Nanosatellites : l'Agence spatiale européenne choisit Montpellier et élimine Toulouse

 |   |  369  mots
(Crédits : E.H.)
Le Centre spatial universitaire de Montpellier consolide son rang de chef de file en matière de nanosatellites. Unique établissement français victorieux, l’Université de Montpellier a été sélectionnée le 12 mai par l’Agence spatiale européenne pour intégrer son programme Fly your Satellite. À Toulouse, la candidature de l’Isae-Supaero n’a pas été retenue.

Le Centre spatial universitaire (CSU) de l'Université de Montpellier fait partie des six établissements européens sélectionnés (*),  le 12 mai, par l'Agence spatiale européenne (Esa) pour participer à son programme Fly your Satellite.

« C'est un grand pas en avant pour le CSU de Montpellier, indique Laurent Dusseau, le directeur de l'établissement. Grâce à ce programme, nous allons bénéficier de l'appui des experts de l'Esa pendant deux à trois ans. Cet apport de compétence devrait permettre des avancées technologiques plus rapides que par le mode « essais-erreurs » auquel nous sommes habitués. »

Le programme Fly your Satellite de l'Esa est avant tout un programme éducatif destiné à aider les étudiants européens impliqués dans des projets nanosatellites. Il fournit aux lauréats un support technique avec l'intervention d'experts et un lancement pour leur satellite.

Lancement prévu en 2019

Le projet montpelliérain vainqueur se nomme Celesta. Il s'agit d'un nanosatellite baptisé Robusta 1 D qui devrait être lancé au début de l'année 2019. Actuellement, quinze étudiants sont engagés dans cette aventure. À échéance, ce seront près d'une cinquantaine d'étudiants qui auront participé à la création de Robusta 1 D.

Avant Robusta 1 D, d'autres nanosatellites ont vu le jour au Montpellier. Le premier, Robusta 1 A, a été lancé en février 2012 : c'était le premier nanosatellite français.

« Nous sommes toujours les seuls à avoir lancé un nanosatellite étudiant, constate Laurent Dusseau. En étant les premiers à avoir développé cette technologie, nous avons acquis un réel savoir-faire dans ce secteur ainsi qu'une reconnaissance. Même s'il faut rester humble car l'espace est un milieu hostile et la probabilité de réussite des projets est toujours faible. »

L'Isae-Supaero de Toulouse s'était également porté candidate au projet Fly your Satellite. L'agence spatiale européenne n'a pas retenu leur candidature.

(*) Les six projets sélectionnés sont : le projet Cat4 de l'Université Polytechnique de Catalogne (Espagne), le projet Celesta de l'Université de Montpellier (France), le projet Eirsat-1 de l'Université College Dublin (Irlande) et de Queens' University Belfast (Irlande du Nord), le projet ISTnanosat-1 de l'Instituto Superio Técnico du Portugal, le projet Ledsat de l'Université de Rome (Italie) et le projet UoS de l'Université de Southampton (Royaume-Uni).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2017 à 10:20 :
Bravo. Enfin une agence européenne...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :