Asystom lance sa solution de surveillance de machines industrielles

 |   |  463  mots
Pierre Naccache, président et cofondateur de Asystom, à Castelnaudary (11).
Pierre Naccache, président et cofondateur de Asystom, à Castelnaudary (11). (Crédits : DR)
L’entreprise audoise Asystom, qui s’inscrit dans la dynamique de l’industrie 4.0, fait le lancement commercial de sa solution innovante au salon SIANE de Toulouse du 24 au 26 octobre : des balises connectées pour la gestion des parcs de machines industrielles.

Créée en mai 2016 après neuf mois de développement, et installée dans la pépinière d'entreprises Créaude, à Castelnaudary (11), Asystom effectuera son lancement commercial dans le cadre du salon SIANE, le salon des partenaires de l'industrie qui se tiendra du 24 au 26 octobre au parc des expositions de Toulouse. La thématique choisie pour l'événement colle parfaitement à la technologie proposée par Asystom : « La transition numérique : quels enjeux pour les PME et ETI ».

« Nous proposons une solution clef en main pour collecter des mesures sur des machines industrielles afin de suivre leur fonctionnement, explique Pierre Naccache, l'un des sept cofondateurs de Asystom, aujourd'hui président de l'entreprise. Il s'agit de balises connectées, bourrées de capteurs, qui collectent des mesures comme les vibrations, les sons, les chocs, etc. Ce sont autant d'indicateurs de possibles dysfonctionnements de la machine qui permettront de faire sa maintenance et d'éviter des pannes, donc des interruptions de production. Ce qui est innovant dans notre solution, c'est qu'il s'agit d'un système autonome et universel, qui peut s'installer sur des machines mêmes anciennes, quels que soit leur âge, leur fabricant ou leur usage. Souvent, l'entreprise dispose ainsi de machines plus ou moins récentes, de constructeurs différents, sur lesquelles la collecte d'informations n'est jamais la même. Nous proposons la même capacité à collecter l'information pour faire le suivi d'un parc industriel complet. »

Les balises, sans fil et autonomes jusqu'à cinq ans, s'auto-calibrent. Les datas collectées sont transmises et stockées sur une plate-forme de manière complètement sécurisée. Pour la transmission des données, Asystom utilise plusieurs protocoles de communication standard à courte et longue portée.

À l'international directement

Le marché adressé en priorité par Asystom sera celui des PME et ETI industrielles, ainsi que les centres de recherche. Pierre Naccache prévoit de livrer les premières balises au 2nd trimestre 2018.

« Nous mettons également en place des partenariats commerciaux avec de gros industriels afin d'expérimenter notre solution à grande échelle, précise Pierre Naccache. D'ici le début de l'année, nous passerons à l'international directement. Nous avons déjà approché certains partenaires de la côte Est des États-Unis... Le marché international représente un potentiel de chiffre d'affaires de 140 à 240 M€, même si évidemment nous n'adresserons pas la totalité du marché... »

Asystom assemblera les balises à Castelnaudary. L'entreprise compte à ce jour cinq salariés (dont deux des cofondateurs) et le dirigeant prévoit, si tout va bien, de doubler voire tripler cet effectif d'ici la fin 2018.

Une levée de fonds devrait prochainement être lancée, et Pierre Naccache affirme avoir déjà été « approché par des investisseurs ». L'entreprise poursuit ses programmes de R&D, dans l'objectif d'intégrer de nouvelles fonctionnalités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :