Keetiz récompense les consommateurs sur leur compte bancaire

 |   |  493  mots
(Crédits : DR)
Flasher son ticket de caisse pour récupérer des euros sur son compte bancaire, c'est le concept de Keetiz. Après deux ans de de développement, la jeune pousse affirme avoir trouvé son modèle économique. Le 18 décembre prochain, elle entrera au Village by CA de Montpellier et prépare une levée de fonds ambitieuse pour 2018.

Fondée en 2015 par Jean-Christophe Russier (co-fondateur d'Orchestra Software), Keetiz permet aux consommateurs de récupérer une partie de leur facture d'achat, en euros, en flashant un QR code inscrit sur le ticket de caisse.

L'avantage pour le commerçant ? Il choisit le pourcentage du ticket final qu'il devra rembourser (généralement 10 %), et bénéficie d'un système de fidélisation de sa clientèle.

"On fait du cash back in store, c'est une première dans le commerce physique, détaille Jean-Christophe Russier. L'application permet de reverser les euros récupérés sur son compte bancaire, de les offrir à une oeuvre caritative ou de donner un pourboire digital au personnel d'un établissement."

La start-up a développé son modèle à Montpellier et revendique 15 000 utilisateurs et 300 commerces inscrits pour 175 publiés sur la plate-forme. Elle emploie neuf personnes et table sur une accélération de son activité.

Enrichir sa base de donnée

L'application promet aussi une meilleure gestion de sa base clientèle. Les commerces partenaires ont accès à une vue d'ensemble de leurs données clients, mais peuvent aussi choisir de les mutualiser.  Avec ces informations, ils peuvent déclencher de nouvelles opérations commerciales.

"Keetiz connaît très bien le consommateur et peut le cibler avec des campagnes email, des notifications ou des SMS."

Un SMS coûte 12 centimes pièce au commerçant et reste un "des moyens les plus incitatifs pour la clientèle". Pour ne pas surcharger les consommateurs, Keetiz affirme limiter les campagnes SMS à deux par mois. Elle se rémunère également sur les tickets édités par l'entreprise.

"On facture 20 % du montant offert, quand un commerce sort entre 50 et 100 tickets par mois. C'est vite atteint, affirme Jean-Christophe Russier. Les commerçants ont aussi un modèle freemium pour l'accès au back office et à la base client."

Une start-up ambitieuse

Keetiz est sélectionnée parmi les 15 start-ups qui entreront au nouveau Village by CA de Montpellier le 18 décembre prochain. "Cette évolution correspond à notre phase actuelle d'accélération du business."

Elle affirme se différencier de sa consoeur BAM, dont le modèle privilégie le "paiement par mobile", mais "prend note" de la levée de fonds d'1 M€ réalisée en septembre par cette dernière.

Le fondateur nourrit des ambitions pour sa société, quelques mois après avoir revendu l'entreprise qu'il avait co-créé en 1991, Orchestra Software. "Nous voulons être une licorne d'ici cinq ans. Notre solution est scalable et ouverte et je commence aussi à rencontrer de chaînes comme AccorHôtels."

Pour atteindre ces objectifs, il s'appuie sur un "business plan très détaillé et des accords avec plus de 30 éditeurs de solutions d'encaissements" et le recrutement de Laurent Michaud, ex-Micros Systems, leader sur les technologies dédiées à la restauration et à l'hôtellerie

En 2018, Keetiz veut s'ouvrir sur Paris, Lyon, Bordeaux Toulouse, Strasbourg et Pointe à Pitre, avant l'Allemagne en 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :