Tourisme : l'Occitanie vise le Top 10 des destinations en Europe

 |   |  768  mots
(Crédits : JF Salles)
La Région a présenté, le 26 juin à Toulouse, son nouveau schéma de développement du tourisme, face à 300 institutionnels et professionnels. La présidente Carole Delga a dévoilé un plan en quatre axes et 30 actions, dont la création d'une nouvelle marque touristique ou la refonte du Comité régional du tourisme.

Au terme d'une procédure de consultation des acteurs de la filière, qui a nécessité 13 réunions départementales, le Conseil régional a organisé les 1es Assises du tourisme en Occitanie, le 26 juin à Toulouse. La présidente Carole Delga y a présenté le nouveau Schéma régional du développement du tourisme et des loisirs résultant de ces consultations, qui sera voté le 30 juin au Conseil régional.

Un effort d'au moins 200 M€

Cette feuille de route doit permettre à la Région d'intégrer le Top 10 des destinations européennes d'ici 2021. L'Occitanie se situe à ce jour au 11e rang, avec quatre millions de nuitées marchandes : la progression escomptée nécessitera de gagner au moins un million de nuitées supplémentaires en quatre ans.

"Notre économie touristique présente plusieurs spécificités, dont certaines qu'il faut regarder avec lucidité : une faible croissance du nombre de touristes, une atomisation de l'offre, et un grand nombre d'hôtels indépendants, analyse Carole Delga. Notre schéma ne vise pas à standardiser l'offre, mais à aider, notamment, l'hôtellerie à travailler sur son accessibilité et sa rénovation énergétique."

Cette stratégie se décline en une trentaine d'actions, regroupées en quatre priorités : stimuler la qualité des territoires et des entreprises touristiques, placer le tourisme au coeur du développement économique, favoriser le tourisme connecté pour faire face à la concurrence internationale, et instaurer une nouvelle gouvernance de la filière.

L'effort financier s'élèvera à 200 M€ sur cinq ans, auxquels pourraient se rajouter 100 M€ au titre d'un nouveau volet tourisme qui serait rajouté au fonds européen FOSTER à la demande du Conseil régional. Cette question est actuellement à l'étude au Fonds européen d'investissement.

Une nouvelle marque régionale

Parmi les actions les plus immédiates figure le dispositif "Grands Sites", né dans l'ex-Midi-Pyrénées, qui sera étendu à toute l'Occitanie au terme d'un appel à projets lancé dès 2017. Le soutien aux PME du secteur passera, lui, par la mise en place de deux nouveaux outils de financement, lancés en juillet : le "Pass Tourisme", destinés aux projets inférieurs à 100 000 €, et le "Contrat de développement et d'innovation touristique", pour les projets de développement d'entreprise d'au moins 100 000 €.

Par ailleurs, Carole Delga a confirmé que la marque "Sud de France" sera désormais cantonnée à la promotion des filières agroalimentaire et viticole. S'agissant du tourisme, une démarche a été engagée avec Atout France pour élaborer une nouvelle marque autour du nom "Occitanie", qui pourrait être complété par d'autres concepts "à valeur ajoutée" (l'exemple de "Côte d'Azur France", récemment créée, est cité).

"Il nous faut un nom qui puisse nous positionner à l'international, mais aussi fédérer l'ensemble de la filière comme une bannière collective, en permettant aux autres appellations de continuer à exister, précise Carole Delga. Il s'agira d'une marque de destination, autour du terme "Occitanie" qui a une bonne connotation, même à l'étranger."

Six opérateurs consultés pour un parc de loisirs

La création d'emplois dans la filière pourrait passer, entre autres projets cités par Carole Delga, par la mise en chantier d'un parc d'attractions régional. La Région a déjà rencontré six grands opérateurs européens susceptibles d'en construire un (Aspro Parks, Parques Unidos, Merlin Entertainment, Looping, Europa-Park et La Compagnie des Alpes) : après réception de leurs projets, une étude sera lancée dans les prochains mois. "Mais ce n'est pas la Région qui construira ce parc", insiste Carole Delga.

La politique d'attractivité sera, quant à elle, confiée au Comité régional du tourisme (CRT), requalifié en agence régionale du tourisme. Résultant de la fusion des CRT de l'ex-LR et de l'ex-MP, prévu en juillet, il sera présidé par Virginie Rozière, conseillère régionale et députée européenne.

"Tout en laissant leurs missions aux autres acteurs tels que les comités départementaux, les agences départementales ou les offices du tourisme, le CRT se positionnera en fournisseur de services à tous les acteurs de la filière, souligne-t-elle. Il n'est pas évident, pour les professionnels, d'être informés et formés sur des enjeux tels que la prise en compte des attentes, la veille des nouvelles tendances, ou l'adaptation aux nouveaux modes de consommation touristique, et ce sera l'une de nos missions."

Le tourisme est la deuxième industrie d'Occitanie, avec 30 millions de touristes annuels et 14 Mds € dépensés chaque année. Il intègre 38 000 entreprises, soit 108 000 emplois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2017 à 0:02 :
Le thème du Parc d'attraction et son emplacement seront primordial.
Tout partira de la, il sera un gigantesque électro aimant de plusieurs méga watt
Pour inondé Occitanie d'une nouvelle vague de touriste internationaux

Tout est la et c'est le bon moment.
Un brin d'audace et vision et la règion Occitanie fera plus que rentrée dans le top 10...

Pas vrai les Lapins ! Brwwwaaa brrwwaaaa ;)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :