Matooma lance Matoowan, un réseau universel pour objets connectés

 |   |  446  mots
John Aldon et Frédéric Salles, co-fondateurs de Matooma
John Aldon et Frédéric Salles, co-fondateurs de Matooma (Crédits : Matooma)
La start-up montpelliéraine lancera, en janvier, une nouvelle technologie élargissant sensiblement son offre. Connue jusqu’ici pour sa solution M2M par carte SIM, elle vient de créer un réseau sécurisé et interopérable pour faire communiquer les différentes populations d’objets connectés. Avec 4 opérateurs télécom déjà signés, elle vise une cinquantaine de grands comptes dès 2016.

Après deux ans de R&D et une phase de tests de trois mois s'achevant en décembre, à laquelle participent une dizaine de partenaires, Matooma s'apprête à lancer un nouveau réseau, baptisé Matoowan, en janvier prochain. Sa caractéristique est de faire communiquer tous les objets connectés fonctionnant sur les systèmes de communication les plus répandus, mais qui restent souvent peu compatibles entre eux : réseaux mobiles (3G, 4G...), réseaux bas débit, interfaces radio de type CDMA, et communications locales (wifi, Bluetooth).

« Pour résumer, quand tous ces systèmes fonctionnent, ils le font par internet, explique Frédéric Salles, P-dg de Matooma. Or internet ne répond pas aux besoins des populations d'objets connectés en train d'émerger. Le piratage reste récurrent, l'interopérabilité de ces systèmes est complexe, l'accès à distance des objets connectés est défaillant, les données personnelles des utilisateurs sont insuffisamment protégées, etc. Avec Matoowan, nous avons voulu créer un environnement gérant toutes ces problématiques, sur une seule connexion. »

Quatre opérateurs télécom déjà signés

Pour la start-up basée à Montpellier, la mise en route de Matoowan implique un investissement lourd, qu'elle auto-finance à ce jour, afin de construire son réseau : deux partenariats ont été signés, respectivement avec le Français Zayo Group, pour la location de data-centers, et avec l'Américain Nutanix, pour la fourniture de serveurs nouvelle génération (VMware).

Matoowan a déjà convaincu quatre opérateurs télécom de premier plan : les Français Orange et SFR, le Néerlandais KPN et le Canadien Sierra Wireless, tous signés au cours des derniers mois. Selon Frédéric Salles, les réseaux cumulés de ces opérateurs, en intégrant les accords conclus avec leurs propres partenaires, sont suffisants pour que Matoowan couvre déjà la zone Europe.

« L'état actuel de déploiement du réseau va nous permettre de signer une cinquantaine de clients dès la première année, des grands comptes pour l'essentiel, rajoute-t-il. Un dossier sur deux arrivant aujourd'hui chez Matooma porte sur une offre globalisée et sécurisée telle que Matoowan. »

Croissance à l'export

Avec le lancement de Matoowan, Matooma anticipe à nouveau une forte croissance sur 2016. Après l'ouverture d'une agence à New York cette année, la société s'installera à Madrid le 2 janvier 2016, et prévoit de s'implanter dans sept pays supplémentaires d'ici trois ans.

Créée en 2012, Matooma va réaliser un chiffre d'affaires de 3,4 M€ en 2015, et table sur 5,5 M€ l'an prochain. Ses effectifs passeront alors de 30 à 46 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :