LKSpatialist retenue pour intégrer l’incubateur de l’IGN

 |   |  749  mots
(Crédits : Christine Caville)
La start-up montpelliéraine LKSpatialist, inventeur d’un outil numérique de prospection foncière, vient d’être retenue pour intégrer l’incubateur de l’IGN, IGNfab. Un programme à même de booster de façon magistrale son développement déjà bien avancé.

Elles étaient 34 à candidater dans le cadre du 4e appel à projet lancé par l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN*) et dédié à la « Ville de demain ». Six projets, développant des solutions innovantes dans les domaines de la mobilité, de l'urbanisme, de l'énergie et de l'environnement, ont été retenus, dont la start-up montpelliéraine LKSpatialist. Ils intègreront l'incubateur de l'IGN, IGNfab.

Avec son outil numérique de prospection foncière LINA®, LKSpatialist répondait directement à l'une des problématiques posée par l'appel à projet, celle de la maîtrise de l'étalement urbain et l'impact carbone des villes : sa plate-forme web destinée aux métiers du foncier et de l'aménagement du territoire permet de qualifier et d'évaluer le potentiel parcellaire.

L'IGNfab donne aux start-ups incubées un accès libre aux données IGN, aux plates-formes de développement et aux matériels spécifiques. L'IGN met aussi des développeurs à leur disposition et propose du conseil, de l'expertise et l'accès à des formations ponctuelles. Enfin, cette incubation se traduit également par une ouverture vers le réseau institutionnel et commercial de l'IGN (usagers institutionnels, pôles de compétitivité, partenaires métiers, réseau des incubateurs...) et l'utilisation éventuelle du réseau de distribution de l'IGN.

Accélération en R&D

 « C'est un avantage énorme pour nous, commente Lahouri Kaddouri, le fondateur dirigeant de LKSpatialist. Nous aurons accès gratuitement, pendant deux ans, à leurs données comme les villes en 3D avec les éléments sur les hauteurs des bâtis existants, les orthophotographies (images satellitaires, NDLR), les modèles numériques de terrains qui sont d'une précision extrême, les informations cadastrales, des modules pour créer soi-même la 3D, etc... Nous pourrons aussi travailler avec leurs ingénieurs et techniciens. Ça va nous faire avancer beaucoup plus vite dans notre R&D. »

Lahouri Kaddouri doit rencontrer les équipes de l'IGN à la fin du mois. En jeu, une éventuelle collaboration rapprochée entre l'institut et la start-up, pourquoi pas la possibilité pour LKSpatialist d'apparaître sur le géoportail de l'urbanisme de l'IGN...

La start-up a par ailleurs activé un autre vecteur d'accélération : depuis un mois, elle fait partie des entreprises incubées par l'ESA BIC, incubateur d'entreprises de l'Agence spatiale européenne (ESA), pilotée par le pôle Aerospace Valley en association avec le CNES et le pôle Pégase.

« Cela nous donne accès à des subventions pour acheter des données spatiales, mais aussi à des ingénieurs et techniciens de l'aérospatiale », souligne Lahouri Kaddouri.

Autant d'accompagnement en R&D qui sont à même de faire faire un grand bond en avant à la start-up, déjà par ailleurs bien lancée.

21 territoires couverts d'ici fin 2017

Déjà disponible sur les métropoles de Montpellier, Toulouse, Marseille, Nice, Grenoble et Aix-en-Provence, la plate-forme LINA® vient d'être lancée cette semaine sur Bordeaux et sur le 12e territoire du Grand Paris.

« Nous livrerons onze des douze territoires du Grand Paris** (sauf le territoire 1, Paris intra-muros, NDLR) d'ici octobre, annonce le dirigeant. Nous avons accéléré sur Paris, car il y a beaucoup de demandes, notamment avec le projet d'aménagement métro automatique de rocade (le Grand Paris Express, 205 km, 72 gares NDLR) qui ceinturera Paris et qui devrait nécessiter la construction d'une vingtaine de gares nouvelles. »

Par ailleurs, la plate-forme sur le territoire métropolitain de Lyon est en phase de test et sera lancée avant fin du mois du juin. Les lancements sur Nantes et sur Lille sont programmés pour le dernier trimestre 2017, et les équipes commencent à travailler sur Rennes.

« A la fin de l'année, LINA® sera présente sur 21 territoires », se réjouit Lahouri Kaddouri.

En janvier dernier, la start-up avait bouclé une levée de fonds de 600 000 € auprès des capital-investisseurs régionaux Soridec et Sofilaro.

De 24 salariés en début d'année, la start-up est passée à 35 et recrute actuellement 13 personnes supplémentaires, notamment des développeurs et des géomaticiens, avec des difficultés pour trouver les bons profils, regrette le dirigeant.

* L'IGN est l'opérateur de l'État en matière d'information géographique et forestière de référence, certifiée neutre et interopérable.

** Le Grand Paris regroupe Paris, les 123 communes des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, et 7 communes de l'Essonne et du Val d'Oise, soit près de 7,5 millions d'habitants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :