GNV investit sur ses liaisons Sète-Maroc

 |   |  485  mots
L'un des douze bateaux opérés par GNV
L'un des douze bateaux opérés par GNV (Crédits : GNV)
L'Italien GNV, seule compagnie de transport maritime direct depuis le port de Sète vers le Maroc, annonce qu'il intensifiera, dès le 1er juin, ses rotations avec Tanger et Nador. Ainsi, après avoir refait un ferry à neuf, il compte porter son trafic de 120 000 à 150 000 voyageurs annuels d'ici fin 2018.

Compagnie de transport maritime d'origine italienne, Grandi Navi Veloci (GNV) annonce qu'elle intensifie, à compter du 1er juin et pour toute la durée de la haute saison, ses liaisons en direct entre le port de Sète et le Maroc. La ligne avec la ville de Nador passe d'une rotation tous les huit jours à une tous les six jours, tandis que la liaison avec Tanger passe d'une ou deux rotations par semaine à trois.

Un ferry de 180 m totalement rénové

GNV affiche l'ambition de porter son trafic passagers de 120 000 à 150 000 voyageurs annuels d'ici la fin 2018. L'investissement pour augmenter ses capacités porte aussi sur l'un des navires de la compagnie, puisque l'Atlas, un ferry de 180 m utilisé sur ces liaisons, a été entièrement refait à neuf, selon la responsable commerciale France de GNV, Tania Helstroffer.

"Le temps de trajet s'élevant à 29 heures avec Nandor, et 34 heures avec Tanger, il faut s'assurer d'un confort et d'un niveau de services plus important en cabine", explique-t-elle.

L'investissement sur l'Atlas, présenté officiellement aux médias et aux voyagistes le 31 mai sur le port de Sète, s'élève à "plusieurs millions d'euros" (montant non précisé), porte sur du matériel (moteurs, hélices, intérieurs) mais aussi sur la formation du personnel (200 personnes à bord, dont la moitié de personnel navigant).

"Il s'agit d'une formation continue afin d'aider nos équipes à contourner les problèmes culturels pouvant surgir avec certains passagers", justifie Tania Helstroffer. Les voyageurs utilisant GNV sont issus, en majorité, de France, de Belgique et des Pays-Bas.

Les croisiéristes, nouvelle cible du port

GNV mise fortement sur le Maroc, puisqu'elle ouvre aussi, en 2017, une nouvelle ligne depuis Barcelone. À Sète, où elle est la seule compagnie à opérer une liaison en direct vers ce pays, depuis 2012, son ambition est de développer "prochainement" une autre ligne vers l'Algérie.

L'Atlas est un des 12 navires dont dispose la compagnie italienne. À Sète, elle en utilise trois autres, de taille variable, dont le plus gros peut atteindre 210 m d'envergure.

Les annonces de GNV semble conforter la Région dans son plan de développement du port sétois. En 2015, le nouveau môle Masselin a été inauguré, après 14,2 M€ investis sur sa réfection, afin d'en faire une plate-forme de transport passagers d'échelle méditerranéenne, capable notamment d'accueillir des bateaux pouvant atteindre les 240 m.

"Au total, ce sont 60 M€ qui sont investis pour développer les activités ferry et croisière, insiste Jean-Claude Gayssot, président de l'EPR Port de Sète. Notre prochain grand projet porte sur la gare maritime, qui sera refaite pour 45 M€ afin d'en faire une interface entre la ville et le port. Tous ces projets permettent d'imaginer la création de nouvelles liaisons avec le Maroc, mais aussi l'Algérie et les Baléares."

GNV a transporté 15,6 millions de voyageurs en 2016, et a réalisé un chiffre d'affaires de 316 M€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :