« Montpellier doit candidater à nouveau à l'Idex »

 |   |  645  mots
De passage à Montpellier le 22 janvier, Louis Gallois, le Commissaire général à l'investissement, a très vivement poussé les universités de la ville à surmonter l'échec de 2011.  

Louis Gallois, le Commissaire général à l'investissement, était en visite à Montpellier, le 22 janvier, pour évaluer plusieurs des projets financés en Languedoc-Roussillon dans le cadre des Investissements d'Avenir.

Le programme des Investissements d'Avenir (ou Grand Emprunt, lancé sous le gouvernement Fillon) vise à investir 35 Mds € sur dix ans pour financer l'innovation en France, renforcer la capacité d'innover et accroître la compétitivité des entreprises.

Selon le préfet de Région, Pierre de Bousquet, une cinquantaine de projets ont déjà été sélectionnés en Languedoc-Roussillon et financés à hauteur de 34 M€, lors des différentes vagues d'appels à projets : équipements d'excellence (Équipex), laboratoires d'excellence (Labex), instituts Carnot, initiatives d'excellence en formation innovante (Idefi), etc.

De passage dans les locaux du Laboratoire d'Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier (Lirmm/UM2), Louis Gallois a notamment commenté l'importance stratégique de l'Équipex Robotex, porté par 11 régions et 15 laboratoires, destiné à structurer la robotique autour de la robotique humanoïde, médicale ou de production.

« C'est une priorité majeure car elle porte à la fois sur les robots, le concept d'usine intelligente... déclare-t-il. Avec seulement 35 000 robots, la France est en retard par rapport à l'Italie, qui en compte 60 000, et l'Allemagne, qui en a 150 000. L'enjeu désormais est d'enjamber une génération de robots, afin de recréer une offre française et de déployer cette nouvelle génération dans nos usines. »

Une deuxième vague d'appels à projets, dotée de 12 Mds €, est en cours de préparation et sera déclenchée d'ici le second semestre 2014, avec les premiers versements prévus en 2015.

Louis Gallois a longuement abordé le sujet de l'Idex (initiative d'excellence), doté de 7,7 Mds € et visant à construire une dizaine de sites universitaires de niveau mondial en France.

En 2011, le dossier de Montpellier avait été écarté par le jury international assemblé pour l'Idex. Parmi les causes fréquemment évoquées de cet échec figure l'incapacité des trois universités montpelliéraines à fusionner et constituer un site unique*.

« Montpellier a une grande force scientifique, qui ne s'est pas encore traduite dans un Idex, souligne-t-il. Le Languedoc-Roussillon s'est rattrapé en terme de financements, et les différents projets sélectionnés au titre des Investissements d'Avenir sont ici assez nombreux. Mais c'est moins net en terme de cohésion des universités, y compris pour l'image dans le monde. Seul l'Idex a valeur de label mondial. Or pour l'obtenir il faut de l'excellence, mais aussi de la gouvernance. C'est à dire une capacité à travailler ensemble pour générer des rapprochements entre ces différentes entités et trouver des modes de gestion efficaces. Je crois que Montpellier est en capacité de décrocher un Idex. Elle peut candidater sur la prochaine vague, qui portera sur des Idex classiques, et des Idex plus focalisés sur divers domaines scientifiques. »

L'appel à projets pour la nouvelle vague des Idex, selon un représentant de l'ANR, devrait être ouvert en début d'année 2015, avec un dépôt de dossier prévu fin 2014.

En fin de journée, Louis Gallois s'est rendu dans les locaux du groupe Sup de Co Montpellier Business School, pour un débat face à Patrick Le Hyaric, directeur du journal L'Humanité, sur le thème « Croissance - Compétitivité - Justice sociale ».

gallois

* : depuis, les universités de Montpellier I et II (sans Montpellier III) ont engagé un processus de fusion. Le décret officialisant la Nouvelle Université de Montpellier (NUM) sera publié en octobre 2014.

Anthony Rey

Lire également :
Montpellier éliminée de la course à l'Idex
La région décroche trois Équipex
La région décroche sept Labex
La région décroche deux Idefi

Légende photo 1 : Louis Gallois (au centre) a visité les installations du Lirmm
Crédit photo 1 : Edouard Hannoteaux

Légende photo 2 : Le débat organisé à Sup de Co Montpellier
Crédit photo 2 : Sup de Co Montpellier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :