Bernard Cazeneuve inaugure le déplacement de l’A9

 |   |  681  mots
(Crédits : C.C.)
Après cinq ans de travaux et un investissement de 800 M€ de Vinci Autoroutes, la nouvelle autoroute A9 contournant Montpellier a été inaugurée en grande pompe, le 10 mars, en présence de 700 convives et du Premier ministre, entouré des élus de la région Occitanie.

« Si l'on m'avait dit, lorsque j'ai été appelé aux fonctions de Premier ministre, qu'elles m'amèneraient à inaugurer le déplacement d'une autoroute, j'aurais cru à une boutade mais ce miracle est pourtant bien réel », lance Bernard Cazeneuve en introduction à son discours, le 10 mars 2017, devant les 700 convives réunis par Vinci Autoroutes, le concessionnaire et maître d'ouvrage du chantier du déplacement de l'A9.

Mais c'est bien pour permettre sa venue que le calendrier inaugural a été modifié. Le chantier a beau avoir six mois d'avance, l'entrée en service du nouvel axe routier n'interviendra que fin avril. Or, à cette date, le contexte présidentiel et le devoir de réserve appellent au silence des institutions.

Un projet d'ampleur

« La venue du Premier ministre est une reconnaissance du travail accompli, déclare Pierre Coppey, le directeur général adjoint de Vinci et président de Vinci Autoroutes. Ce chantier a démarré en 2012 pour se terminer aujourd'hui. Il s'agit du chantier autoroutier le plus important de ces cinq dernières années qui a représenté un investissement de 800 M€, entièrement financé par Vinci Autoroutes. »

A9 vide

Les travaux ont porté sur 25 km de voies (12 km de nouvelles voies et 13 km d'élargissement)  et mobilisé 300 entreprises, « des filiales de Vinci, d'Eiffage ou des PME locales », précise Pierre Coppey. En matière de main d'œuvre, le chantier comptait 1 500 personnes lors du pic d'activité en 2015-2016. Au final, les compteurs relèvent plus de 4,4 millions d'heures travaillées.

« Le projet de l'A9 démontre l'intérêt des concessions autoroutières à la française, déclare Bernard Cazeneuve. Grâce à ce modèle qui fait porter les investissements par les sociétés autoroutières, la France dispose de l'un des meilleurs réseaux autoroutiers du monde. Cette politique porte ses fruits puisque les investissements augmentent tandis que le déficit diminue. »

Plan d'investissement de 800 M€

Sur le sujet des investissements, un nouveau plan d'investissement de 800 M€ pour les 9 000 km d'autoroutes concédées a été annoncé par le gouvernement le 26 janvier 2017. Moins ambitieux que le premier plan de 2015 portant sur un montant de 3,2 Mds €, celui-ci se focalise sur la desserte des territoires.

Ainsi, les collectivités financeront plus de 50 % des opérations routières d'intérêt local. Le complément proviendra d'une faible augmentation des péages, limitée de 0,1 à 0,4 % par an de 2019 à 2021.

Ce plan qualifié de « démarche keynésienne » par le Premier ministre permettra notamment de financer les études du raccordement du Contournement Ouest de Montpellier et de la déviation de Baillargues-Saint-Brès à l'A9/A709.

Priorité au contournement Ouest

« La déviation de l'A9 va permettre à Montpellier de respirer, déclare Philippe Saurel, le maire et président de la Métropole de Montpellier. Mais il faut que les deux connexions et contournements, à l'est et à l'ouest - notamment celui-là - soient réalisées pour que Montpellier se dote d'une ceinture digne de ce nom. De même, il faut arrêter de tirer sur le projet de contournement ferroviaire de Nîmes-Montpellier car il est structurant à l'échelle des flux européens. Il représente le maillon manquant entre l'Europe du Nord et l'Europe du Sud. »

En réponse à ces sujets, le Premier ministre a évoqué les engagements pris dans le Contrat de Plan État-Région pour la période 2015-2020 avec 25 M€ affectés à la réalisation des études et aux acquisitions foncières du projet de Contournement Ouest de Montpellier visant à raccorder l'A750 à l'A9. Le CPER prévoit également 12 M€ pour les études et les acquisitions foncières de la déviation Baillargues-Saint-Brès sur la nationale 113, à l'est de la métropole.

Enfin, concernant le contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier, Bernard Cazeneuve indique que cette nouvelle ligne sera mise en service à la fin de l'année et accueillera « aussi bien des trains de voyageurs que de fret ».

« La réalisation de cette ligne s'accompagne de deux nouvelles gares : celle de Montpellier verra le jour au premier semestre 2018 et celle de Nîmes, dont l'enquête publique est en cours depuis le 6 février, fin 2019. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :