L'aéroport de Montpellier ouvrira 6 nouvelles routes cet été

 |   |  685  mots
Le plan Destination 2020 se fixe l'objectif de 2,5 millions de passagers à cette date.
Le plan Destination 2020 se fixe l'objectif de 2,5 millions de passagers à cette date. (Crédits : Edouard Hannoteaux)
Lors de la présentation de son bilan 2016, l'aéroport de Montpellier a annoncé, le 20 mars, qu'il comptera 31 routes au plus fort de la saison estivale, dont six nouvelles. La plate-forme a également dévoilé le complexe qui sera construit sur son site, incluant deux hôtels en un, dont les travaux débutent fin 2017.

Selon le bilan présenté à la presse le 20 mars, l'aéroport Montpellier Méditerranée (AMM) a accueilli 1 669 058 passagers en 2016, soit un trafic en hausse de 10,7 %, "retrouvant le plus haut niveau de fréquentation depuis 2000, et bouclant la 4e année de croissance consécutive", souligne Emmanuel Brehmer, le président du directoire d'AMM. Cette hausse correspond à 162 000 clients de plus par rapport à 2015.

Dans le détail, les faisceaux de passagers les plus notables sont ceux en lien avec Paris (51,4 % du trafic, en baisse de 4 points), vers l'Europe (26,5 %, 1,5 point de plus) et vers l'international hors Europe (10,4 %, 3,5 points de plus). Sur les 12 routes les plus fréquentées, onze sont en hausse, dont Paris Orly (à +2,5 %), Paris Roissy (+ 1,2 %), tandis que Amsterdam enregistre un pic à + 127,7 %. Seule destination en baisse (- 23,9 %) : Hahn, en Allemagne.

Deux nouvelles compagnies cet été

La prévision de trafic sur 2017 s'élève à 1 784 000 passagers (+ 7 %), soit 115 000 passagers supplémentaires. Les estimations par faisceaux sont les suivantes : Paris (+ 5,7 %), le national hors Paris (+ 6,1 %), l'Europe (+ 3,8 %) et l'international hors Europe (+ 21,3 %).

Pour la saison estivale (de fin mars à fin octobre), l'AMM comptera 31 routes, dont six nouvelles : Lille (Volotea), Londres Heathrow (British Airways), Bastia (Volotea), Palma Germania), Stockholm (Norwegian) et Ibiza (Hop!). La plate-forme accueillera alors 17 compagnies aériennes, dont deux nouvelles : Germania et British Airway, "qui fait son retour en propre en 2017, et non plus par l'intermédiaire d'un franchisé", pointe Pascal Bigot, directeur du développement des lignes pour l'AMM.

"Ceci représente un surcroît de 180 000 sièges, et une hausse 12,5 % par rapport à l'été 2016, détaille-t-il. C'est un défi pour l'aéroport, car il nous revient de fidéliser des clients et d'en trouver de nouveaux pour remplir ces 180 000 sièges."

Échéance cruciale en juin 2017 pour Destination 2020

Ces prévisions s'inscrivent dans le plan stratégique de l'AMM, baptisé "Destination 2020" et visant à dépasser le seuil des 2,5 millions de passagers à cette date. Comme il l'avait fait en dévoilant ce plan en 2016, Emmanuel Brehmer a rappelé que, dans ce cadre, un effort financier important est demandé aux collectivités territoriales actionnaires* de la société aéroportuaire : 23 M€ sur un investissement global estimé à 38 M€.

"Nous nous donnons jusqu'au conseil de surveillance prévu en juin pour obtenir la confirmation définitive de Destination 2020, insiste-t-il. C'est un choix qui revient aux actionnaires, afin qu'AMM se lance dans des développements importants, et puisse exister à l'échelle européenne, entre les aéroports de Toulouse et de Marseille. À défaut, nous nous contenterons d'un plan moins ambitieux, reposant sur les partenariats existants (d'une valeur globale de 14 M€, NDLR). Mais si nous ne pouvons pas atteindre les objectifs de ce plan d'ici trois à cinq ans, il sera difficile de nous maintenir dans le prisme des grands opérateurs aériens".

En cas de feu vert, l'AMM finalise un projet de deuxième aérogare qui serait dévolue aux compagnies low cost, nécessitant 16 M€ d'investissements sur cette enveloppe de 38 M€. Calibrée pour 2,5 millions de passagers, elle s'étendrait sur une surface de 6 000 m2 et inclurait 100 m de linéaires en façade, "ce qui modifiera sensiblement l'aspect extérieur de l'aéroport".

Par ailleurs, l'AMM a aussi rappelé, le même jour, qu'un projet d'infrastructure hôtelière de 5 500 m2 verra le jour avant l'été 2019 aux abords du site. Celui-ci comptera un hôtel 3 étoiles (76 chambres) et un hôtel 2 étoiles (50 chambres), tous deux dans le même bâtiment, ainsi qu'une brasserie (100 couverts), un centre de séminaires, et un complexe sportif. Début des travaux : fin 2017.

Enfin, le club d'entrepreneurs partenaires de l'aéroport, baptisé A+B (pour "aéroport" et "business") compte désormais, depuis sa présentation en 2016, plus de 100 chefs d'entreprises adhérents. "Un aéroport performant est un outil indispensable à l'économie d'un territoire, et les chefs d'entreprises ont des demandes à faire remonter", rappelle Bertin Nahum (ex-Medtech), président d'A+B.

* : À ce jour, le capital d'AMM se répartit entre l'État (60 %), la CCI de l'Hérault (25 %), le Conseil départemental de l'Hérault (7 %), le Conseil régional (6,5 %), Pays de l'Or Agglomération (1 %) et Montpellier Méditerranée Métropole (0,5 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :