Mobilier connecté : Elior Group lance un pilote avec Awadac

 |   |  522  mots
La technologie d'Awadac est expérimentée jusqu'à l'été au sein du restaurant Agora, à la gare St-Roch de Montpellier
La technologie d'Awadac est expérimentée jusqu'à l'été au sein du restaurant Agora, à la gare St-Roch de Montpellier (Crédits : Elior Group)
Le N°1 européen de la restauration de concession sur sites de voyage a présenté, le 1er février, la 1e table connectée installée dans une gare TER en France, à Montpellier. En test jusqu'à l'été, la technologie, créée par le Montpelliérain Awadac, pourrait essaimer dans les enseignes d'Elior, en attendant d'autres groupes.

Elior Group, le N°1 en Europe de la restauration de concession sur les sites de voyage (gares, aéroports, etc.) a conclu un accord, à travers sa marque Areas, avec la start-up montpelliéraine Awadac, créatrice de solutions "in store" pour la restauration, pour développer et tester un nouveau type de table connectée. Annoncée comme la 1e du genre installée dans une gare en France - en l'occurrence dans le restaurant Agora de la gare de Montpellier Saint-Roch -, celle-ci a été présentée à la presse le 1er février.

Un contexte d'usage spécifique

Ce système de table connectée, équipée de plusieurs écrans tactiles, permet au client de prendre connaissance du menu, de passer ou de compléter sa commande (avec une icône "Appel serveur"), de jouer à des jeux ou de remplir un formulaire de satisfaction. Les serveurs du restaurant, munis de smartwatches, sont prévenus par des alertes, ou bien peuvent s'employer à l'accueil ou au conseil de la clientèle.

"Dans les métiers du voyage, la problématique majeure est la gestion du temps, analyse Alexandre de Palmas, directeur général concession France et Europe du Nord d'Elior Group. Un voyageur arrive en gare seulement 25 mn avant son train en moyenne, contre 90 mn pour un avion. Les enseignes du groupe Elior doivent donc être en capacité d'assurer un service à table aussi rapide, avec un système qui s'intègre dans la chaîne de production, jusqu'en cuisine."

La solution proposée ad hoc par Awadac (mobilier compris), installée à la mi-janvier, restera en test jusqu'à l'été, en étant complétée sous peu (l'intégration de modules multilingues et de paiement sans contact est annoncée). Si le pilote s'avère concluant, Elior projette "d'en installer beaucoup", sans donner de chiffre (le groupe possède 2 000 restaurants dans le monde, et sert 900 000 clients par jour).

Les ambitions d'Awadac

De son côté, Awadac, start-up créée en 2014 à Montpellier, compte sur ce partenariat pour booster son développement et devenir "N°1 en Europe sur les technologies connectées dans la restauration assise", selon son président, Jérôme Gauchet. Elle conduit, en parallèle, deux autres tests de même nature sur l'aire montpelliéraine, avec la brasserie des Trois Grâces, à Montpellier, et un restaurant de la chaîne KFC.

"Avant de donner le moindre chiffre sur un objectif de déploiement, nous devons d'abord installer les tables et voir comment les choses se passent, car ce système bouscule les habitudes, que ce soit celles des serveurs ou des clients, note Hervé Ginot, directeur financier d'Awadac. La formation et l'accompagnement au changement font d'ailleurs partie du service que nous vendons à nos clients."

Si Awadac se concentre sur la restauration assise, elle envisage la déclinaison rapide de sa technologie dans d'autres secteurs, tels que l'organisation de congrès ou l'hôtellerie ("le parcours client est le même qu'en restauration", rajoute Hervé Ginot). La société emploie 8 collaborateurs, et après un premier chiffre d'affaires non significatif en 2016, affiche un prévisionnel de 500 000 € sur le prochain exercice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :