Montpellier Capital Santé : 7,1 M€ de l’État pour six projets

 |   |  461  mots
Philippe Saurel et Jean-Michel Baylet lors de la signature du Plan État-Métropole à Montpellier, le jeudi 5 janvier 2017.
Philippe Saurel et Jean-Michel Baylet lors de la signature du Plan État-Métropole à Montpellier, le jeudi 5 janvier 2017. (Crédits : Edouard Hannoteaux)
Lancé en juillet par Manuel Valls, le Pacte État-Métropole a été signé le 5 janvier à Montpellier par le ministre de l'Aménagement du territoire, Jean-Michel Baylet, et Philippe Saurel, président de la collectivité métropolitaine. À la clef, un apport de l’État de 7,1 M€ au profit de projets dans le domaine de la santé, dont deux incubateurs.

« Sur les quinze Métropoles concernées par le Pacte État-Métropole, celle de Montpellier est la seule à s'être positionnée dans le domaine de la santé, indique Philippe Saurel, le président de la collectivité territoriale. Ce choix a été validé par l'ancien Premier ministre Manuel Valls et Jean-Michel Baylet, le ministre de l'Aménagement du Territoire. Aujourd'hui, nous signons ce contrat qui octroie 7,1 M€ de crédit d'État auxquels s'ajouteront un co-financement de la Métropole de 3,59 M€ pour six projets sélectionnés. »

La vocation du Pacte État-Métropole est de soutenir les stratégies d'innovation des métropoles et accompagner leur développement. Lancé le 6 juillet par l'ancien Premier Ministre Manuel Valls et les présidents des 15 Métropoles françaises, ce contrat prévoit une enveloppe totale de 150 M€, principalement par l'intermédiaire du Fonds de Soutien à l'Investissement public Local (FSIL).

"Projet exemplaire"

« La qualité des sujets proposés par les différentes Métropoles est inégale, observe le ministre Jean-Michel Baylet. Mais Montpellier est exemplaire et son projet remarquable car au lieu de raisonner dans une logique de guichet, il élabore une véritable stratégie de développement qui entraîne un ensemble d'acteurs ».

La présence de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) parmi ces partenaires est « un bon signe et la garantie d'un projet sérieux », ajoute le ministre de l'Aménagement du territoire.

En plus de l'innovation, le Pacte État-Métropole comporte un volet de « coopération territoriale » afin de favoriser les actions de « co-développement interterritorial ». Abondé par l'État à hauteur de 240 000 €, cet objectif se traduira par des actions de coopération avec Toulouse Métropole, les villes voisines de Montpellier (notamment Nîmes, Alès et Sète) ainsi qu'avec « l'ensemble des territoires voisins de la Métropole montpelliéraine, à savoir six agglomérations et 55 communautés de communes », fait savoir Philippe Saurel.

Six projets

Parmi les six projets soutenus dans le cadre du Pacte État-Métropole à Montpellier figurent deux incubateurs : le bio-incubateur Cyborg porté par le CHU de Montpellier et le projet de pépinière Incubasciences porté par l'Institut du Génôme Humain.

Deux plates-formes technologiques seront également financées: REDSAIM pour REseau de Développement des Solutions contre les Agents Infectueux de Montpellier, porté par l'Université de Montpellier, ainsi que le projet de création d'un Pôle Autonomie Santé à Lattes (34).

Enfin deux projets d'équipements innovants ont été sélectionnés avec l'achat d'un accélérateur avec IRM intégrée baptisé Sud-Fair porté par l'Institut du Cancer de Montpellier et la création d'une salle d'angiographie cérébrale hybride unique en Europe sur le site de l'hôpital Gui de Chaulliac du CHU de Montpellier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :