The Island, un nouveau lieu pour l’innovation sociale à Montpellier

 |   |  531  mots
Le plateau de The Island, nouvelle structure dédiée à l'ESS, que lance Patte Blanche
Le plateau de The Island, nouvelle structure dédiée à l'ESS, que lance Patte Blanche (Crédits : Patte Blanche)
L’agence de communication montpelliéraine Patte Blanche, spécialiste de la RSE et du développement durable, crée The Island, un nouveau lieu pour accueillir des porteurs de projets en innovation sociale. A terme, l’ambition est de créer un réseau international en dupliquant ce type de structure.

C'est un nouveau lieu de coworking dédié à l'innovation sociale qui est en train de voir le jour à Montpellier, avenue de Toulouse. A l'initiative de cette nouvelle structure, baptisée The Island, l'agence de communication Patte Blanche, spécialisée dans le domaine de la RSE et du développement durable (15 salariés - CA : 1,4 M€ - références : Chanel, Laboratoire Pierre Fabre, Agence Française de Développement, Biocoop, Enercoop, Ikea, etc.).

« L'agence fête ses dix ans et nous recherchions de nouveaux locaux pour nous installer plus à l'aise, explique Julian Quero, directeur associé (avec David Coste, Charlotta Arnal et Grégoire Renevier). L'avenue de Toulouse offre un potentiel intéressant et nous avons eu l'idée de créer un lieu du type "coworking". L'idée est venue du constat qu'il existe de nombreux acteurs du changement, des "changemakers", qui sont éparpillés. L'objectif, c'est de les rassembler dans un lieu physique, pour fédérer les énergies locales dans l'innovation sociétale, l'économie sociale et solidaire, et favoriser les synergies. »

Plaidoyer maison

The Island compte s'inscrire en complément des structures déjà existantes, comme Alter'Incub, l'incubateur de l'Union régionale des Scop (URSCOP).

« On les connait bien, mais Alter'Incub est, comme son nom l'indique, dédié à l'incubation, donc à des projets qui sont au début de leur maturation. De notre côté, nous nous orientons vers les porteurs de projets en phase de développement plus mature et en dehors de ces réseaux. »

Les profils potentiellement intéressés sont, selon Julian Quero, « les porteur de projets dans l'innovation sociale et les métiers des arts graphiques ».

« La communication est un vecteur de changement important, ajoute-t-il. Nous souhaitons fédérer tous ces métiers pour pousser un autre projet plus vaste : celui d'un plaidoyer porté par l'agence Patte Blanche, car nous souhaitons contribuer nous-mêmes au changement. Ces plaidoyers seront des campagnes de sensibilisation d'intérêt général sur des thématiques de développement durable par exemple, et l'idée, c'est que l'énergie créative de la communauté The Island fasse que chaque porteur de projet puisse apporter sa pierre à l'édifice. »

Dupliquer partout dans le monde

The Island, qui étend ses locaux sur 300 m2 aujourd'hui, est en cours de finalisation pour octobre, et devrait rajouter 150 m2 supplémentaires au printemps prochain. Les postes se loueront à la journée (25 €), à mi-temps (175 €) ou au mois (300 €).

Le lieu a déjà finalisé un premier partenariat avec la start-up montpelliéraine Oasis Citadine (réseau social de jardiniers agroécologiques associé à un concept de location de jardins urbains) qui prévoit déjà de créer sur The Island un potager pour expérimentation.

Mais à terme, les fondateurs de ce concept de lieu ont une plus grande ambition.

« The Island a vocation à s'inscrire dans une communauté plus étendue, déclare Julian Quero. Avec la multiplication des espaces de coworking, nous voulons adopter un positionnement plus défini. Nous travaillons à développer un système de franchise, facilement duplicable, avec l'idée de créer d'autres lieux similaires dans différents pays. Un deuxième espace The Island va être dupliqué à Cayenne en Guyane. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :