Microphyt : une nouvelle gamme pour les segments minceur et mémoire

 |   |  473  mots
Le 5 septembre, la PME héraultaise Microphyt, spécialiste des microalgues, a annoncé avoir franchi une nouvelle étape dans son programme SMILE, dédié à la mise en marché d’ingrédients actifs naturels d’origine marine. Il vient d'être retenu par la Commission européenne sur la phase 2 du dispositif "Instrument PME".

La société Microphyt, spécialisée dans la biotechnologie des microalgues et fondée en 2007 à Baillargues (34), a été retenue cet été dans le cadre de la 2e phase du dispositif de la Commission européenne Horizon 2020 « Instrument PME » visant à promouvoir l'innovation. L'appel à projet a retenu le programme SMILE dans la catégorie « Croissance bleue », avec 46 autres projets parmi 553 dossiers candidats issus de 14 pays.

« Le programme SMILE vise à développer, produire et commercialiser des ingrédients actifs nutraceutiques naturels d'origine marine, extraits de microalgues spécifiques et contribuant à la perte de poids et au maintien des fonctions cognitives, explique Vincent Usache, directeur général de Microphyt. Ces ingrédients entrent dans la composition de produits finis, en l'occurrence des compléments alimentaires, pour nos clients qui sont des laboratoires pharmaceutiques. »

La société avait déjà bénéficié en 2015 d'un soutien de 50 000 € au titre de la phase 1 de ce même dispositif, afin d'évaluer le concept et la faisabilité du projet. Un processus qui s'est étalé sur dix mois et a permis de démontrer les effets bénéfiques de ces actifs naturels.

« Pour l'heure, nous visons les catégories de marché de la minceur et de la mémoire car on sait qu'il y a des effets physiologiques positifs pour ces deux segments, mais il n'est pas exclu qu'il y ait d'autres applications potentielles demain », observe le dirigeant.

Cap sur l'Europe et les États-Unis

Cette 2e étape du programme SMILE s'étalera sur deux ans, pour un budget global de 2,5 M€. La Commission européenne participera donc au financement à hauteur de 70 %, soit 1,8 M€, le reste étant financé par Microphyt.

Il s'agira alors de lancer de nouvelles études (in vitro, pré-cliniques et cliniques) pour confirmer les premières données obtenues et préparer la mise en marché d'un point de vue réglementaire (pour une commercialisation en Europe et aux États-Unis) et industriel de la future gamme d'ingrédients SMILE.

Doubler ses effectifs, à terme

L'entreprise, qui a enregistré en 2015 un chiffre d'affaires de 200 000 €, fonde de gros espoirs de croissance avec cette nouvelle gamme.

« À l'horizon 2022, la gamme SMILE représentera jusqu'à 80 % des ventes de Microphyt et permettra de doubler le nombre d'emplois (12 actuellement, NDLR) », projette Vincent Usache.

La 3e phase du dispositif européen, pour financer la commercialisation, est optionnel et permet une mise en réseau avec des investisseurs. Vincent Usache envisage d'y avoir recours mais évoque aussi de possibles partenariats industriels ou tout simplement l'utilisation des ressources propres de Microphyt.

À ce jour, Microphyt compte cinq photobioréacteurs tubulaires (5 000 litres) sous serres, produisant des ingrédients actifs naturels pour les marchés de la cosmétique, de l'alimentation et de la santé.

« Cela nous suffit pour nos besoins en cosmétique, assure Vincent Usache. Pour le segment nutrition, il nous faudra probablement développer l'outil de production. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :