Art contemporain : le MAO 2017 éclaire "les actions qui font sens"

 |   |  918  mots
L. Avril (MuMo), M.-S. Piard (Artevia) et A.-C. Lienhardt (Fondation Total), participantes au débat modéré par P. Cayla (L'Art en Direct)
L. Avril (MuMo), M.-S. Piard (Artevia) et A.-C. Lienhardt (Fondation Total), participantes au débat modéré par P. Cayla (L'Art en Direct) (Crédits : Edouard Hannoteaux)
Le Meeting Art Objectif, qui s'est tenu le 21 septembre, était centré sur les coopérations entre artistes, entreprises et territoires destinées à faire "vivre l'art dans la ville". Cette édition 2017 a rassemblé 200 participants à La Panacée de Montpellier.

Nicolas Bourriaud a ouvert les débats, modérés par Pascal Cayla (agence L'Art en Direct). Ce dernier est le chef de projet du très attendu MoCo, futur Centre d'art contemporain de Montpellier Métropole qui ouvrira ses portes en juin 2019 dans l'Hôtel Montcalm. Il sera couplé à La Panacée et à l'École des Beaux-Arts de Montpellier.

« Le projet MoCo, c'est une institution sur trois sites, qui épouse la forme de la ville, pour correspondre au territoire urbain, présente-t-il. Ces trois lieux réunis dans un établissement public commun, c'est là l'innovation... Le Musée ne conservera pas d'œuvres, il sera uniquement dédié à la présentation et à la valorisation des collections privées des autres. Cela correspond à une évolution inéluctable : les initiatives privées n'ont pas forcément la possibilité de se montrer au public, elles ont besoin de lieux pour exposer les œuvres. La création d'une telle institution nécessite de créer un réseau social. Avec les Amis du MoCo, nous comptons déjà une trentaine de personnes, dont quelques collectionneurs, qui nous accompagnent dans cette aventure. Mais l'équation n'est pas la même qu'avec le Palais de Tokyo (qu'il a contribué à créer, en 1999 à Paris, et qu'il codirige jusqu'en 2006, NDLR). Avec le projet MoCo, nous n'avons pas le besoin crucial de faire appel à des fonds privés. Sur la Panacée et le chantier de Montcalm, la Métropole finance l'ensemble. Le recours au mécénat interviendra plutôt à l'avenir, pour l'internationalisation de l'école des Beaux-Arts par exemple. »

Des actions qui font sens

À sa suite, la table-ronde du MAO 2017, qui recensait les démarches entreprises pour créer de nouvelles relations entre artistes, entreprises et territoires, a présenté le MuMo, « musée mobile » d'art contemporain, destiné à rencontrer des enfants éloignés de la culture (7 pays visités) : « Sur un territoire, nous travaillons avec les Frac sur la construction des expositions, et avec les Drac pour développer une offre en complémentarité des centres d'art sédentaires qui, parfois, manquent de visibilité », détaille Lucie Avril (Amis du MuMo). L'agence Artevia, qui conçoit des projets culturels, cite « Un été au Havre », opération imaginée pour les 500 ans de la ville : « Les entreprises ont été au cœur du projet, avec des clubs de 30 grandes entreprises, de 42 TPE-PME et de 900 commerces, qui se sont tous mobilisés pour monter le projet et changer l'image du Havre, afin d'en faire aussi une nouvelle destination touristique », souligne Marie-Séverine Piard.

« Historiquement, le groupe Total a toujours écouté les contraintes des territoires où il s'installait, et la fondation Total se positionne donc elle aussi en acteur de territoire. Nous envisageons nos actions en prolongement de notre activité, dans cette idée, comme avec « Un été au Havre », qui contribue à valoriser le patrimoine local, ou avec le MuMo, qui porte une action socialement innovante », apprécie Anne-Claire Lienhardt, responsable Culture et Patrimoine chez Total.

Apportant, de son côté, le regard du créateur, Timothé Toury, concepteur lumière (Les Nuits Blanches à Paris, la Fête des lumières de Lyon, etc.), a été interrogé sur la place de l'artiste dans le mécénat et est revenu sur sa collaboration avec l'entreprise Philips, mécène de la Fête des lumières de Lyon.

« C'est beaucoup un échange de valeurs, un regard commun, observe-t-il. Ce qui a séduit Philips, c'est l'innovation qu'on proposait, à savoir un travail de la lumière sur du grillage. Car ce genre de collaboration, c'est aussi un laboratoire de la création, de l'innovation. Au travers la culture, Philips mettait en valeur son image de marque, mais aussi son image en interne. »

ART Montpellier, un rendez-vous pour la Méditerranée

Par ailleurs, Didier Vesse est le directeur artistique de la première foire d'art contemporain de Montpellier, ART Montpellier (du 7 au 10 décembre à l'Arena Sud de France). Son défi ? Faire venir des collectionneurs de toute la Méditerranée et apporter du trafic aux exposants (stand : 130 €/m2 pour présenter un artiste).

Une galerie d'Agde,  une espagnole et une marocaine ont déjà confirmé leur présence. Didier Vesse espère profiter de la dynamique de Montpellier en matière d'art plastique, car « la ville a beaucoup évolué », note-t-il.

Pour sa part, Cédric Martin, dirigeant de l'entreprise Applications Laser, a collaboré avec le Printemps de Septembre à Toulouse, pour donner vie au projet de l'artiste américain Jorge Pardo. « Une forme de mécénat de compétence », car le chef d'entreprise a été contacté pour sa capacité à travailler le plexiglass. « La rencontre avec Jorge et son équipe technique a été déterminante. Il a compris nos contraintes et à réfléchit un projet impliquant nos outils. »

« Cette exposition est devenue une image emblématique de Toulouse. Elle a augmenté de 30 % les visites du Musée sur un été. C'est la preuve qu'une manifestation culturelle peut créer du lien entre différents acteurs de la ville et avoir des retours positifs pour les collectivités locales », indique Frédérique Mehdi, secrétaire générale du Printemps de Septembre.

Le résultat, exposé au Musée des Augustins jusqu'en 2020, est « bluffant », poursuit Cédric Martin. Si l'entrepreneur est fier d'avoir participé à ce projet et de pourvoir le montrer à ses clients, il insiste aussi sur l'aspect chronophage d'un tel projet, d'autant qu'« il n'y a pas de retours financiers immédiats sur les ventes », admet-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :