Doublement de l’A9 : 1 300 contrats d’insertion à mi-parcours

 |   |  577  mots
Le chantier du doublement de l'A9 est à mi-parcours.
Le chantier du doublement de l'A9 est à mi-parcours. (Crédits : Christine Caville)
Après deux ans de travaux, Vinci Autoroutes est à mi-parcours du gigantesque chantier du doublement de l’A9. À ce stade de pic d’activité, 1 500 personnes sont mobilisées et 1 300 contrats d’insertion ont été signés, selon le bilan dressé le 6 octobre.

Deux millions d'heures travaillées sur les 3 millions que nécessitera le chantier du doublement de l'A9 : c'est ce qu'annonce Salvador Nunez, directeur des opérations de Vinci Autoroutes, le 6 octobre 2015 alors que le chantier a, derrière lui, deux ans de travaux.

« 1 300 contrats d'insertion ont été signés, se félicite-t-il lors d'un point presse, rappelant que « Vinci Autoroutes s'est engagée dans une politique de l'emploi volontariste ».

Sur les 1 300 contrats (d'au moins six mois), une centaine sont des CDI. En revanche, Vinci Autoroutes déclare ne pas connaître le nombre d'emplois réellement créés sur le chantier qui mobilise actuellement 1 500 personnes.

« Vinci Autoroutes est aujourd'hui l'un des plus gros pourvoyeurs d'emplois de la région et surtout de l'Hérault, fait observer Valérie Issert, directrice territoriale déléguée Pôle Emploi. La clause d'insertion est réalisée, à mi-parcours, à plus de 68 % de l'engagement moral pris par ASF, avec 89 841 heures d'insertion réalisées précisément... Les publics concernés sont très diversifiés : 60 % de ces contrats sont des demandeurs d'emploi longue durée, 20 % des jeunes de moins de 26 ans, bénéficiaires des minima sociaux et issus des zones urbaines sensibles. »

La période dense en terme d'emplois devrait durer jusqu'en septembre 2016 et des recrutements sont encore à venir.

« Nous nous attachons à travailler à ce qui va se passer après ces chantiers, ajoute Valérie Issert. Nous essayons de professionnaliser au maximum les personnes qui ont travaillé, en mettant en place des formations pour les aider à retrouver un emploi durable et à rebondir sur des entreprises locales. »

À l'heure

Pour ce qui est des travaux, Salvador Nunez l'assure : « On est à l'heure ». Les acquisitions foncières sont bouclées, seuls cinq ou six dossiers subsistant devant le tribunal « pour fixation des indemnités ».

« Le viaduc Lez-Lironde sera fini à la mi-2016, comme prévu, détaille le directeur des opérations. Début novembre, l'une des plus grosses grues d'Europe prendra part aux opérations pour le passage du tablier sud au-dessus de l'avenue Georges Frêche... La charpente métallique de cet ouvrage sera achevée début 2016. »

La construction des ouvrages d'art (dont deux viaducs) se poursuit selon le phasage annoncé, et « tout est prêt pour réaliser les murs anti-bruit ».

Du côté des barrières de péage, le chantier porte ses fruits visuellement. L'aménagement complet de l'échangeur de Baillargues, où un 2e giratoire et la seconde bretelle d'entrée sont en cours de réalisation, devrait être terminé fin 2015 ou début 2016. Les échanges en entrée et sortie d'autoroute seront prochainement fluidifiés. La barrière de Gallargues-le-Montueux sera démantelée à partir de l'automne 2016.

Quant à l'ancienne barrière de Montpellier II, elle est progressivement démantelée tandis que la nouvelle se construit.

« Dès la fin du 1er trimestre 2016, nous allons passer à des phases de chantier très différentes de ce qui se fait actuellement, avec notamment des démolitions de ponts et des travaux de chaussée et d'équipement », ajoute Salvador Nunez.

Où en est alors la centrale d'enrobage, initialement prévue à Mauguio, au lieu-dit Les Garrigues, à laquelle Vinci avait renoncé en juin dernier sous la pression de la mobilisation citoyenne ?

« Nous sommes en train de trouver une solution, affirme Salvador Nunez, confiant mais discret sur la question. Elle doit être prête pour la fin du 1er trimestre 2016, et d'ici là, nous aurons résolu le problème. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :