Face à la pression syndicale, la grande distribution va clarifier son linéaire vin

 |   |  667  mots
Guilhem Castan (JA) face à Thierry Perrin (Carrefour) et Johan Voisine (Intermarché)
Guilhem Castan (JA) face à Thierry Perrin (Carrefour) et Johan Voisine (Intermarché) (Crédits : Muriel Chêne)
Les actions engagées depuis plusieurs mois par les Jeunes Agriculteurs (JA) de la région pour une clarification des linéaires vins dans la GD commencent à porter leurs fruits. Lors d’une rencontre avec les JA, le 7 septembre, Carrefour et Intermarché ont annoncé les premières mesures mises en œuvre pour une meilleure information des consommateurs.

Leur Manifeste n'est pas encore signé, mais les Jeunes Agriculteurs d'Occitanie avaient le sourire, au soir du 7 septembre, suite à leur première rencontre avec la Grande Distribution au domaine Castan à Cazouls-lès-Béziers.

« Nous avons bien avancé, il n'y a pas de désaccord particulier, mais nous devons revoir certains points. Comme, par exemple, notre souhait de fixer un volume de vente garanti pour les vins d'Occitanie dans les magasins de la région, qui se heurte à la réglementation européenne. Notre texte a été transmis à nos services juridiques respectifs, dont nous espérons un retour d'ici un mois au deux », annonce Guilhem Castan, trésorier des JA de l'Hérault et membre des JA d'Occitanie.

Une nécessaire clarification

Initiée en début d'année par les JA du Gard, la démarche, désormais soutenue par les JA d'Occitanie, vise à obtenir de la grande distribution une clarification du linéaire vin avec notamment un affichage lisible de l'origine des vins. Pour ce faire, les JA ont rédigé un Manifeste de bonnes pratiques, dans lequel ils détaillent les différentes mesures qu'ils souhaitent que les distributeurs mettent en œuvre pour une identification claire de l'origine des vins et la mise en valeur de la production française et régionale.

« Nous ne sommes pas contre la présence de vins étrangers dans les rayons, nous-mêmes exportons nos vins partout en Europe et dans le monde. Nous réclamons simplement qu'il n'y ait plus de confusion possible pour le consommateur et que les vins étrangers soient clairement identifiés comme tels », précise Guilhem Castan.

Brouille dans « la famille »

Deux enseignes ont participé à cette première rencontre : Carrefour, représenté par Thierry Perrin, directeur de l'hypermarché de Lattes et Intermarché, avec la présence de Johan Voisine, responsable Filière Vins et Champagnes de l'enseigne.

« Nous avons du mal à comprendre la colère des vignerons, alors que nous faisons tout pour mettre en avant les vins régionaux », a commencé par indiquer Thierry Perrin. « Que les viticulteurs aient bien conscience que derrière chaque magasin Intermarché, il y a une famille et que c'est elle qui est touchée quand il y a de la casse », a précisé de son côté Johan Voisine.

Les deux dirigeants ont toutefois reconnu que la revendication des viticulteurs n'était pas totalement infondée et ont d'ores et déjà pris des mesures pour améliorer le balisage des rayons et l'étiquetage de leur vin en Marque De Distributeur (MDD).

« Nous avons clarifié tous nos linéaires et bien séparé les vins français des vins étrangers pour être sûrs que nos consommateurs ne soient pas trompés », a indiqué Thierry Perrin.

Carrefour a par ailleurs lancé en début d'été une nouvelle gamme de huit vins de France sous la marque La Francette, dont l'origine France est clairement mise en avant par un logo aux couleurs du drapeau français. De son côté, Intermarché a déjà revu l'étiquetage de ses vins en rayon pour une information correcte du consommateur et va donner des consignes à ses adhérents pour un balisage clarifié des linéaires vin de ses 1890 magasins, faisant bien la différence entre vins français et vins étrangers. L'enseigne a également relifté les packagings de ses vins vendus en Bag in Box sous MDD (marque de distributeur), qui afficheront désormais un logo « origine France ».

D'autres rencontres à venir

Les JA d'Occitanie rencontreront mercredi 13  à Montpellier les enseignes Casino et Système. Metro et Lidl se sont également dit intéressés par la démarche.

« Nous restons ouverts pour rencontrer toutes les enseignes qui souhaiteraient rallier le projet en route », indique Delphine Fernandez, secrétaire générale des JA du Gard.

Le projet de texte du manifeste pourrait également servir de base de travail pour les discussions engagées au niveau national avec la FCD (Fédération du Commerce et de la Distribution).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :