Lancement du 2e nanosatellite français made in Montpellier

 |   |  306  mots
(Crédits : © Shamil Zhumatov / Reuters)
Le Centre spatial universitaire de Montpellier vit une seconde victoire : le lancement du 2e nanosatellite étudiant dans l’espace. Déjà en 2012, l’Université de Montpellier avait lancé le premier du genre en France. Le nouveau spécimen, Robusta-1B, a décollé le 23 juin à 5h50, depuis l’Inde.

C'est vers 6 heures du matin (heure française), vendredi 23 juin, depuis l'Inde, qu'a décollé Robusta-1B, le deuxième nanosatellite du Centre spatial universitaire (CSU) de l'Université de Montpellier (34) et deuxième nanosatellite étudiant français.

« Initialement prévu en 2016 par SpaceX depuis les États-Unis, le lancement a été reporté plusieurs fois suite à l'explosion de leur lanceur, indique le CSU. Il est finalement programmé sur un lanceur PSLV depuis l'Inde. »

10 kg et 10 cm2

Fruit d'un travail collectif entre une cinquantaine d'étudiants du CSU de Montpellier accompagnés de chercheurs et d'industriels, Robusta-1B a pour mission de valider une norme de test aux radiations et un nouveau bus de communication.

En compagnie d'une dizaine d'autres petits satellites, il s'est greffé au lancement de satellites bien plus imposants. En effet, de l'extérieur, Robusta-1B est un cube de 10 x 10 cm dont le poids n'excède pas 10 kg.

« Nous sommes toujours les seuls à avoir lancé un nanosatellite étudiant, constate Laurent Dusseau, le directeur du CSU de Montpellier. En étant les premiers à avoir développé cette technologie, nous avons acquis un savoir-faire dans ce secteur ainsi qu'une reconnaissance. Même s'il faut rester humble car l'espace est un milieu hostile et la probabilité de réussite des projets est toujours faible. »

Robusta-1C puis Robusta-1D

Le premier nanosatellite en question s'appelait Robusta. Il a été lancé en février 2012. Déjà, un Robusta-1C est en cours de préparation : son lancement devrait intervenir en 2018.

Pour le Robusta-1D ou Celesta, le CSU bénéficie de l'appui des experts de l'Agence spatiale européenne (Esa) pendant deux ou trois ans. Cette implication de l'Esa récompense les lauréats du programme « Fly your Satellite « » auquel le CSU de Montpellier a postulé et annoncé victorieux le 12 mai 2017. C'était l'unique établissement français récompensé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :