Les entreprises de l'ex-LR plus rentables que dans l'ex-MP

 |   |  502  mots
Le secteur des services reste un des plus gros producteurs de richesse, dans les deux ex-régions composant l'Occitanie
Le secteur des services reste un des plus gros producteurs de richesse, dans les deux ex-régions composant l'Occitanie (Crédits : REUTERS)
Selon une étude Cazes-Goddyn publiée le 15 mars et réalisée auprès des 80 plus grands comptes d'Occitanie, les entreprises de l'ex-Languedoc-Roussillon feraient 24 % de chiffre d'affaires en plus que leurs homologues de l'ex-Midi-Pyrénées. De même, elles investiraient deux fois plus.

Selon une étude publiée le 15 mars par le cabinet d'expertise-comptable Cazes-Goddyn, basé à Montpellier, et réalisée auprès des 40 plus grandes entreprises de chaque ex-région d'Occitanie sur leurs bilans 2015, celles du Languedoc-Roussillon développent un chiffre d'affaires plus élevé de 24 % par rapport à leurs homologues de Midi-Pyrénées.

Des entreprises plus rentables en Languedoc-Roussillon

En valeur absolue, ce chiffre d'affaires cumulé atteint 9,3 Mds € en LR, contre 7,48 Mds € en MP. Il a progressé de 5,5 % en 2015 chez la première, alors qu'il reculait de 2,2 % sur le pôle toulousain.

Côté Languedoc-Roussillon, le secteur de la promotion immobilière et du BTP affiche une forte rentabilité, à 13,56 % (contre 9,66 % en Midi-Pyrénées), de même que la santé, à 5,99 % (contre 3,07 %), le commerce, à 10,95 % (contre 4,23 %) - ou, fait plus surprenant, l'industrie*, à 22,51 % (contre 1,02 %), portée par les résultats du groupe Altrad, en très forte progression.

« On dénote 12 sociétés déficitaires, dont sept font partie de l'ex-MP (pour un total de -40 M€ contre -11 M€ pour l'ex-LR) expliquant en partie la faible rentabilité de l'ex-région MP cette année », commente le cabinet Cazes-Goddyn.

De même, les agro-industries font mieux, avec 1,85 %, alors qu'elles chutent de 2,81 % dans l'ex-MP. En revanche, l'ex-LR fait moins bien dans les services, avec une faible rentabilité mesurée à 1,46 %, alors qu'elle atteint 11,88 % sur le pôle toulousain.

Globalement, les entreprises de l'ex-LR et de l'ex-MP ont la même dotation en fonds propres : 1,86 Md€ chez les unes, et 1,862 Md€ chez les autres. L'endettement est un peu plus fort chez les premières, à 2,09 Mds €, et n'atteint que le seuil de 1,41 Md€ chez les deuxièmes.

Un investissement deux fois plus fort

S'agissant d'un autre facteur clef - l'investissement -, les entreprises basées en Languedoc-Roussillon ont deux fois plus investi (590 M€) que celles basées en Midi-Pyrénées (277 M€), au cours de cette même année 2015. L'indicateur progresse de 17 % (85 M€) chez les premières, et de 5 % seulement (14 M€) chez les deuxièmes.

L'industrie (46 %), le commerce (32 %) et l'agro-industrie (8 %) investissement le plus côté ex-LR. Le trio de tête change à la marge dans l'ex-MP, avec l'industrie (42 %), le commerce (20 %) et l'agro-industrie (19 %).

« Peu ou pas de synergies existent entre les économies de l'ex-MP et l'ex-LR, conclut Claude Cazes, fondateur du cabinet. La première est mono-industrielle, agricole, agrégée autour d'un centre dominant, Toulouse. La seconde est diversifiée, tant sur le plan industriel que celui des services, portée par cinq pôles urbains tournés vers la Méditerranée. Au vu de cette deuxième étude, la fusion de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon apparaît donc comme la simple addition de deux réalités économiques distinctes, poursuivant chacune leur croissance propre et dont les interdépendances sont faibles, corroborant ainsi l'inspiration purement politique de cette fusion. »

* : en raison de son poids économique, et par soucis de ne pas fausser l'analyse, le groupe Airbus ne fait pas partie du champ de cette étude, qui se focalise sur les entreprises régionales indépendantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2017 à 9:09 :
Puisque des conclusions sont tirées de cette analyse sur l'importance relative de chacune des ex-régions, et pour encore plus d'objectivité, je suggère au cabinet Cazes-Goddyn (de Montpellier) de sortir du champ de cette étude, outre Airbus, les 5 premières entreprises de MP. Le résultat sont sera encore plus clair!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :