Le CHU de Nîmes crée son Institut d’évaluation du dispositif médical

 |   |  629  mots
Le CHU de Nîmes a déjà conduit plus de 50 projets de recherche sur les DM
Le CHU de Nîmes a déjà conduit plus de 50 projets de recherche sur les DM (Crédits : CHU de Nîmes)
Afin de développer ses activités de recherche, le CHU de Nîmes a annoncé, le 20 octobre, la mise en place d’une plate-forme d’évaluation des dispositifs médicaux. Il entend ainsi se positionner, aux niveaux régional, national et européen, comme centre de référence sur un marché mondial estimé à 19 Mds €.

Estimé à 19 Mds €, le marché industriel du Dispositif Médical (DM) connaît au niveau européen une croissance de 5 % par an. La gamme des DM, très large, regroupe de nombreuses technologies qui vont du pansement à la prothèse des hanches en passant par le matelas anti-escarre, les stents en cardiologie, le robot chirurgical ou des objets connectés.

Nouveau contexte règlementaire

Le contexte est dinc porteur mais de plus en plus exigeant : dès 2017, l'application d'une directive européenne va imposer des évaluations cliniques tout au long de la vie d'un dispositif médical (avant et après le marquage CE). Dans cette perspective, le CHU de Nîmes (30), fort de son expertise dans le champ de la recherche clinique, vient donc de créer - avec le soutien de Jean-Paul fournier, président du conseil de surveillance du CHU, sénateur-maire (LR) de Nîmes et en partenariat avec le pôle de compétitivité Eurobiomed et de Nîmes métropole -, l'Institut d'évaluation du dispositif médical (IDIL).

« Le CHU de Nîmes est un acteur économique majeur de son territoire qui, avec son caractère hospitalo-universitaire, participe à la recherche et à l'innovation, explique Romain Jacquet, Directeur général adjoint du CHU de Nîmes. Le DM constitue un gigantesque champ d'investigation et d'amélioration de la qualité de prise en charge des patients. C'est parce que le cycle de commercialisation d'un DM est court que le CHU doit pouvoir apporter, rapidement, un haut niveau d'exigence en matière de rigueur scientifique et d'évaluation, et garantir une complète indépendance vis-à-vis des industriels. »

Un guichet unique

Porté par les compétences des services cliniques et médico-techniques du CHU de Nîmes, l'Institut d'évaluation du dispositif médical vise à créer une dynamique de recherche appliquée dans des co-developpements publics ou privés ou des partenariats en offrant une plate-forme d'expertise à des sociétés, moyennant une rémunération de la prestation, et en participant à l'évaluation clinique pour la sécurité des patients.

« L'IDIL constitue une interface qui met l'établissement en lien avec les entreprises du secteur », précise le Pr Arnaud Dupeyron, membre du comité de pilotage et chef du service de médecine physique et de réadaptation.

Disposant de deux pôles d'expertise (matério-épidemiologie et matério-économie), une unité de recherche méthodologique spécifique, une équipe spécialisée en recherche clinique et biostatistique et une équipe terrain identifiée, la plate-forme s'appuie aussi sur des unités spécialisées en dispositifs médicaux (ophtalmologie, urologie, cardiologie...) fédérée autour d'un guichet unique.

50 projets déjà lancés

Pour le Dr Thierry Chevallier, du service Biostatistique, Épidémiologie, Santé Publique et Information médicale (BESPIM) « la mise en place d'un guichet unique permet aux industriels, aux institutionnels et aux promoteurs de projets de trouver rapidement une équipe dédiée, compétente et réactive (études personnalisées, respect des délais, protocole en 15 jours, data management en 25 jours, tarification claire, etc. - NDLR) ».

Ces dernières années, près de 50 projets de recherche cliniques relatifs au DM ont été menés par le CHU de Nîmes. Avec IDIL, l'ambition affichée est le développement d'ici deux ans, de trente nouveaux projets annuels.

« C'est un pari mais je pense que nous sommes sur un segment exponentiel en terme de développement ; c'est aussi un levier pour développer des moyens de recherche dans nos services, tout en renforçant notre expertise sur les DM, en devenant un véritable centre de référence et de recours, tant au niveau régional que national et européen », conclut Romain Jacquet.

Guichet unique : 06 07 99 97 90

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2016 à 11:20 :
Bonjour,

Tout développeur ne peut que se réjouir d'enfin pouvoir disposer en France d'une telle expertise, qui plus est, soutenue par une volonté politique affirmée.

C'est à mon sens une avancée considérable que je salue. [j'ai passé plus de temps à batailler avec des "centres" français très atomisés, pour tenter de développer un dispositif médical innovant, qu'à travailler sur ledit dispositif].

Car sans se voiler la face, bien des développements ont dû être menés, notamment outre atlantique, faute de structure dédiée et organisée en France.

Félicitations,
Bien cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :