MAO 2017 : quelle synergie entre artistes, mécènes et collectivités ?

 |   |  452  mots
Installation de Jorge Pardo au Musée des Augustins dans le cadre du Festival international d'art de Toulouse, en 2014
Installation de Jorge Pardo au Musée des Augustins dans le cadre du Festival international d'art de Toulouse, en 2014 (Crédits : Nicolas Brasseur)
Pour sa 3 édition, prévue le 21 septembre à La Panacée de Montpellier, le Meeting Art Objectif examinera le bénéfice que peuvent retirer les collectivités territoriales, les artistes et les entreprises en s’engageant et en coopérant dans la création contemporaine.

Comme l'illustre l'exemple de Montpellier - qui porte des dossiers majeurs tels que le MoCo (Montpellier Contemporain, centre d'art contemporain), le Conservatoire à rayonnement régional, ou le projet de nouveau quartier Montpellier Cité Créative, sur l'ex-EAI -, l'art contemporain s'est imposé comme un moyen d'accroître le rayonnement des collectivités territoriales.

Croissance et intérêt collectif

En nouant de nouvelles relations avec les artistes et les entreprises, futurs mécènes, elles impulsent une politique à fort impact social, que passera au crible la 3e édition du Meeting Art Objectif (MAO). Dans une table-ronde modérée par Pascal Cayla (L'Art en Direct), l'agence de projets culturels Artevia, que dirige Marie-Séverine Piard, montrera en quoi les opérations qu'elle produit en cœur de ville (les 500 ans du Havre, la biennale L'Estuaire de Nantes, les Berges de Seine à Paris...) sont des projets de croissance économique, mais aussi d'intérêt collectif.

De même, Lucie Avril expliquera comment le MuMo (Musée Mobile), structure itinérante, participe à la démocratisation de l'art contemporain en déplaçant des œuvres sur des territoires isolés de France et de sept autres pays d'Europe et d'Afrique.

Des bénéfices mutuels

Le MAO consacrera d'ailleurs un temps aux moyens de lever les freins à la collaboration entre institutions et acteurs privés. Ainsi, sous l'impulsion de Frédérique Mehdi, Le Printemps de Septembre, plus grande biennale d'Occitanie dédiée à l'art contemporain, s'est allié à Application Laser : d'un côté, le festival toulousain a trouvé un nouveau partenaire, et de l'autre, la PME de Cédric Martin, qui venait de s'installer, a trouvé un accélérateur de contacts.

En plus de ce témoignage, le regard de l'artiste sera apporté par Timothé Toury, qui s'est associé avec un mécène (Philips Lighting) pour réaliser des installations de lumière dans le cadre des Nuits Blanches à Paris : une collaboration qui a aussi profité aux produits du fabricant néerlandais. Pour sa part, Nicolas Bourriaud, qui pilote le MoCo, rappellera les axes de sa philosophie pour bâtir ce futur musée, en lien avec des mécènes : un collectionneur, membre des Amis du MoCo, expliquera les raisons de son engagement pour le projet.

Enfin, Didier Vesse, directeur de la Foire méditerranéenne des Arts Contemporains, dont la première édition se tiendra en décembre à Montpellier, témoignera de son expérience comme directeur de la foire Art'Up de Lille, qu'il coordonne depuis 2010 en étroite relation avec des mécènes privés, tout en y associant divers acteurs culturels de la ville (écoles d'art, musées, universités, etc.).

Renseignements et inscriptions sur notre site dédié.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :