Plussh, Matooma et Matahi grands gagnants du Lab’Objectif

 |   |  843  mots
Les trois gagnants du Lab'Objectif du 31 mars 2016 : Frédéric Salles (Matooma), Raphaël Girardin (Matahi Compagny) et Dimitri Moulins (Plussh).
Les trois gagnants du Lab'Objectif du 31 mars 2016 : Frédéric Salles (Matooma), Raphaël Girardin (Matahi Compagny) et Dimitri Moulins (Plussh). (Crédits : Eric Durand)
Objectif Languedoc-Roussillon a organisé, le 31 mars, la 1ère édition du Lab’Objectif, un événement dédié aux start-ups et à l’innovation. Invités d’honneur, Adrien Aumont (KissKissBankBank) et Loïc Soubeyrand (Teads) ont précédé le concours de pitchs qui a fait émerger trois pépites régionales.

Objectif Languedoc-Roussillon organisait, le 31 mars, la 1ère édition du Lab'Objectif, mettant en avant l'écosystème des start-ups régionales. Quelque 300 invités avaient répondu présents à l'Espace Diez, à Montpellier, où la soirée a démarré avec l'intervention de deux jeunes entrepreneurs de belle notoriété : Adrien Aumont, le cofondateur de la plate-forme de financement participatif KissKissBankBank, et Loïc Soubeyrand, le fondateur et directeur général de Teads (formats vidéo innovants pour la publicité en ligne).

« L'innovation est fondamentale, et avoir des gens qui prennent des risques est très important pour l'avenir, a déclaré en introduction Pierre Chauvois, directeur général de la Banque Populaire du Sud et partenaire de la soirée. Il existe aujourd'hui de nombreux moyens pour aider les entrepreneurs, notamment pour trouver de bons partenaires financiers. Pour réussir, il faut chasser en meute... »

Crowdfunding et pub vidéo, deux success stories

Adrien Aumont a retracé le chemin qui a mené à la création de KissKissBankBank à une époque (il y a huit ans) où le concept de financement participatif n'existait pas encore.

« La musique a été le premier secteur d'activité à connaître un grand changement dans les modes de consommation, rappelle-t-il. Il a fallu trouver de nouvelles règles du jeu et nous avons inventé le don avec contrepartie. On revenait au principe du troc ! Au départ tout le monde trouvait ça absurde. La première année, nous avons collecté 100 000 €, et l'an dernier 20 M€... Pour le financement des TPE et PME, nous avons créé Lendopolis. Il serait facile de nous opposer aux banques, mais nous sommes complémentaires. »

Quant à Teads, qui a fusionné avec le Parisien Ebuzzing en 2014, elle gère aujourd'hui un portefeuille de plusieurs centaines d'éditeurs dans le monde (dont The Washington Post, The Guardian, The Telegraph, La Repubblica, Le Monde, Reuters). L'entreprise annonçait en février dernier une croissance organique de 70 % en 2015.

« Notre format pub vidéo, non intrusif, a reçu un accueil phénoménal, et le rapprochement avec Ebuzzing, qui compte une force commerciale impressionnante, nous a permis d'aller encore plus vite », observe Loïc Soubeyrand.

Dix start-ups en compétition

Un jury de professionnels qualifiés sur le secteur de l'innovation s'était réuni le 8 mars dernier pour élire les dix start-ups qui allaient participer au concours de pitch du Lab'Objectif. Pendant la soirée, chacun des représentants des dix start-ups en compétition avaient trois minutes pour convaincre le public, invité à voter sur smartphone.

Les dix start-ups en lice étaient : WineAdvisor, TellMePlus, Chèque Santé, Enko, Plussh, Matooma, Matahi Compagny, Il était un Fruit, HobbyStreet et Anatoscope.

Les trois premières start-ups plébiscitées par la salle sont d'ores et déjà nominées pour concourir dans la catégorie « start-up de l'année » lors de la cérémonie des Grands Prix Objectif qui se tiendra le 1er décembre 2016. Il s'agit de Matahi Compagny, Matooma et Plussh.

Matahi Compagny propose une boisson énergisante, innovante et bio, à base de fruits de baobab récoltés en Afrique par une coopérative de femmes, « et diffusée dans 1 500 points de vente aujourd'hui », précise Raphaël Girardin, un des cofondateurs.

« Nous sommes dans le quotidien de tout le monde ! », lance Frédéric Salles, cofondateur et P-dg de Matooma, une start-up montpelliéraine de 35 salariés, spécialisée dans les objets connectés et les solutions « machine to machine » et qui compte à ce jour 1 200 entreprises clientes, dont Veolia, Photomaton ou Vinci.

Enfin, Plussh, créatrice de l'application de live streaming du même nom, sera également nominée pour les Grands Prix Objectif.

« Notre application, téléchargeable gratuitement, permet de faire du direct vidéo de qualité depuis un smartphone, tout en gardant la propriété de ce que vous filmez », décrit Dimitri Moulins, cofondateur.

148 pages pour le Startupper

Entre deux pitchs, Objectif Languedoc-Roussillon avait invité Sandrine Musel, « la consultante énervante » comme elle se définit elle-même, spécialisée dans la neuro-communication. Après avoir souligné combien il est important, lors de l'exercice du pitch, « de faire immédiatement bonne impression, de tout mettre en œuvre pour embarquer les gens dans une histoire », elle réussissait à faire chanter un air de gospel à l'auditoire tout entier.

La soirée, animée par François-Xavier Delacoux (radio RTS), était aussi l'occasion d'annoncer la ­sortie du Startupper, un guide de 148 pages sur l'écosystème des start-ups en région, édité par Objectif Languedoc-Roussillon. Le hors-série comprend un annuaire de 150 start-ups classées par secteur d'activité, les différentes étapes de création d'une start-up, ainsi que la liste des structures d'accompagnement et de financement.

Les autres partenaires de la soirée étaient Montpellier Méditerranée Métropole, French Tech Montpellier, bpifrance, Montpellier Business School, IAE de Montpellier, Digital Campus, Montpellier Management-Université Montpellier et Labex Entreprendre.

Retrouvez les photos de la soirée, qui a attiré plus de 300 startuppers et décideurs de la région, sur le site officiel du Lab'Objectif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :