Montpellier Events veut développer les salons auto-produits

 |   |  355  mots
La 5e édition d'Hydrogaïa a accueilli environ 150 exposants.
La 5e édition d'Hydrogaïa a accueilli environ 150 exposants. (Crédits : Montpellier Events)
Alors qu'Hydrogaïa s'est terminé le 28 mai au Parc des expositions de Montpellier, la structure organisatrice, Montpellier Events, envisage de développer de nouveaux salons thématiques, en ciblant d'abord les savoir-faire régionaux en capacité de s'exporter.

Jeudi 28 mai, le salon de la filière eau Hydrogaïa a fermé les portes de sa 5e édition au Parc des expositions de Montpellier. Une édition qui évolue par rapport à l'année précédente, avec 150 exposants cette année contre environ 130 l'an dernier. Et un nombre de visiteurs qui semblait en hausse par rapport à celui de la première année, le bilan n'ayant cependant pas encore été tiré.

Si l'attractivité du salon se confirme, c'est parce que Montpellier se positionne comme capitale de la filière eau, selon plusieurs acteurs :

"L'intérêt d'être ici c'est la pertinence des interlocuteurs, explique Jean-Luc Honegger, directeur commercial Sud-Est d'Anteagroup. Il n'y a pas forcément beaucoup de monde quand on compare avec un salon comme Pollutec, mais les interlocuteurs sont bien ciblés et opérationnels par rapport à notre démarche commerciale".

Avec deux salons professionnels (Hydrogaïa en mai et Energaïa en novembre) et quatre opérations grand public, Montpellier Events souhaite accentuer son activité sur les événements s'appuyant sur le savoir-faire régional :

"Nous avons dans l'idée de développer nos salons auto-produits, explique Matthieu Robin, responsable des salons Hydrogaïa et Energaïa. Il y a des pistes de développement sur les thématiques professionnelles comme grand public".

Favoriser l'exportation des savoir-faire

Même s'il ne souhaite pas détailler le projet à ce stade, Matthieu Robin confirme que des secteurs font actuellement l'objet de réflexion chez Montpellier Events.

"L'objectif est déjà de consolider l'existant et de créer des passerelles entre les différentes filières, indique Matthieu Robin. Mais il faut aussi donner un rayonnement à l'international : les visiteurs viennent chercher des savoir-faire que l'on est capables d'exporter. Cette année, l'Afrique était bien représentée sur Hydrogaïa, avec des délégations de Trinidad et Tobago, de Côte d'Ivoire, du Sénégal, de Gabon ou encore de Mayotte."

Après une période déficitaire, l'entreprise avait réalisé 11,5 M€ de chiffre d'affaire lors du premier semestre 2014 sur l'ensemble de ses activités, et visait environ 30 M€ pour 2014 et 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :