Digi-Health devient Kyomed

 |   |  393  mots
Centre de recherche et d'innovation industrielle porté en région par le pôle de compétitivité Eurobiomed, Digi-Health devient Kyomed
Centre de recherche et d'innovation industrielle porté en région par le pôle de compétitivité Eurobiomed, Digi-Health devient Kyomed
Derniers ajustements pour le centre de recherche et d’innovation industrielle Digi-Health (ex-DiagnosTIC Santé) : la SAS change de nom et devient Kyomed à compter de ce mois de novembre. Deux nouvelles recrues rejoignent le collège d’actionnaires : l'Institut de cancérologie (ICM) et l’Université de Montpellier.

Il a fallu quelques mois d'ajustement mais la plate-forme mutualisée d'innovation née en 2012 dans le cadre des Investissements d'avenir (Grand Emprunt) garde sa feuille de route. L'association portée par Eurobiomed de 2009 à 2014, structurée le 4 avril 2014 en SAS, devient Kyomed et boucle son collège d'actionnaires : les deux nouvelles recrues, l'Institut de cancérologie et la future Université de Montpellier, injecteront respectivement 300 000 € et 150 000 € sur trois ans.

Alors que le montage financier pour le capital de l'entreprise se poursuit (actuellement 365 000 € pour une prise de participation in fine des actionnaires de 1,05 M€), l'État versera début décembre une première dotation, sur les 2,6 M€ annoncés.

Living Lab

Kyomded, laboratoire indépendant, qui devrait fonctionner avec un budget de 28 M€ sur cinq ans pour une masse salariale de 25 permanents, vient d'allouer un budget de mission de 150 000 € à ses équipes de business développeurs pour « prospecter dès janvier des clients en Europe et à l'international ». La nouvelle équipe constituée (6 salariés, 5 en équivalent temps plein), Kyomed va maintenant développer ses marchés autour de deux concepts :

  • Un plateau dédié aux biomarqueurs, conçu comme « un intégrateur de services reposant sur l'expertise des laboratoires et entreprises du Languedoc-Roussillon puis étendu aux autres régions, pour apporter des réponses concrètes aux industriels », détaille Daniel Laune, président et directeur scientifique de Kyomed.
  • Un Living Lab consacré au diagnostic dans les secteurs de l'e-santé et des TIC, avec une approche originale « d'évaluation et de conception de nouvelles solutions de santé associant les utilisateurs finaux ».

Pour Daniel Laune, il s'agit bien avec ce concept de « diagnostique participatif fédérant usagers, académiciens, cliniciens et industriels de l'e-santé et des TIC, d'influer très tôt sur le produit final, en amont de la phase d'industrialisation, en impliquant les usagers pour qu'ils donnent leur avis sur l'ergonomie des produits, leur fonctionnalité, leur acceptabilité. » 

Un premier projet collaboratif devrait être réalisé dans les locaux de Kyomed début décembre.

Actuellement, le collège d'actionnaires de Kyomed compte 15 PME (l'association CR2I réunissant 8 partenaires historiques dont Sanofi ; la SAS Bioguild regroupant sept PME du secteur des biotechnologies) et trois actionnaires directs : l'Université de Montpellier, l'Institut de cancérologie de Montpellier (ICM) et le groupe Altéra (logiciels et applications pour l'accompagnement des malades d'Alzheimer et de leurs familles).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :