Kyomed sera inauguré en présence d'Axelle Lemaire

 |   |  442  mots
Daniel Laune, président-fondateur de Kyomed.
Daniel Laune, président-fondateur de Kyomed. (Crédits : © DR)
Dirigé par Daniel Laune, le Living Lab Kyomed sera inauguré le 3 avril, à Montpellier, en présence d'Axelle Lemaire, secrétaire d'État chargée du numérique. Constitué en SAS, il finalise une 1e collaboration sur la e-santé avec Sanofi et vient de nouer un contact avec le Chinois Huawei.

Tout juste un an après son lancement, Kyomed sera officiellement inauguré le 3 avril prochain. Le Living Lab, qui teste grandeur nature des projets e-santé sortis de département R&D (comme dernièrement ceux de Sanofi, lire ci-dessous) et de l'Université de Montpellier recevra, ce jour-là Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat chargée du Numérique sous l'autorité du Ministre de l'Économie Emmanuel Macron.

Financé par l'État et la Région, Kyomed est la première société privée en France a proposer un service de Living Lab. Les 5 actionnaires de l'entreprise (parmi lesquels Sanofi, l'Université de Montpellier et Altera Groupe, rejoints à partir de la fin du mois de mars par le pôle de compétitivité Eurobiomed) ont injecté 350 000 € de capital, avec une mise à disposition de 800 000 € à horizon 2016.

"Maintenant, il faut faire du chiffre d'affaires, assume le président-fondateur de Kyomed, Daniel Laune. Nous avons pu, grâce à un contrat, réaliser 60 000 € en 2014. Nous visons les 400 ou 500 000 € en 2015. Pour être à l'autofinancement dans 4 ou 5 ans, il faut arriver à 3 à 4 M€."

Le n°1 de la téléphonie chinoise intéressé

Pour atteindre ces objectifs, Kyomed s'appuie actuellement sur une équipe de 5 personnes. Et prospecte largement :

"Nous étions à Barcelone la semaine dernière, où nous avons pu rencontrer tous les grands de la téléphonie, notamment Huawei, le numéro 1 chinois, qui s'est montré intéressé, poursuit Daniel Laune. Il y a beaucoup de choses à faire avec le smartphone, et je suis convaincu que l'e-santé va rapidement évoluer. De manière générale, ce sont les industriels qui n'en font pas aujourd'hui qui s'y mettront demain."

Kyomed s'oriente également vers le secteur de l'automobile, entre autres, pour proposer de tester des solutions e-santé (fauteuils adaptés, volants spécifiques, etc.) avant de les lancer ou pas sur le marché. La société a aussi travaillé récemment avec Sanofi, qui a développé un pilulier connecté (qui permet d'avoir une visibilité sur la prise de médicaments d'un patient, via une application internet). Commencés fin 2014, les tests de ce pilulier se sont terminés lundi dernier. Incombera à Sanofi d'analyser les résultats (ce qui sera fait en avril 2015)  pour décider de la suite à donner à son innovation.

Selon Daniel Laune, la visite d'Axelle Lemaire dans les locaux de Kyomed, ainsi que la présence d'industriels (IBM, PSA, Sanofi ou encore Orange), attestent de l'importance de plus en plus forte de la Silver économie en France. Et en particulier en Languedoc-Roussillon, qui est l'une des régions en pointe en l'émergente matière des Living Labs : d'autres structures de ce type existent à Lattes (34) et à Nîmes (30), notamment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :