Jean-Marc Bouchet (président de Quadran), Christophe Carniel (cofondateur de Vogo) et Karine Chorro (cofondatrice de Phost'In). Ces trois chefs d'entreprise opèrent et apporteront leur vision des trois marchés identifiés comme prioritaires pour Néo Business : les énergies renouvelables, le numérique, et la santé.

À raison d'un comité réuni tous les deux ou trois mois, trois start-ups seront sélectionnées et labellisées "Néo start-up". À ce titre, elles bénéficieront d'un accompagnement bancaire sur mesure, de rendez-vous chez des clients potentiels, d'une invitation à des événements BtoB, de la communication de la CELR, et d'une analyse personnalisée.

"Notre équipe Néo Business s'engage à leur apporter notre réseau puisque, en tant que banque universelle, nous avons des marchés qui peuvent les intéresser : chez les collectivités territoriales, le secteur immobilier ou les associations, notamment", cite Jean-François Manlhiot, membre du directoire de la CELR, en charge de la banque de développement régional.

Les start-up ciblées, en plus d'opérer dans l'un des trois marchés identifiés ci-dessus, doivent être des entreprises innovantes en création ou ayant développé un produit en R&D, et doivent être accompagnées par l'une des structures régionales d'incubation ou d'accélération. Lors du premier comité de labellisation réuni récemment, les trois premières pépites retenues, sur 15 dossiers présélectionnés, ont été Plussh (solutions de direct HD sur smartphones), Microphyt (production d'ingrédients actifs à partir de micro-algues) et Resilient Innovation (dispositif d'aide à la marche pour le Parkinson).

"L'accompagnement sur le besoin en financement et sur le développement du chiffre d'affaires est un enjeu important à ce stade de maturité de la société", confirme Dimitri Moulins, cofondateur de Plussh.

La Caisse d'Épargne Languedoc-Roussillon (1 600 collaborateurs) a produit 2 Mds € de crédits en 2016, et annonce une production encore supérieure pour 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :