L’abattoir du Vigan fermé provisoirement après une nouvelle vidéo choc

 |   |  539  mots
La vidéo a été diffusée par l'association L214
La vidéo a été diffusée par l'association L214 (Crédits : L214)
Après la diffusion par l’association L214, le 23 février, d’une vidéo montrant des actes de cruauté sur des animaux, l’abattoir bio du Vigan (30) vient d’être fermé à titre provisoire. C’est le 2e établissement gardois frappé par un scandale de ce type, après celui d’Alès en 2015.

La Communauté de communes du Pays viganais, gestionnaire du site, vient de fermer à titre conservatoire et de suspendre le personnel de l'abattoir intercommunal du Vigan (30) après la publication, le 23 février, d'une vidéo montrant plusieurs actes de cruauté envers des animaux. Cette séquence, d'une durée de 4'30, a été tournée et diffusée par l'association de défense de la cause animale L214, qui avait déjà relayé une vidéo montrant des faits similaires à l'abattoir d'Alès (30), en octobre 2015.

La vidéo, tournée entre juin 2015 et février 2016, montre plusieurs images choquantes, notamment des scènes d'abattage alors que des animaux ne semblent pas (ou mal) étourdis. L'abattoir du Vigan, qui produit 240 tonnes de viandes par an, a pourtant été certifié « bio » par le label européen Ecocert.

L214, dénonçant des pratiques « d'une extrême violence », a aussitôt déposé plainte contre l'abattoir pour « sévices graves ». Le procureur de la République d'Alès, pour sa part, vient d'ouvrir une enquête préliminaire. « L'enquête sera menée par la brigade nationale d'enquêtes vétérinaires et phytosanitaires, en co-saisine avec la brigade des recherches de la gendarmerie du Vigan », écrit-il dans un communiqué.

« La coupe est pleine pour nous autres, les 20 000 artisans Bouchers-Charcutiers du pays et c'est pourquoi à travers la voix de notre Confédération Nationale, nous exigeons, à l'instar de L214, une commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs, réagit la Confédération française de la Boucherie. Une transparence totale doit être établie sur ce qui s'y passe afin que cessent ces actes ignobles. »

Le précédent alésien

La Chambre d'agriculture du Gard, de son côté, déclare : « Les responsables de l'abattoir doivent sanctionner ces fautes humaines que nous condamnons avec la plus grande fermeté ». Tout en rajoutant :

« La Chambre d'agriculture déplore que les agriculteurs exercent de plus en plus leurs activités sous la menace permanente de crises médiatiques sur des pratiques qui ne sont pas de leur ressort. Elle demande au préfet du Gard de convoquer d'urgence une cellule de crise pour assurer durablement la sauvegarde de filières patiemment construites au profit du consommateur ; notamment en facilitant une reprise d'activité saine et optimale des abattoirs gardois. »

C'est le 2e abattoir gardois dont L214 révèle les pratiques, après celui d'Alès, avec la diffusion d'une vidéo du même type, conduisant à sa fermeture provisoire et à l'ouverture d'une enquête pour « actes de cruauté et mauvais traitements », le 15 octobre 2015, toujours en cours. Le maire d'Alès (LR), Max Roustan, après avoir diligenté sa propre enquête, s'était prononcé, en novembre, en faveur de sa réouverture tout en fixant des conditions minimum : « Une validation des procédures d'abattage mises en œuvre ces dernières années à Alès de la part des services de l'État, qui surveillent quotidiennement l'abattoir, ainsi que la mise en place d'un comité d'éthique ».

« Dès novembre 2015, Stéphane Le Foll (ministre de l'Agriculture, NDLR) a donné instruction aux préfets de s'assurer de la prévention de tout acte de maltraitance lors de l'abattage », rappelle le ministère, dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2016 à 18:32 :
Qui a tourné ces vidéos ! et pourquoi au lieu de filmer ne sont elles pas intervenues?
Mais quel plaisir ces hommes trouvent ils à faire souffrir ces pauvres bêtes ! c'est monstrueux j'ai envie de vomir
a écrit le 24/02/2016 à 9:39 :
N'oublions pas que L214 fait du lobbying contre la consommation de viande par l'homme. Le personnel de l'abattoir du Vigan ne s'est sans doute pas comporté en professionnel et là il faudra que cela change, mais il y a peut être aussi une façon de monter les images qui accablent....
Réponse de le 24/02/2016 à 12:58 :
L'association L124 peut être contre la consommation de viande mais dans ce dossier elle a le mérite de dénoncer des pratiques ignobles. Pourquoi vouloir qu'elle présente les images différemment de la vérité?
Pour adoucir les choses et éviter des condamnation a ces travailleurs ignobles ? Surement pas ! Bravo a L124 pour sa détermination et son travail.
a écrit le 24/02/2016 à 9:04 :
voila ..en résulte la compétence des irresponsables politique
a écrit le 24/02/2016 à 8:07 :
Et pourtant les ouvriers des abattoirs sont mieux payé en France que chez nos principaux concurrents.
.
Assemblée Nationale, rapport 27/01/2016
http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r3448.asp#P121_13300
A1b La filière porc Des problèmes structurels

'L’Allemagne et l’Espagne n’ont cessé de développer leurs productions, se spécialisant dans le secteur de l’abattage/découpe fortement consommateur en main-d’œuvre. Ces deux pays bénéficient d’avantages comparatifs par rapport à la France en ce qui concerne le coût de la main-d’œuvre employée.'

'En Espagne et en Allemagne, le coût de la main-d’œuvre est bien inférieur au salaire minimum français. La main-d’œuvre à bas coûts dans le secteur de la transformation de la viande y est le fait de trois particularités. Le salaire minimum en Allemagne est en cours de mise en place et soumis à de nombreuses dérogations. Le salaire minimum espagnol est de 752 € contre 1 445 € en France. L’Allemagne a largement recours aux travailleurs détachés, ce qui est permis par la directive 96/71/CE du 16 décembre 1996 du Parlement européen et du Conseil concernant le détachement de travailleurs effectué dans le cadre d’une prestation de service. Ces travailleurs temporaires sont employés aux conditions de leur pays d’origine. En Espagne, le travail dissimulé est encore très répandu.'

'Au final, alors que les producteurs de porc français se placent au premier rang pour les résultats techniques, cette performance ne rejaillit pas sur leurs résultats économiques. Une partie des gains est absorbée par l’amortissement des investissements en faveur du bien-être animal et de la préservation de l’environnement. Une autre partie est captée par l’aval, le seul surcoût lié aux abattoirs français étant estimé à 10€/porc charcutier."

Problème, si on augmente le management et les contrôles, le surcoût lié aux abattoirs français va encore grimpé.
Ce qui est grave, c'est que ce scandale touche le bio, alors que cette filière, avec des marges plus importante, est sensé sauver nos agriculteurs. N'en déplaise à la FNSEA, Monsanto et autres lobbys.
Il faudrait peut que le secteur des abattoirs arrête de flinguer l'image de qualité et de respect des animaux de nos éleveurs qui bossent bien, mais ne s'en sortent pas.

J'aimerais connaître le salaire de ces patrons d'abattoirs, voir s'ils les méritent!

Ne pas oublier que derrière, la grande distribution qui flingue les prix en allant chercher des contrats dans des pays moins respectueux a une part de responsabilité.
Comme le consommateur qui va plutôt regarder le prix ou la quantité, plutôt que la qualité. Mais la traçabilité, la composition et la valorisation des origines des produits ne sont pas suffisantes, parce que freinées par les lobbys en France et à Bruxelles, et cela n'encourage pas le consommateur à faire l'effort.
a écrit le 24/02/2016 à 8:05 :
Licencions les salaries incriminés pour faute lourde et qu ils soient interdits d abattoirs et de tout ce qui est en rapport avec les animaux... Les autres sadiques et tordus travaillant au contact des animaux feraient peut etre un peu plus attention...
a écrit le 24/02/2016 à 8:01 :
Je plains les animaux qui sont sous le joug de bourreaux.... et imaginez ces gens au sein d une armée.... on connait le resultat
a écrit le 23/02/2016 à 22:43 :
c'est à vomir ! pas different des poules mises en cages...!! et que risque concrètement ces gens??? alourdissons les peines! L'homme ne peut être homme s'il ne respecte pas le vivant!
a écrit le 23/02/2016 à 22:37 :
Il faut faire cesser immédiatement ces pratiques scandaleuses en fermant ces abattoirs et en traduisant en justice leurs dirigeants. De tels comportements sont inacceptables et d'ailleurs éloignent de plus en plus de personnes de la consommation de viande.
Il serait grand temps que les autorités mettent leur nez dans cette activité qui est en plus une des sources de renchérissement des prix de la viande au détriment des éleveurs et des consommateurs.
Réponse de le 24/02/2016 à 2:26 :
au détriment des éleveurs ??? comme on soumets l'éleveur à des normes qu'il ne peut financer on tue la filière complètement !!!! place aux hongrois ou autres !!!
a écrit le 23/02/2016 à 18:14 :
Je pense qu'il est grand temps dans notre pays d'ouvrir les yeux et que nos élus responsable se promènent plus souvent dans les lieux dont ils ont des devoirs pas seulement pendant les élections pour avoir des voix et le bio que font ils ces gens qui en font partis je suis pour moins de cochonnerie dans nos assiettes c'est mieux pour la VIE de l'humain mais la surveillance que l'on nous fait croire où est elle. L'humain ne compte pas beaucoup à l'heure actuelle l'argent commande le monde dans tous les domaines. Nous n'avons personne pour représenter le peuple Notre terre nous est prêtée et nos enfants qu'auront ils ILs n'auront pas fini de nous en vouloir les adultes
a écrit le 23/02/2016 à 17:34 :
Il est vrai que le département du Gard est réputé pour ses cruautés à répétitions sur les animaux, avec le scandale de l'abattoir d'Alès en octobre, celui du Vigan aujourd'hui, ( dans un abattoir dit "bio".....)ainsi que pour son gout prononcé pour les corridas, avec raffinements de tortures à l'aide de piques avant mise à mort artistique à l'épée... devant une foule en grande parie avinée... je ne mettrai plus jamais les pieds dans ce département.
Réponse de le 23/02/2016 à 17:46 :
aucune importance votre présence est vraiment inutile. a force de vouloir jouer les empêcheur de tourner en rond il y aura encore quelques centaines de chômeurs en plus , mais pas grave l'idéal de certains sera atteint .
Réponse de le 23/02/2016 à 18:00 :
BRAVO! POUR VOTRE REACTION
il faut absolument que cette affaire fasse du bruit car une t'elle cruauté doit être sévèrement punie
s'est du sadisme à l’état pur
il faut aider les assos de la défense animale car !! sans elles les animaux
seraient sans protection et là !!!
Réponse de le 24/02/2016 à 2:32 :
les gens de l'abattoir qui va être fermé vous remercie : ils seront licenciés !!!
les petits producteurs de la région vous remercie : grâce à vous ils devront arrêter leur activité du seul fait que le coût des normes les empêche de créer leur propre abattoir !!!!
car oui tout cela a un coût gigantesque augmenté chaque jour par des normes de plus en plus insupportables dont le coût tue tout le monde sauf peut-être les hongrois qui seront très heureux de cette propagande !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :