La plus longue autoroute ferroviaire d’Europe relie désormais Calais au Boulou

 |   |  594  mots
(Crédits : VIIA)
La plus longue ligne de ferroutage d’Europe a été lancée dans la nuit du 29 au 30 mars. Elle relie le port de Calais au Boulou, près de Perpignan (66). Ce 1er convoi (40 semi-remorques embarqués sur 20 wagons) affiche un coût inférieur de 10 à 15 % au transport routier.

C'est du port de Calais (62), à 2h du matin, dans la nuit du 29 au 30 mars, qu'est parti le premier train de fret ferroviaire à destination du Boulou (près de Perpignan, 66). Il a atteint son terminus vers 23h le même jour. Initialement prévue le 12 janvier, la mise en service de cette ligne avait été repoussée à la demande du ministère de l'Intérieur en raison de la situation de crise migratoire à Calais.

« Cette nouvelle ligne de ferroutage reliant Le Boulou au port de Calais est la plus longue d'Europe », indique un représentant de la société Viia qui regroupe les activités d'autoroutes ferroviaires de SNCF Logistics. À l'heure actuelle, il existe deux autres lignes similaires en France : Le Boulou-Bettembourg (Luxembourg) et Chambéry-Turin (Italie).

 Plus rapide, moins cher

L'autoroute ferroviaire entre Le Boulou et Calais permet aux poids lourds d'éviter les quelques 1 200 km de route qui séparent les deux villes françaises.

« Le trajet de marchandises entre Le Boulou et Calais par voie ferroviaire est plus rapide et moins cher que le transport routier, indique Viia. Il se fait en moins de 22 h contre 48 h avec un coût inférieur de 10 à 15 %. De plus, l'impact écologique n'est pas négligeable puisque le projet va permettre une diminution des émissions de CO2 de près de 50 000 tonnes par an. »

Cette ligne directe entre le nord et le sud de la France va fonctionner à raison d'un aller-retour quotidien, six jours sur sept (sauf le dimanche), dans un premier temps. La fréquence devrait augmenter dans les mois à venir.

« Nous devrions passer à deux aller-retour, sept jours sur sept, dans quelques mois, nous explique-t-on à Viia. Ce trafic permettra le transport annuel de 40 000 semi-remorques. À terme, nous pourrions monter à trois allers-retours mais aucune date n'est encore fixée. »

Du sud vers le nord

Ce mode de transport permettrait d'alléger le trafic routier à hauteur de 10 % sur cet axe nord-sud très fréquenté (entre 300 000 et 350 000 poids lourds y circulent annuellement).

L'axe Le Boulou-Calais permet d'accroître la proximité entre le Royaume-Uni et le sud de l'Europe. À Calais, les semi-remorques peuvent être embarqués sur les ferries vers la Grande-Bretagne et rejoindre ainsi le port de Douvres.

« Le flux est a priori déséquilibré sur cette ligne car il y a une vraie demande des transporteurs pour aller au Royaume-Uni, explique Viia. Mais, avec 40 semi-remorques par jour, nous équilibrons le marché. »

Fruits et légumes de la plate-forme de Saint-Charles International, à Perpignan, ou vins languedociens et espagnols peuvent rejoindre Douvres tandis que les pièces automobiles ou des biens de grande consommation arrivent en France. Il n'en reste pas moins que « les produits transportés sont très divers et variés », précise Viia.

Le Boulou-Barcelone?

Une quatrième ligne de transport ferroviaire est à l'étude. Elle permettrait de relier Le Boulou au port de Barcelone.  Des premiers tests ont été effectués en novembre 2015 avec succès. Il s'agissait notamment de vérifier la compatibilité entre le réseau ferroviaire catalan et les trains français.

L'un des principaux investissements réalisé pour ce projet a été la création d'un nouveau terminal dans le port de Calais (7 M€). Du côté perpignanais, les opérations d'aménagement étaient moins conséquentes car « le terminal ferroviaire existait déjà au Boulou ».  Seul un nouvel atelier de maintenance destiné à entretenir les wagons a été réalisé.

Ce nouvel atelier de maintenance a permis la création de cinq emplois au Boulou. À Calais, ce projet d'autoroute ferroviaire s'est accompagné de la création de vingt emplois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2016 à 0:59 :
40000 semi remorques par an : 20000 emplois supprimés et 25 emplois créé ??? que vont faire nos routiers ??? qui paiera leur retraite ???
a écrit le 30/03/2016 à 14:58 :
Votre commentaire est totalement a cote de la plaque ! vous comparez des pays <immense> qui n'ont pas le même gabarit ferroviaire de nos petits pays européens ! Résultat un commentaire pour ne rien dire de sensé ! Merci d'éviter de comparé ce qui n'est pas comparable ! LD
a écrit le 30/03/2016 à 13:19 :
Attention a l'indépendance de la Catalogne de l'Espagne...
a écrit le 30/03/2016 à 0:16 :
20 wagons...Ca va pour un Märklin. Au Canada ou en Australie, ça ferait rire. 20 wagons, ça veut dire 950 trains soit trois ans pour évacuer un porte-conteneurs de 19000 boites. J'espère que Hollande va venir inaugurer. Ca va être la jungle au Boulou.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :