Francis Cabanat prêt à laisser la présidence de la CCI du Gard si...

 |   |  334  mots
Francis Cabanat et Eric Giraudier, du temps où ils faisaient liste commune...
Francis Cabanat et Eric Giraudier, du temps où ils faisaient liste commune... (Crédits : Thomas Tedesco)
Réintroduit dans ses fonctions par le tribunal administratif, l'ancien président de la CCI d'Alès, Francis Cabanat, en appelle au préfet de région.

Il n'est pas attaché au poste de président de la CCI du Gard mais si la fonction devait échoir à quelqu'un d'autre, ce ne saurait être à son rival - et néanmoins colistier - Eric Giraudier, président de la Chambre entre fin février et début juillet...

Rétabli dans ses fonctions à la suite d'une décision du tribunal administratif de Nîmes le 7 juillet dernier, Francis Cabanat, l'actuel tenant du poste, entend, avant de potentiellement le lâcher, en appeler au jugement du préfet de région qu'il prévoit de rencontrer prochainement.

"Je suis prêt à m'effacer si une troisième personne parmi les 51 élus, qui ne sera donc pas Eric Giraudier, se portait candidate, explique Francis Cabanat. Je vais en parler au préfet de région, qui pourrait également tout à fait prendre une autre décision."

"Les budgets ont été tronqués"

Attaqué par Eric Giraudier sur son budget 2016, alors qu'il était président de la CCI d'Alès, le Cévenol a tenu à se défendre.

"Je conteste les données exposées, lance-t-il. Je vous donne un exemple : Eric Giraudier a refusé de prendre en compte la vente de l'aérodrome de Deaux, qui n'apparaît donc pas en recettes. Les budgets ont été tronqués."

Considérant que les décisions prises par la CCI du Gard depuis le 27 février 2017 sont caduques, Francis Cabanat souhaite "prémunir la Chambre contre, par exemple, des recours éventuels d'entreprises qui ont vu leur marché résilié par l'équipe en place entre les mois de février et juillet." Le président de la CCI du Gard va donc demander audience au préfet de région d'ici à la prochaine assemblée générale de la Chambre, qui devrait être convoquée dans le courant du mois de septembre.

Interrogée sur la situation changeante dans laquelle est régulièrement plongée la CCI du Gard, la CCI Occitanie s'est refusée à tout commentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :