3e promotion à Numa Montpellier, un an après le lancement

 |   |  531  mots
Un événement de Numa Montpellier, au BIC de Montpellier, où l'accélérateur est basé
Un événement de Numa Montpellier, au BIC de Montpellier, où l'accélérateur est basé (Crédits : D.R)
Numa Montpellier a dévoilé, le 10 novembre, sa 3e promotion de start-ups. Izika, OpenFlow, Mon Coach Brico et Urgences Chrono viennent de passer la période de tests et ont ouvert leur capital à l'accélérateur privé. Elles passeront quatre mois dans le programme Numa, orienté business et suivi chiffré.

Avec cette nouvelle promotion, Numa Montpellier affiche 15 starts-up accompagnées en douze mois d'existence. Les quatre sociétés ont été sélectionnées parmi une cinquantaine de dossiers, et sont déjà au travail depuis plus d'un mois.

La 3e promotion

  • OpenFlow est une marketplace qui offre aux professionnels du droit la possibilité de revendre leurs archives de qualité à des PME, à moindre coût. En septembre dernier, la start-up réussissait un tour de table à 400 000 € auprès d'investisseurs en vue.
  • Mon Coach Brico met à disposition des particuliers des artisans spécialisés (bricolage, travaux et décoration) pour les accompagner dans leurs travaux.
  • Izika est un logiciel saas de gestion automatique des indemnités kilométriques (IK). L'innovation réside dans le fait de sourcer les données directement dans les agendas en ligne des clients (Google agenda, Outlook, iCloud). Déjà opérationel auprès de centaine de clients, Izika va tenter de s'exporter.
  • Urgence Chrono est un site internet permettant de trouver des lieux de consultation en urgence et en-dehors des jours et horaires d'ouverture classiques des cabinets médicaux.

Critères de sélection

Les starts-up accompagnées par Numa sont choisies en fonction des capacités de l'équipe, de sa résilience et de sa motivation. Mais le programme de Numa intervient aussi lors d'une phase d'accélération commerciale.

"Il faut que les sociétés soient tournées vers la croissance et qu'elles aient la maturité de se remettre en question, détaille Arnaud Laurent, cofondateur de l'accélérateur. Je suis très fan des statistiques, on ne peut pas améliorer une donnée qui n'est pas mesurée. Les starts-up doivent comparer leur CA quasiment au jour le jour et on leur apprend aussi à appréhender le coût d'un projet. "

Numa propose une méthode opérationnelle pour favoriser la performance commerciale. En amont de l'entrée en phase d'accélération, Numa établit une road map avec chaque start-up. Le respect d'une méthode et d'une organisation prédéfinies vise à débloquer de nouvelles opportunités au niveau business.

"On ne sera rémunéré qu'en cas de succès, nous restons donc proches de nos entrepreneurs, même après le programme, rajoute Arnaud Laurent. On les pousse beaucoup, sur l'international par exemple. Il ne faut pas hésiter à écrire des emails en Anglais et faire des démarches. Un produit ne se vend pas seul."

Le but ? Atteindre un revenu mensuel entre 25 000 et 30 000 €, seuil d'intérêt pour de futurs investisseurs.

Un an de Numa Montpellier

Le parrain de cette troisième promotion est Jean-Michel Germa, après Rachel Delacour et Loïc Soubeyrand. L'ex-fondateur de la Compagnie du Vent apporte ses compétences industrielles et sur les énergies renouvelables, et tiendra une conférence dans les locaux de Numa le 28 novembre prochain.

Un an après son ouverture, Arnaud Laurent pense que Numa a pris sa place dans l'écosystème montpelliérain et ne croit pas à une place vacante pour un accélérateur concurrent : "Nous ne pourrions pas sortir de l'écosystème 50 à 80 starts-up par an avec des modèles économiques compatibles."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :