Le nautisme pèse 110 M€ dans les Pyrénées-Orientales

 |   |  514  mots
Le pôle nautique de Canet-en-Roussillon
Le pôle nautique de Canet-en-Roussillon (Crédits : Ville de Canet-en-Roussillon)
Le 30 juin, la CCI des P.-O. a présenté une étude sur les retombées économiques du nautisme dans le département. La filière a réalisé 110 M€ de chiffres d'affaire en 2016 et emploie 698 personnes.

« La filière nautique représente l'un des axes de développement de l'économie des Pyrénées-Orientales », annonce Bernard Fourcade. Le président de la Chambre de commerce et d'industrie catalane se dit engagé « fortement » depuis 2004 auprès des acteurs de cette filière économique stratégique pour le département, à la suite des difficultés financières du fabricant de catamarans Catana qui avait à l'époque licencié la moitié de ses effectifs.

« Le développement de cette filière doit se poursuivre, d'autant plus que 60 % de la flotte maritime se trouve en Méditerranée », poursuit Bernard Fourcade.

148 acteurs dans la filière départementale

La filière catalane compte 148 acteurs économiques, recensés dans 95 codes NAF. A eux, ils ont réalisé 110 M€ de chiffre d'affaires, sur l'exercice 2015-2016. Les retombées économiques indirectes sont de l'ordre de 66 M€, générées à travers les achats, les services extérieurs et les salaires versés.

« Nous constatons un vrai redémarrage d'activité, grâce notamment au développement de Catana et de sa gamme Bali en particulier, ou encore de Ocean Voyager et Chantier Bernadou », détaille Pierre-François Alexis, conseiller en développement d'entreprises pour le nautisme, au sein de la CCI des Pyrénées-Orientales.

Le dynamisme de la filière est largement porté par les quelque 139 entreprises (constructeurs, équipementiers, maintenance et réparation et enfin services), qui comptabilisent 606 emplois (+8 % en un an), sur les 698 générés sur le territoire. Ces sociétés, pour la plupart des PME âgées de moins de 15 ans et comptant moins de 10 salariés, sont fortement implantées à Saint-Cyprien (23) et Canet-en-Roussillon (34), dont les infrastructures modernisées permettent de répondre aux problématiques de transport des bateaux, de plus en plus imposants.

L'entreprise vendéenne Jeanneau (7000 salariés, groupe Beneteau), qui produit des bateaux allant jusqu'à 68 pieds, sous-traite la préparation (SAS) et la distribution (Alliance Nautique 66) de ses produits depuis le port de Canet, « seul accès à la méditerranée » pour eux, selon le directeur financier de l'entreprise Samuel Dubois, qui précise que depuis mars dernier 19 bateaux y avaient déjà été acheminés.

Un défi générationnel

Pour rester dans cet élan de croissance, la filière nautique catalane, dont 58 % des salariés sont âgés entre 41 ans et 60 ans, devra réussir la transition générationnelle qui s'annonce. « Chez Catana, 19 salariés partiront à la retraite dans 5 ans », relève Bernard Fourcade, soulignant au passage l'importance de la formation et de la transmission du savoir-faire dans ce processus de renouvellement des compétences.

Le défi devrait être relevé, puisque le département est parmi les mieux lotis en matière de formation aux métiers nautiques avec deux établissements d'enseignement initial et continu à Canet-en-Roussillon (le Lycée Rosa Luxemburg et l'institut nautique de Méditerranée), ainsi que l'école d'ingénieurs IMERIR qui réalise des travaux de recherche sur notamment la robotique marine et mène d'autres projets ayant trait au nautisme, en partenariat avec le laboratoire de Banyuls-sur-Mer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2017 à 8:59 :
Bonjour,

Ah bon , la filiére nautique se redéveloppe en 2016 , premiére nouvelle , a 55 ans aprés 10 années comme magasinier dans le nautisme , je ne retrouve pas de place similaire , j'avais la responsabilité d'un magasin et des commandes pour les bateaux neufs (radars , sondeurs , et matériels de sécurité )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :