Trois offres de reprise pour Sauramps

 |   |  980  mots
(Crédits : Sauramps)
La librairie indépendante montpelliéraine Sauramps va-t-elle clore cet épisode de tempête qu’elle traverse depuis quelques mois ? Le 6 juin était la date limite fixée par le tribunal de commerce pour le dépôt des offres de reprise. Trois repreneurs se sont alignés.

La librairie indépendante montpelliéraine Sauramps (130 salariés, actionnaires : Jean-Marie Sevestre, P-dg, Jean-Luc Bonnet et Caroline Wodiczko) s'approche de l'issue de cet épisode de tempête qu'elle traverse depuis quelques mois.

En redressement judiciaire depuis le 13 mars dernier, les salariés du groupe attendaient pour le 6 juin, date limite de dépôts des offres, la liste des candidats à la reprise du groupe ou d'une partie des librairies du groupe (les librairies du Triangle en centre ville de Montpellier, le site du centre commercial Odysséum, et la librairie d'Alès dans le Gard).

La rumeur avait rapporté l'existence d'au moins trois repreneurs potentiels : celle de Benoît Bougerol, libraire et propriétaire de la Maison du Livre à Rodez (12) et de la Librairie Privat à Toulouse (31), celle de la chaîne de librairies Le Furet du Nord, et celle de l'architecte montpelliérain François Fontès (sans que celui-ci n'ait confirmé avant le 6 juin).

Quelques jours avant, le 2 juin, Françoise Nyssen, la ministre de la Culture qui était en déplacement à Montpellier, s'était déclarée « très attentive » au dossier Sauramps...

Suspense éprouvant

L'information a tardé à tomber, maintenant un suspense éprouvant pour l'ensemble des salariés. Alors que l'heure limite de dépôt des offres était à midi, à 18h30, les représentants du personnel n'avaient toujours aucune nouvelle.

« Cette absence d'information inquiète le personnel mais nous avons appris à être patients depuis un an de procédures diverses, observait alors Julien Domergue, délégué syndical Sud, dans l'après-midi du 6 juin. Si une des librairies du groupe ne recevait aucune offre de reprise, ce serait la liquidation judiciaire avec probablement une accélération de la procédure et donc des salariés qui se retrouveraient au chômage dès juillet. »

C'est finalement en début de soirée que les représentants du personnel apprenaient que trois offres avaient été déposées, chacune portant sur un périmètre différent, avec évidemment un coût social qui variera en fonction.

François Fontès, candidat à la reprise

Une seule offre porte sur l'ensemble des librairies Sauramps. Il s'agit de celle formulée par le Montpelliérain François Fontès, ou plus exactement par sa société Ametis, spécialisée dans le logement locatif aidé et qu'il dirige avec son associé Bertrand Barascud.

« Sauramps est un organe culture en souffrance, déclare l'architecte à Objectif Languedoc-Roussillon le 7 juin. Nous sommes, Bertrand et moi, des Montpelliérains, amoureux de Sauramps et des livres, et notre offre de reprise est un engagement culturel. »

François Fontès rappelle qu'il a déjà mené ce type d'opération en se portant au chevet du magazine Architecture d'Aujourd'hui et des Ateliers Jean Nouvel. Sans développer trop précisément son offre, il annonce qu'elle prévoit un investissement de 3 M€, notamment pour financer les travaux. Sur le volet social, le potentiel repreneur évoque « la reprise de 85 salariés dans un premier temps ».

Une seconde offre émane de Benoît Bougerol et ne porte que sur la reprise de la librairie Sauramps d'Alès, 13 salariés.

« À Odysseum, le problème reste un loyer bien trop important, et au Triangle, il y a également un problème de loyer élevé mais aussi de mise aux normes de sécurité, consent à dire Benoît Bougerol. À Alès, nous proposons de reprendre l'ensemble des salariés. »

La troisième offre, celle du Furet du Nord, proposerait le rachat des librairies du Triangle et de celle d'Alès, excluant celle d'Odysséum. Au moment où nous mettions cet article en ligne, nous n'avions pas pu joindre Pierre Coursières, le P-dg du Furet du Nord, afin de connaître les contours de son projet.

Déception et colère en mars

En difficulté depuis de nombreux mois, le groupe Sauramps avait fait l'objet de deux propositions de rachat fin 2016, par Matthieu de Montchalin, patron de la librairie L'Armitière à Rouen (76), également le président du Syndicat de la librairie française, et par Benoît Bougerol.

C'est l'offre de Matthieu de Montchalin qui avait été retenue. Mais ce dernier n'ayant pas apporté les justifications de sa capacité à pouvoir assurer tant le financement de son projet de reprise que la réalité formelle des cessions de titres envisagés, son offre n'avait finalement pas été retenue. Laissant la profession libraire interloquée par la méthode, et les salariés très en colère...

Le 3 mars, la fin de la procédure de mandat ad hoc  avait donc acté l'absence de repreneur de la librairie, et les établissements avaient été placés sous redressement judiciaire dans la foulée.

Décision fin juin

Les représentants du personnel, qui vont maintenant se pencher sur les offres avec l'administrateur et un cabinet d'expertise, déclarent attendre des documents annexes qui viendront compléter des offres pour l'heure plutôt "maigres".

« Nous allons rencontrer les candidats à la reprise pour mieux connaître leur projet et avec quels personnels, observait alors Julien Domergue. En l'état actuel des choses, nous sommes dubitatifs... L'offre de M. Fontès suscite des questionnements chez certains salariés puisqu'il n'est pas du secteur de la librairie, mais la bonne nouvelle, c'est qu'elle porte sur l'ensemble des établissements, y compris la holding. Quant à celle du Furet du Nord, elle inquiète car il s'agit d'une chaîne et il y a donc un risque sur les fonctions supports qui pourraient disparaître. Et le concept se rapproche plus d'un Cultura que de celui d'une librairie indépendante. »

Avec une audience à la barre du tribunal de commerce fixée d'ici deux à trois semaines, le dossier de reprise pourrait être réglé fin juin afin que le repreneur soit opérationnel dès juillet, ce qui permettrait de préparer la rentrée, toujours chargée, de septembre prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :