Les viticulteurs héraultais réclament 13 M€ à FranceAgriMer

 |   |  479  mots
(Crédits : FDSEA 34)
Confrontés à des retards de paiement du service régional de FranceAgriMer, les syndicats agricoles FNSEA et JA de l’Hérault se sont rendus le 23 janvier au siège régional de l’établissement public, à Montpellier. Celui-ci s’est engagé a verser aux viticulteurs 85 % des 13 M€ dus d’ici à fin mars ainsi qu’à renforcer les moyens humains pour les contrôles d’arrachage et de plantation de vignes.

Une action syndicale, « à portée régionale », a été organisée par les Jeunes agriculteurs (JA) et la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) de l'Hérault, le 23 janvier, devant le siège régional de FranceAgriMer, l'établissement public administratif sous la tutelle du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, en charge de la gestion des aides aux filières agricoles.

Les viticulteurs présents réclamaient le paiement de 13 M€ de l'enveloppe d'aides à la restructuration du vignoble. Accordée dans le cadre de l'Organisation commune de marché (OCM), cette enveloppe s'élève à 105 M€ à l'échelle nationale dont 43 M€ concerne le bassin viticole du Languedoc-Roussillon pour la campagne 2015/2016.

« Sur cette enveloppe régionale, FranceAgriMer doit encore verser 27 M€ aux viticulteurs, explique Guilhem Vigroux, le président de la FDSEA 34. Une partie, 13 M€, aurait dû être payée aux producteurs car leurs vignes ont été contrôlés par les services et leurs dossiers instruits. Or, ce n'est pas le cas. Notre première revendication est que ces paiements s'accélèrent. L'autre partie de l'enveloppe qui reste à verser souffre du retard pris par les contrôles d'arrachage et de plantation de vignes. C'est le second point de nos revendications : il faut que ces contrôles s'accélèrent. »

Engagements de FranceAgriMer

À l'issue d'une rencontre avec Pierre Labruyère, responsable du service régional de FranceAgriMer, les viticulteurs ont obtenu un certain nombre de garanties de la part des services de l'État.

Parmi les engagements pris figurent le versement par FranceAgriMer de 85 % des 13 M€ d'ici à fin mars. Les syndicats demandaient un paiement complet pour la fin février. D'autre part, les contrôles des vignes devraient s'accélérer avec l'embauche de trois salariés en CDD à FranceAgriMer et la mobilisation de ses équipes de Toulouse.

« Avec ces moyens supplémentaires, nous devrions être en mesure d'accélérer les contrôles au vignoble  pour les terminer à la mi-mars », confirme un responsable de FranceAgriMer.

Dématérialisation et moyens insuffisants

Au total, ce sont environ 3 000 ha de vignes qui restent à contrôler sur le bassin viticole du Languedoc-Roussillon (800 ha pour la plantation et 2 200 ha pour l'arrachage) sur une surface initiale concernée par cette mesure de 14 000 ha.

« Particulièrement importants cette année, les retards pris par l'administration dans ses paiements s'expliquent en partie par la dématérialisation des dossiers de demande d'aides qui, du fait d'un dysfonctionnement du logiciel informatique, a occasionné d'important retard et le nécessaire retour au papier  en juin, précise Guilhem Vigroux. La diminution des effectifs dans l'agence de paiement de FranceAgriMe à Libourne (33) alimentent également ces retards. »

Selon la FDSEA, il est attendu que le préfet de région, Pascal Mailhos, écrive un courrier au ministre de l'Agriculture et au siège national de FranceAgriMer pour évoquer ces deux sujets.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :