Naissance de l’Académie du Bâtiment et de la Cité de Demain

 |   |  594  mots
Les six fondateurs et l'animateur de l'Académie du Bâtiment et de la Cité de Demain : Hervé Van Twembeke, Hervé Vanaldewereld, Xavier Bringer, Thierry Ducros, André Deljarry, Norbert Bachevalier, et Patrick Ceccotti.
Les six fondateurs et l'animateur de l'Académie du Bâtiment et de la Cité de Demain : Hervé Van Twembeke, Hervé Vanaldewereld, Xavier Bringer, Thierry Ducros, André Deljarry, Norbert Bachevalier, et Patrick Ceccotti. (Crédits : Cécile CHAIGNEAU)
Les présidents de six organisations professionnelles du secteur du bâtiment et de l’immobilier ont lancé, le 16 mai, un nouveau club de réflexion, l’Académie du Bâtiment et de la Cité de Demain. Objectif : réfléchir ensemble et faire évoluer les pratiques.

La démarche est inédite en France, assurent les six fondateurs de l'Académie du Bâtiment et de la Cité de Demain, déjà baptisée du sigle ABCD.

Le 16 mai, six organisations sur la chaîne de l'acte de construire ont lancé officiellement ce nouveau club : la Fédération des promoteurs immobiliers Occitanie Méditerranée (président : Xavier Bringer), la Fédération du bâtiment et des travaux publics de l'Hérault (FFB, président : Thierry Ducros), le Syndicat national des aménageurs lotisseurs (SNAL-LR, président : Hervé Vanaldewereld), l'Association des architectes et maîtres d'ouvrage (AMO-LR, président : Hervé Van Twembeke), la CCI 34 (président : André Deljarry) et la FNAIM 34 (président : Norbert Bachevalier).

Sortir de nos corporatismes

« La vocation de ce club est de favoriser toute réflexion et action sur les enjeux sociétaux, économiques, financiers, sociaux, environnementaux et culturels relatifs à la cité de demain pour répondre aux défis de l'aménagement de l'arc méditerranéen, explique Patrice Ceccotti, vice-président de la CCI 34 et ex-président de la FFB 34, qui sera l'animateur de cette première année du club ABCD. C'est penser ensemble une nouvelle vision de la cité en partant de notre expérience départementale... L'idée est venue de la crise. Avant, on ne se parlait pas forcément. Le but, c'est de sortir de nos corporatismes professionnels, de susciter l'élan de désirabilité dans l'acte de construire. »

Les six présidents s'apprêtent à identifier les trois grands sujets sur lesquels ils travailleront dans l'année, comme par exemple le réchauffement climatique, comment sortir des projets sans qu'ils soient attaqués par des recours, et le plan Littoral 21.

Révolution

« Il s'agit d'un club de réflexion qui permet de nous éclairer sans la notion de lobbying, précise Xavier Bringer. On assiste à une révolution dans la manière de faire la ville : avant, on consommait du foncier, les collectivités avaient de l'argent... Aujourd'hui, il faut reconstruire la ville sur la ville, donner de la densité, travailler sur une économie virtuose, tenir compte de la réglementation thermique et des nouvelles façons d'habiter son logement. Tout seul, il y a des problématiques qu'on ne peut pas régler... Les idées qui sortiront seront forcément meilleures car nous serons allés plus loin ensemble dans la réflexion, de manière transversale. »

« Nous ne voulons pas être que des exécutants, ajoute Thierry Ducros. L'ABCD va nous permettre de mieux nous connaître, de placer sur un pied d'égalité tout ce qui constitue l'acte de bâtir, de mettre du respect dans tous nos échanges. Nous devons travailler les uns avec les autres et non plus les uns contre les autres. »

Un feuillet blanc annuel

Les différents membres d'ABCD partageront leurs bonnes pratiques et convieront ponctuellement, sur des thématiques bien précises, des experts, économistes et autres intervenants spécialisés.

« Ce qu'on attend d'ABCD, c'est de partager un socle commun de connaissances, d'expériences et d'outils méthodologiques », déclare Hervé Van Twembeke.

Les sujets de réflexion ne manqueront pas : les évolutions du bâtiment méditerranéen, les PPRI, l'innovation, le droit de construire, quelle architecture avec 3° de plus. L'Académie du Bâtiment et de la Cité de Demain se traduira par des réunions mensuelles, avec le projet de publier un « feuillet blanc » annuel portant sur les réflexions de l'année.

« Nous voulons être une force de concertation », conclut Xavier Bringer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2017 à 21:57 :
Comment ces partenariats se mettent en place ? Est-ce que les collectivités locales ont eu un rôle dans ce rapprochement ?
Ce qui serait intéressant de savoir c'est est-ce que la concertation interacteur a eu lieu où bien c'est exclusivement le fruit d'une concertation entre acteurs d'un même secteur ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :